Abraham dans le Livre de Mormon - Seconde partie et fin

Quelques mots et références sur la vie d’Abraham :

 

 

 

Abraham  appelé d’abord Abram. En hébr. Abram signif. père élevé. La transformation de ce vocable en celui d’Abraham n’a pas d’explication étymologique satisfaisante. Le texte commente ce changement en disant: "car je te rends père d’une multitude de nations". #Ge 17.5 Ce commentaire trouve sans doute une justification dans la terminaison raham, mais nous n’en connaissons pas la raison. Abraham est fils de Térah, ancêtre des Hébreux, père des croyants, ami de Dieu. #Ge 11.26; Ga 3.7-9; Jas 2.23 Des critiques veulent voir dans les récits relatifs à Abraham l’histoire de l’origine et des migrations d’une tribu. Abraham serait un nom collectif et tribal. Mais une tribu ne prend pas de femmes, n’a pas un âge, une parenté. Les textes ici sont trop clairs. Ce qui est raconté dans la Genèse a trait à des actes individuels. Les écrits postérieurs, ceux du N.T. en particulier #Joh 8.33-42; Ga 3.6-9 etc., présentent toujours Abraham comme un personnage historique. S’il est question des Bene Israël (enfants d’Israël) comme peuple, jamais Abraham n’est désigné comme un peuple, ou une tribu. On ne peut absolument pas invoquer dans ce sens les expressions "race d’Abraham" de Es. 41.8, "postérité d’Abraham" de Ps. 105.6; et encore moins Mich. 7.20. - I. Chronologie. 1. Abram avait 75 ans quand il reçut l’ordre de gagner Canaan. #Ge 12.4 Il avait habité avec sa famille Our, en Chaldée, où il épousa Sara. Après le décès de son frère Harân, il quitta Our avec son épouse et son neveu Lot, sous la conduite de Térah, son père, et vint s’établir à Harân #Ge 11.28, 31 Il y demeura vraisemblablement plusieurs années, jusqu’à la mort de Térah. #Ac 7.4 Où Abraham reçut-il l’ordre de partir pour Canaan? à Our, ou à Harân, également mentionnées dans les textes. On peut aisément penser que l’ordre de Dieu déjà donné à Our dut être répété à Harân, de quitter son pays et sa famille. A partir de Harân, Abraham semble obéir. Il ira de là en Canaan; mais son obéissance ne sera pas totale, puisqu’il prendra Lot avec lui. Aussi bien, ce ne sera qu’après la séparation d’avec Lot que les promesses relatives à l’Alliance commenceront à s’accomplir. #Ge 13.14 Abraham était-il le premier-né de Térah? Il est cité le 1er dans la liste de ses frères. #Ge 11.26-27 Il se peut que la place de ce nom soit due à la vocation d’Abraham, qui fut l’ancêtre du peuple élu. De Harân en Canaan, quelle route suivit Abraham? Sans doute celle de Damas, car une grande voie de communication conduisait par là de Mésopotamie en Canaan. Abraham avait 75 ans lorsqu’il quitta Harân; il vécut 10 ans en Canaan avant de prendre Agar comme concubine #Ge 16.3 il était âgé de 86 ans lorsqu’Agar lui enfanta Ismaël. #Ge 16.16 Le voyage entre Harân et le pays de Canaan ne dura donc pas plus d’une année. - 2. Pendant les 10 premières années de ses pérégrinations en Canaan, Abraham dressa ses tentes à Sichem, puis à Béthel. #Ge 12.6, 8 De Béthel, il reprit sa route vers le midi (12.9), et fut poussé par la famine jusqu’en Egypte (12.10). Là, craignant pour sa vie, il fit passer Sara pour sa soeur (12.10-20). Il revint en Canaan et se retrouva à Béthel (13.1, 3). Vu l’accroissement de leurs biens, Abraham et Lot se séparèrent. Lot choisit la plaine du Jourdain (v. 5-12). Alors Abraham plia ses tentes et alla se fixer aux Chênes de Mamré, à Hébron (v. 18). - 3. Durée du séjour aux Chênes de Mamré: au moins 15 ans, pt-être 23 ou 24 ans. Abraham, qui avait conclu une alliance avec les Amoréens chefs de clan #Ge 14.13 poursuivit Kedorlaomer (1-16), et fut béni par Melchisédek (17-24). Dieu promet un fils à Abraham, le croyant, et confirme son alliance avec lui: le pays de Canaan sera son héritage (15). Naissance d’Ismaël (16). 13 ans plus tard, la promesse, se vérifie (16.16; 17.1). L’effort de l’homme cherchant à accomplir lui-même la promesse, ne change en rien le plan de Dieu. L’héritier de Canaan ne sera pas le fils de l’esclave, mais celui de la femme libre; ce ne sera pas l’enfant de la chair, mais l’enfant de la promesse. L’Eternel, renouvelant son alliance avec Abraham, lui prescrit le signe de la circoncision, et change le nom d’Abram en celui d’Abraham. (Genèse 17) Sodome est détruite (18 et 19). - 4. Séjour dans le Midi de Canaan: env. 15 ans, pendant l’enfance d’Isaac. Sara est prise pour le harem d’Abimélek. (Gn. 20) Isaac naît quand Abraham a 100 ans; peu après, il renvoie Ismaël #Ge 21.1-21 Abraham appelle Beér-Chéba (puits du serment) un puits qu’il possède, auprès duquel il fait alliance avec Abimélek (22-34). Isaac ayant quelque peu grandi (22.6), l’historien Josèphe suppose qu’il avait 25 ans (Ant. 1.13. 2), la foi d’Abraham est soumise à une épreuve publique par le commandement de sacrifier son fils unique. Obéissant à cet ordre, Abraham et Isaac se rendent dans les montagnes de Moriya, où la miséricorde divine substitue un bélier à Isaac. Ils reviennent ensuite à Beér-Chéba #Ge 22.1-19 - 5. Retour à Hébron. Après 20 ans de tranquillité, Sara y meurt à l’âge de 127 ans. (Gn. 23) - 6. Nouveau séjour dans le Midi de Canaan, d’à peu près 38 ans, avec Isaac. Après la mort de Sara, Abraham, âgé de 140 ans, envoie chercher en Mésopotamie une femme de sa propre famille pour son fils Isaac (24.67; 25. 20). Eliézer ramène Rébecca, qui rencontre Isaac à Lahaï-roï, pt-être à l’endroit appelé aujourd’hui Aïn-Unweileh. (Gn. 24) On rapporte ensuite qu’Abraham épouse Qetoura. (Gn. 25). V. Qetoura. A 175 ans, Abraham meurt et il est enseveli dans la caverne de Makpéla #Ge 25.1-9 - 7. Date de sa vie. La datation de la vie d’Abraham dépend de la date de l’Exode (V. Exode, date de l’). Si on accepte la chronologie dite longue, Abraham est entré en Canaan vers 2100 ou encore 1900 av. J.-C., -selon qu’on voit la durée du séjour d’Israël en Egypte de 400 ans ou de 200 ans env. Evidemment la chronologie dite courte donne une autre date pour son entrée en Canaan: vers 1750. Gn. 14 place Abraham dans un contexte historique. Cep. les noms des 4 rois venus de l’Orient et ceux des 5 rois des villes de la plaine du Jourdain n’ont pas laissé de traces dans d’autres documents archéologiques. Autrefois certains assimilaient Amraphel à Hammourabi mais cette hypothèse a été rejetée. Toutefois la Genèse donne une chronologie intérieure et personnelle de la vie d’Abraham. La voilà: Abraham est appelé par Dieu à Harân à 75 ans (12.4); Abraham avait 86 ans à la naissance d’Ismaël (16.16); Abraham est âgé de 99 ans au moment de l’alliance de la circoncision, et lors de la conception d’Isaac (17.1); Abraham a 100 ans à la naissance d’Isaac (21.5) et Sara avait environ 90 ans; Sara est morte à 127 ans et Abraham à 175 (23.1-25.7).Puisque Isaac avait 60 ans à la naissance d’Esaü et de Jacob, Abraham a connu ses petits-fils pendant une quinzaine d’années. #Heb 11.9 Nous connaissons bien la législation civile qui réglait la vie d’Abraham et des autres patriarches par le Code d’Hammourabi et les tablettes de Nuzi (V. Hammourabi; Nuzu). Ces documents sont postérieurs à Abraham (Code d’Hammourabi, 18e s.; tablettes de Nuzi, 16e s.) mais avant d’être écrites, déjà ces lois se pratiquaient. Ce sont les livres de K.A.Kitchen, Traces d’un monde (P. B.U., 1977), pp101-107 et de J.A. Thompson La Bible et l’Archéologie (LLB, 1988), pp 31-38, qui donnent des détails concernant l’observation de cette législation dans la vie familiale et civile des patriarches, souvent se rapportant à la question de mariage et d’héritier, si importante pour Abraham. Il existe une quinzaine de parallèles entre ces lois et les actes des patriarches.Le fait que ces lois, codifiées au 18e s. et au 16e s., furent observées par les patriarches confirmerait que ces hommes ont vécu dans la première moitié du 2e millénaire av. J.-C. - II. La foi d’Abraham. La religion de Basse-Mésopotamie dès la période historique, apparaît comme une religion à la fois très complexe et très évoluée. "Dès qu’elles deviennent accessibles aux yeux de l’historien, écrit le R. P. Dhorme, les anciennes religions mésopotamiennes ont déjà atteint un remarquable degré d’évolution qui les classe à part des religions dites primitives: fétichisme, animisme, totémisme...". Le panthéon sumérien comprend des dieux du monde, des divinités astrales, des dieux de la nature, des dieux nationaux. Il y avait Anu, Enlil, Enki, Nergal, Inanna, etc. Ces dieux sont parfois liés aux héros des mythes sumériens. C’est de toute cette religion et de tout ce milieu qu’est sorti Abraham. Chose intéressante, dans les poésies sumériennes, on trouve certaines références à un paradis terrestre appelé Dilmun ("le pays de Dilmun est pur, le pays de Dilmun est propre... est très clair"), ainsi qu’à la création d’hommes, de la végétation et des animaux "de la plaine, artistiquement produits". Les Sumériens ont aussi leur version du Déluge: leur "Noé" s’appelle Zuisudra. Pour ce qui est de la religion d’Abraham suite à la révélation du "Dieu de gloire" qui lui apparut dans la ville sumérienne d’Our, un changement radical s’est produit. Désormais Abraham croyait en un seul Dieu tout-puissant #Ge 17.1 éternel #Ge 21.33 le Très-Haut #Ge 14.22 Seigneur et Créateur du ciel et de la terre, maître réel et légitime de toute création #Ge 24.3 juste Juge, administrateur du monde. #Ge 18.25 "Abraham crut à l’Eternel", c.-à-d. au seul Dieu qui l’avait appelé #Ge 15.6; Ro 4.3, Ga 3.6 et plein de sa foi, il obéit, il adora et il maintint l’honneur de son Dieu. Pour fortifier la foi d’Abraham, Dieu a employé 2 moyens: - 1. Il s’est révélé Lui-même pour que, grâce à cette révélation, Abraham pût apprendre à le connaître. #Ge 12.1-3, 7; 13.14-18; 15; 17.1-21 - 2. Il a mis à l’oeuvre la foi d’Abraham, il a conduit son serviteur dans des situations qui réclamaient l’exercice de cette foi. A cet égard, voici les expériences que Dieu a suscitées à Abraham:

a) rupture des liens familiaux *( Gn. 12.1-9)

b) famine *( 12.10-20)

c) richesse (13);

d) puissance (14); attente d’un fils (16), et

e) l’épreuve suprême par laquelle Abraham devait donner toute la mesure de sa foi, l’appel au sacrifice d’Isaac, son fils unique et bien-aimé (22). L’épître aux Hébreux dit: "C’est par la foi qu’Abraham offrit Isaac, lorsqu’il fut mis à l’épreuve. #Heb 11.17-18 - III. L’Alliance. Le point central de la vie d’Abraham, sa raison d’être, c’est l’Alliance que Dieu conclut avec lui et dont l’importance déborde le cadre de l’Alliance du Sinaï. V. Alliance. L’Alliance du Sinaï intéressait Israël, sa formation interne; elle avait une portée transitoire. Son accomplissement en Jésus-Christ devait la rendre caduque dans son culte (cf. Hbr. 9 et 10). L’Alliance avec Abraham intéressait sans doute d’abord Israël qui, par elle devenait le peuple élu #Ge 17.7 et recevait de Dieu un pays; #Ge 17.8; 15.18 mais elle intéressait par Israël toutes les nations de la terre dont Israël devait être l’instrument de salut. #Ge 12.3; Isa 49.6 Elle devait être perpétuelle #Ge 17.7 et elle n’a jamais été rompue par Dieu. Suspendue dans ses effets par la désobéissance d’Israël, elle retrouvera toute sa portée dans les temps messianiques lorsqu’Israël converti au Christ sera réintégré, selon le mot de Paul, dans les prérogatives de l’Alliance #Ro 11.15 Cette Alliance qui devait, par le moyen d’Israël, relier les hommes à Dieu, a été conclue par une série de démarches divines: Gn. 12.1-3: Les premières dispositions de l’Alliance sont énoncées dans l’appel adressé à Abram. Gn. 13.14-17: Abram s’étant séparé de Lot, Dieu lui montre le pays qu’il veut lui donner et lui parle d’une postérité innombrable qui devait se réaliser en Christ. #Ga 3.6, 14, 29 Gn. 15.1-6: L’Eternel rassure Abram inquiet parce qu’il n’a pas de fils. Gn. 15.7-17: L’Eternel scelle l’Alliance par le sacrifice mystérieux des animaux partagés. Il passe lui-même entre les morceaux sous les traits des flammes. #Jer 34.18 L’Alliance cesse alors d’être promesse, #Ge 15.18-21 Gn. 17.1-8: Abraham a 99 ans. L’Eternel renouvelle son Alliance et en précise le caractère. Le nom d’Abram est changé en Abraham. Gn. 17.9-14: Le signe de l’Alliance sera la circoncision. Ce rite est, en réalité, comme la signature d’Israël au contrat de l’Alliance. Gn. 17.15-21: L’Eternel promet à Abraham un fils par Saraï qui sera nommée Sara. Gn. 22.15-18: L’Eternel, qui a éprouvé la foi d’Abraham, scelle alors l’Alliance par un serment, comme pour donner à son serviteur une plus solide assurance et une base renouvelée pour sa foi en la promesse de Dieu #Heb 9.13 - IV. Le sein d’Abraham. Expression que Jésus lui-même emploie dans Lc 16.22 et qui a trait au séjour des âmes rachetées après la mort, c.-à-d. au Paradis. Les Juifs pensaient avec bonheur à l’accueil que leur feraient Abraham, Isaac et Jacob dans ce Paradis (4 Macc. 13.17). Ils se réjouissaient d’entrer en communion avec lui et se voyaient, pour ainsi dire, reposant sur son sein. Dans le langage rabbinique du IIIe s. ap. J.-C., l’expression être dans le sein d’Abraham signif.: avoir pénétré dans le Paradis.

 

 

 

 

Le Guide des Ecritures de l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours donne de précieux renseignements sur Abraham par rapport aux Ecritures de la Restauration :

 

 

ABRAHAM.

 

Fils de Térach, né à Ur en Chaldée (Ge 11:26, 31; 17:5). Prophète avec qui le Seigneur fit des alliances éternelles grâce auxquelles toutes les nations de la terre sont bénies. Abraham s'appelait à l'origine Abram.

 

Émigre à Charan, où Térach meurt, Ge 11:31–32 (Abr 2:1–5). Appelé par Dieu à aller à Canaan pour y recevoir une alliance divine, Ge 12:1–8 (Abr 2:4, 15–17). Va en Égypte, Ge 12:9–20 (Abr 2:21–25). S'installe à Hébron, Ge 13:18. Sauve Lot, Ge 14:1–16. Rencontre Melchisédek, Ge 14:18–20. Agar lui enfante son fils Ismaël, Ge 16:15–16. Son nom changé en Abraham, Ge 17:5. Le Seigneur dit à Abraham et à Sara qu'ils vont avoir un fils, Ge 17:15–22; 18:1–14. Sara lui enfante son fils Isaac, Ge 21:2–3. Reçoit le commandement de sacrifier Isaac, Ge 22:1–18. Mort et enterrement de Sara, Ge 23:1–2, 19. Mort et enterrement d'Abraham, Ge 25:8–10. Le sacrifice volontaire d'Isaac par Abraham est une similitude de Dieu et de son Fils unique, Jcb 4:5. Paie la dîme à Melchisédek, Al 13:15. Annonce la venue de Jésus-Christ et en témoigne, Hél 8:16–17. Reçoit la prêtrise des mains de Melchisédek, D&A 84:14. Les fidèles deviennent la descendance d'Abraham, D&A 84:33–34 (Ga 3:27–29). Reçoit tout par révélation, D&A 132:29. Est entré dans son exaltation, D&A 132:29. Recherche les bénédictions des pères et son ordination à la prêtrise, Abr 1:1–4. Persécuté par les faux prêtres de Chaldée, Abr 1:5–15. Sauvé par le Seigneur, Abr 1:16–20. Instruit sur le soleil, la lune et les étoiles, Abr 3:1–14. Instruit sur la vie préterrestre et la création, Abr 3:22–28.

 

 Livre d'Abraham: Écrits antiques rédigés par Abraham qui devinrent la possession de l'Église en 1835. L'explorateur Antonio Lebolo découvrit les annales et les momies dans des catacombes égyptiennes et les légua à Michael Chandler. Celui-ci les exposa en 1835 aux États-Unis. Des amis de Joseph Smith les lui achetèrent et les donnèrent au prophète, qui les traduisit. Certaines de ces annales se trouvent maintenant dans la Perle de Grand Prix.

Le chapitre 1 raconte les aventures d'Abraham à Ur en Chaldée, où de méchants prêtres essaient de le sacrifier. Le chapitre 2 parle de son voyage à Canaan. Le Seigneur lui apparaît et fait des alliances avec lui. Le chapitre 3 rapporte qu'Abraham vit l'univers et prit conscience des relations existant entre les corps célestes. Les chapitres 4–5 sont un compte rendu de la Création.

 

 Descendance d'Abraham: Ceux qui, par l'obéissance aux lois et aux ordonnances de l'Évangile de Jésus-Christ, reçoivent les promesses et les alliances faites par Dieu avec Abraham. Hommes et femmes peuvent recevoir ces bénédictions s'ils sont littéralement du lignage d'Abraham ou s'ils sont adoptés dans sa famille lorsqu'ils acceptent l'Évangile et sont baptisés (Ga 3:26–29; 4:1–7; D&A 84:33–34; 103:17; 132:30–32; Abr 2:9–11). Les descendants littéraux d'Abraham risquent de perdre leurs bénédictions par la désobéissance (Ro 4:13; 9:6–8).

 

 

Pour conclure signalons qu’au Kolob Oder, Abraham a une place toute particulière étant donné que le livre choisi pour représenter notre référence au domaine sacré est le Livre d’Abraham, écrit par inspiration par le Prophète Joseph Smith. Il est une référence à la Tradition spirituelle et sacrée pour nous.

 

 

 

 



14/06/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 237 autres membres