Chrétien de Troyes - Le Chevalier de la Charrette (Lancelot) 1178-1181 (inachevé) 001

CHRETIEN DE TROYES

Le Chevalier de la Charrette (Lancelot) 1178-1181 (inachevé)

 (Paris: Bordas, 1989).

1 Du moment que ma dame de Champagne 2 Désire que j'entreprenne un récit en français, 3 Je l'entreprendrai très volontiers, 4 Comme quelqu'un qui lui appartient entièrement, 5 Prêt à lui obéir en toute chose, 6 Sans recourir à la moindre flatterie. 7 Mais tel ou tel pourrait à ma place 8 Avoir recours à la flatterie: 9 Il dirait--et j'en porterais témoignage-- 10 Que c'est la dame qui surpasse 11 Toutes les autres en ce monde, 12 Tout comme sur les effluves du sol l'emporte la brise, 13 Qui souffle en mai ou en avril. 14 Certes, je ne suis pas homme 15 À vouloir flatter sa dame; 16 Dirai-je: Telle une gemme 17 Qui prévaut sur perles et sardoines, 18 La Comtesse prévaut sur les reines? 19 Bien sûr, je ne dirai rien de pareil, 20 Et pourtant c'est un fait que je ne saurais nier. 21 Je dirai cependant qu'est plus efficace 22 En mon entreprise son commandement 23 Que mon intelligence et la peine que je me donne. 24 Du CHEVALIER DE LA CHARRETTE 25 Chrétien commence son livre; 26 Matière et orientation lui sont fournies 27 Par la Comtesse, et lui se met 28 À l'oeuvre, en n'y contribuant rien 29 Que son application et son effort intellectuel. 30 Et voici qu'il commence sa narration. 31 Un jour de l'Ascension 32 Fut venu en provenance de Carlion 33 Le roi Artur afin de rassembler 34 Une cour plénière à Camaalot-- 35 Une cour digne d'un jour de grande fête. 36 Après le repas le roi 37 Ne délaissa point ses compagnons. 38 La salle était remplie de barons, 39 Et la reine était aussi de l'assemblée, 40 Entourée, comme je crois, 41 De mainte et mainte belle et courtoise dame 42 Parlant fort bien le français. 43 Et Keu qui avait servi les gens à table 44 Mangeait avec les chambellans. 45 Là précisément où il était attablé 46 Parut un chevalier 47 Très soigné dans sa mise, qui venait à la cour 48 Armé de pied en cap. 49 Le chevalier ainsi équipé 50 S'en vint jusque devant le roi, 51 Assis au milieu de ses barons. 52 Sans le moindre salut il lui dit: 53 Roi Artur, je tiens prisonniers, 54 De tes terres et de ta maisonnée 55 Chevaliers, dames et demoiselles. 56 Mais je ne t'apporte pas de leurs nouvelles 57 Dans l'intention de te les rendre. 58 Au contraire, je veux te dire et t'apprendre 59 Que tu n'as ni la force ni les moyens 60 Pour les ravoir. 61 Sache bien que tu mourras 62 Avant de pouvoir jamais leur apporter de l'aide. 63 Le roi répond que force lui est 64 De s'incliner s'il ne peut pas amender la situation, 65 Mais son chagrin lui pèse bien fort. 66 Àlors le chevalier agit comme s'il voulait 67 S'en aller: il fait demi-tour; 68 En s'éloignant du roi, 69 Il gagne la porte de la salle, 70 Mais il ne descend point les marches; 71 Il s'arrête d'abord et, de là, il proclame: 72 Roi, si à ta cour il se trouve un chevalier 73 À qui tu accordes la confiance nécessaire 74 Afin de lui assigner la mission 75 De conduire la reine, en me suivant, dans ce bois 76 Où je me dirige, 77 J'accepterai de l'y attendre. 78 Je te rendrai tous les prisonniers 79 Qui sont exilés dans mes terres 80 Si ce chevalier parvient à me vaincre 81 Et à ramener la reine ici. 82 Un grand nombre des gens du palais entendirent ces paroles, 83 Et la cour s'en trouva toute ébranlée. 84 Keu a eu vent de la nouvelle 85 Alors qu'il mangeait avec les serveurs; 86 Il cesse de manger et s'en vient tout droit 87 Au roi, et il commence à lui parler 88 En homme parfaitement indigné: 89 Roi, je t'ai longuement servi 90 De bonne foi et avec loyauté; 91 À présent je prends congé de toi et m'en irai 92 De sorte que jamais plus je ne te servirai. 93 Je n'ai ni volonté ni désir 94 De te servir désormais. 95 Le roi s'afflige de ce qu'il entend, 96 Mais dès qu'il se trouve en mesure de répondre dignement, 97 Il lui demanda sans la moindre hésitation: 98 Parlez-vous sérieusement ou plaisantez-vous? 99 Et Keu d'enchaîner: Beau sire roi, 100 La plaisanterie ne m'intéresse guère en ce moment; 101 J'ai bien la ferme intention de vous quitter. 102 Je ne cherche à recevoir de vous aucune récompense 103 Ni pour mes années de service, nulle indemnité; 104 Ma décision est sans appel: 105 Je pars sans plus tarder. 106 --Est-ce colère ou dépit, fait le roi, 107 Qui vous pousse à partir? 108 Sénéchal, c'est ici votre place, 109 Restez donc à la cour, et sachez bien 110 Qu'en ce monde, je n'ai rien 111 Qu'afin de vous garder ici, 112 Je ne vous donne aussitôt. 113 --Sire, fait Keu, c'est inutile; 114 Je n'accepterais point même de me voir offrir chaque jour 115 Le cadeau d'un setier rempli d'or fin. 116 Plein de désespoir, 117 Le roi s'est approché de la reine. 118 Dame, fait-il, vous ne savez pas 119 Ce que le sénéchal exige de moi? 120 Il réclame son congé, et il dit qu'il ne fera plus partie 121 De ma cour--j'ignore pourquoi. 122 Ce qu'il se refuse à faire pour moi, 123 Il s'empressera de le faire pour vous si vous l'en priez. 124 Allez à lui, ma dame chère! 125 Puisqu'il ne daigne pour moi rester, 126 Suppliez-le de rester pour vous. 127 Et, au besoin, jetez-vous à ses pieds, 128 Car je n'éprouverais plus aucune joie 129 S'il m'arrivait de perdre sa compagnie. 130 Sur ce, le roi envoie la reine 131 Auprès du sénéchal, et elle accepte de s'y rendre. 132 Elle le retrouva au milieu des autres, 133 Et lorsqu'elle parvient à le joindre, 134 Elle lui dit: Un grand trouble 135 Me vient--n'en doutez point-- 136 De ce que j'ai entendu dire de vous. 137 L'on m'a conté--c'est ce qui me désole-- 138 Que vous voulez quitter le roi. 139 D'où vous vient cette intention, quel sentiment vous meut? 140 Je ne vois plus en vous l'homme sage 141 Et courtois que j'y voyais autrefois; 142 Je veux vous prier de rester: 143 Keu, restez ici, je vous en prie. 144 --Dame, fait-il, de grâce! 145 Je ne demeurerai point. 146 Et la reine continue de le supplier, 147 Ainsi que tous les chevaliers ensemble, 148 Et Keu lui dit qu'elle se fatigue inutilement 149 À vouloir faire l'impossible. 150 Et de toute sa hauteur de reine, 151 Elle se laisse choir à ses pieds. 152 Keu la prie de se relever, 153 Mais elle refuse de le faire: 154 Plus jamais elle ne se relèvera 155 À moins qu'il ne lui octroie ce qu'elle veut. 156 Alors Keu lui a promis 157 De rester, à la condition que le roi 158 Lui accorde par avance ce qu'il lui demandera, 159 Et qu'elle-même en fasse autant. 160 Keu, fait-elle, n'importe quoi! 161 Moi et lui nous vous l'accorderons. 162 Venez donc, et nous lui dirons 163 Qu'ainsi vous acceptez de rester. 164 Keu accompagne la reine 165 Jusque devant le roi. 166 Sire, j'ai obtenu que Keu demeure auprès de nous, 167 Fait la reine, en me donnant bien du mal. 168 Je le remets entre vos mains, en stipulant toutefois 169 Que vous ferez ce qu'il dira. 170 Le roi pousse un soupir d'aise, 171 Et dit qu'il obéira à son commandement, 172 Quelle que soit la nature de celui-ci. 173 Sire, fait-il, apprenez donc 174 Ce que je désire, et quel don 175 Vous m'avez promis. 176 Je me tiendrai pour l'homme le plus fortuné 177 Quand je le recevrai par votre grâce: 178 Sire, ma dame, la reine, ici présente, 179 Vous l'avez confiée à ma protection; 180 Nous irons à la rencontre 181 Du chevalier qui nous attend dans la forêt. 182 Ces mots désolent le roi, néanmoins il le revêt 183 De la mission, car jamais il ne manqua à sa parole, 184 Mais il le fit dans la tristesse et à contrecoeur, 185 Si bien qu'il y parut à sa mine. 186 Le deuil de la reine fut grand lui aussi, 187 Et la cour toute entière affirmait 188 Qu'orgueil, outrecuidance et déraison 189 Avaient inspiré la requête de Keu. 190 Le roi a pris la reine 191 Par la main, et lui a dit: 192 Dame, fait-il, il faut absolument 193 Que vous partiez avec Keu. 194 Et ce dernier de dire: Vite! confiez-la-moi, 195 Et n'ayez aucune crainte, 196 Car je la ramènerai en parfait état, 197 Toute saine et sauve. 198 Le roi la lui confie, et il l'emmène. 199 Derrière le couple, tous quittent le palais, 200 Chacun, sans exception, ressentant la plus vive inquiétude. 201 Et sachez que l'on arma le sénéchal 202 Et que son cheval 203 Fut amené au milieu de la cour; 204 Un palefroi se tenait à ses côtés-- 205 Digne monture de reine! 206 La reine s'approche du palefroi 207 Qui n'était ni ombrageux ni tirant sur la bride. 208 Abattue, triste et en poussant bien des soupirs, 209 La reine monte en selle et dit 210 Tout bas afin que personne ne l'entendît: 211 Ha! ha! si vous saviez ce qui se passe ici, 212 Je ne crois pas que vous me laisseriez, 213 Sans vous y opposer, emmener d'un seul pas! 214 Elle crut avoir parlé tout doucement 215 Mais le conte Guinable l'entendit, 216 Qui se trouvait à ses côtés lorsqu'elle montait en selle. 217 À son départ, les plaintes 218 De ceux et de celles qui la voyaient partir furent 219 Comme si elle était morte et mise en bière. 220 Ils ne pensent pas qu'elle revienne parmi eux 221 Jamais, de toute sa vie. 222 Ce fut par son outrance habituelle que le sénéchal 223 L'emmène là où l'autre l'attend. 224 Mais nul ne s'en afflige au point 225 Qu'il accepte de suivre le couple; 226 Enfin, messire Gauvain dit 227 Au roi son oncle, en confidence: 228 Sire, fait-il, ce que vous avez fait 229 Est bien puéril, et j'en demeure stupéfait; 230 Mais si vous admettiez le bien-fondé de mon conseil, 231 Pendant qu'ils sont encore tout près, 232 Vous et moi pourrions nous mettre à leur poursuite, 233 Avec ceux qui voudront bien nous accompagner. 234 Quant à moi, je ne saurais me retenir 235 De me mettre en chemin dès maintenant. 236 Il ne serait point convenable 237 De refuser de courir après eux, 238 Au moins jusqu'à ce que nous sachions 239 Ce qu'il adviendra de la reine 240 Et comment Keu se conduira. 241 --Allons-y, beau neveu, fait le roi, 242 Vous venez de parler en homme bien courtois. 243 Et puisque vous avez saisi l'initiative, 244 Commandez donc qu'on fasse sortir les chevaux, 245 Et qu'on leur mette freins et selles, 246 De sorte qu'il ne nous reste qu'à monter. 247 Les chevaux sont vite amenés, 248 Harnachés et sellés; 249 Le roi monte tout premier, 250 Alors monta messire Gauvain, 251 Ensuite tous les autres à qui mieux mieux; 252 Chacun voulut être de la partie, 253 Mais en y allant à sa guise: 254 Certains portaient leur armure, 255 Beaucoup d'autres n'en portaient point. 256 Messire Gauvain portait la sienne, 257 Et il fait par deux écuyers 258 Mener à sa droite deux destriers. 259 Et comme ils approchaient 260 De la forêt, ils voient en sortir 261 Le cheval de Keu, qu'ils reconnurent 262 Et dont ils virent que les rênes 263 Avaient été toutes deux rompues de la bride. 264 Le cheval venait tout seul, 265 L'étrivière tâchée de sang, 266 Et de la selle l'arçon de derrière 267 Était brisé et mis en pièces. 268 Nul spectateur n'échappe à la tristesse, 269 Et l'on échange des clins d'il, des coups de coude. 270 Bien loin, devant toute la compagnie, 271 Messire Gauvain chevauchait; 272 Il ne tarda guère à voir 273 Venir un Chevalier au pas 274 Sur un cheval souffrant et fatigué, 275 Pantelant et baigné de sueur. 276 Le Chevalier a salué 277 Messire Gauvain le premier, 278 Et ensuite messire Gauvain lui a rendu son salut. 279 Et le Chevalier s'arrêta-- 280 Il reconnut messire Gauvain, 281 Et lui dit: Sire, ne voyez-vous donc pas 282 Que mon cheval est tout trempé de sueur, 283 De sorte qu'il ne vaut plus rien? 284 Et je crois que ces deux destriers 285 Sont à vous; pourrais-je alors vous prier, 286 En promettant toutefois que je vous rendrais 287 Le service et une juste récompense, 288 De me prêter ou de m'offrir en cadeau 289 L'un d'eux, n'importe lequel? 290 Et messire Gauvain lui répondit: Choisissez donc 291 Celui des deux qui vous plaît le plus. 292 Mais celui dont le besoin est grand 293 Ne s'attarda pas afin d'en sélectionner le meilleur, 294 Ni le plus beau ni le plus grand; 295 Il préféra bondir sur celui 296 Qu'il trouva le plus près de lui, 297 Et il l'a vite lancé en avant, à bride abattue; 298 Et l'autre, qu'il a laissé derrière lui, tombe raide mort, 299 Car il l'avait beaucoup fait souffrir ce jour-là, 300 Et se fatiguer et se surmener. 301 Sans jamais s'arrêter, le Chevalier 302 Éperonne sa monture à travers la forêt, 303 Et messire Gauvain, derrière lui, 304 Le suit, en lui donnant farouchement la chasse, 305 Jusqu'à ce qu'il eût descendu la pente d'une colline. 306 Lorsqu'il eut traversé beaucoup de terrain, 307 Il retrouva mort le destrier 308 Qu'il avait offert au Chevalier, 309 Et, autour, il vit le sol tout piétiné 310 Par des chevaux et couvert d'impressionnants débris 311 De boucliers et de lances; 312 En toute apparence, de féroces combats 313 Menés par de nombreux chevaliers s'y étaient déroulés; 314 Il était mécontent, et regretta 315 De ne pas y avoir participé lui-même. 316 Le lieu ne l'a guère longtemps retenu, 317 Il préfère pousser en avant, à vive allure. 318 Alors, par hasard, il revit 319 Le Chevalier, à pied, tout seul, 320 Tout vêtu de son armure, le heaume lacé, 321 L'écu pendu au col, l'épée ceinte, 322 Qui était arrivé devant une charrette. 323 (À l'époque, on utilisait les charrettes 324 Comme l'on use du pilori de nos jours, 325 Et dans chaque bonne ville 326 Où, à l'heure actuelle, l'on en trouve plus de trois mille, 327 Il n'y avait alors qu'une seule, 328 Et celle-ci était commune, 329 Comme le sont aujourd'hui les piloris, 330 Aux traîtres et aux assassins, 331 Aux vaincus des combats judiciaires 332 Et aux voleurs qui se sont emparés 333 Des biens d'autrui en volant furtivement 334 Ou par la force sur les grands chemins: 335 Tout repris de justice était mis 336 Dans la charrette 337 Et mené par toutes les rues; 338 Ainsi se trouvait-il désormais hors toute loi, 339 Et n'était plus écouté à la cour, 340 Ni honoré ni reçu avec dignité. 341 C'est parce qu'à cette époque-là on jugeait 342 De la sorte les charrettes, comme des choses cruelles, 343 Que l'on entendit dire alors pour la première fois: 344 Quant charrette verras et rencontreras, 345 Fais sur toi le signe de la croix et souviens-toi 346 De Dieu, pour que malheur ne t'arrive point.) 347 Le Chevalier, à pied et sans lance, 348 S'avance vers la charrette 349 Et voit sur les limons un nain 350 Qui, en bon charretier, tenait 351 Dans sa main une longue baguette. 352 Et le Chevalier dit au nain: 353 Nain, fait-il, pour Dieu, dis-moi tout de suite 354 Si tu as vu par ici 355 Passer ma dame la reine. 356 Le nain perfide et de vile extraction 357 Ne voulut point lui en conter des nouvelles, 358 Mais se contenta de dire: Si tu veux monter 359 Sur la charrette que je conduis, 360 D'ici demain tu pourras savoir 361 Ce qu'est devenue la reine. 362 Sur ce, il a maintenu sa marche en avant 363 Sans attendre l'autre l'espace d'un instant. 364 Le temps seulement de deux pas 365 Le Chevalier hésite à y monter. 366 Quel malheur qu'il ait hésité, qu'il eût honte de monter, 367 Et qu'il ne sautât sans tarder dans la charrette! 368 Cela lui causera des souffrances bien pénibles! 369 Mais Raison, qui s'oppose à Amour, 370 Lui dit de bien se garder de monter; 371 Elle l'exhorte et lui enjoint 372 De ne rien faire ni entreprendre 373 Qui puisse lui attirer honte ou reproche. 374 Ce n'est point dans le coeur mais plutôt sur les lèvres 375 Que réside Raison en osant lui dire pareille chose; 376 Mais Amour est dans le coeur enclos 377 Lorsqu'il lui ordonne et semonce 378 De monter sans délai dans la charrette. 379 Amour le veut, et le Chevalier y bondit, 380 Car la honte le laisse indifférent 381 Puisqu'Amour le commande et veut. 382 Et messire Gauvain se met à la poursuite 383 De la charrette en galopant, 384 Et lorsqu'il y trouve assis 385 Le Chevalier, il s'en étonne beaucoup; 386 Alors il dit au nain: Instruis-moi 387 Au sujet de la reine, si tu sais le faire. 388 Le nain dit: Si tu te détestes autant 389 Que ce Chevalier assis ici, 390 Monte avec lui, si cela te convient, 391 Et je t'emmènerai avec lui. 392 Quand messire Gauvain l'eut entendu, 393 Il jugea qu'accepter la proposition serait insensé 394 Et il dit qu'il n'y monterait point, 395 Qu'échanger son cheval contre la charrette 396 Serait un échange par trop infâme. 397 Mais où que tu veuilles aller 398 J'irai là où tu iras. 399 Si bien qu'ils se mettent tous les trois en route, 400 L'un d'eux à cheval, les deux autres sur la charrette, 401 Et ensemble ils gardèrent le même chemin. 402 À l'heure des vêpres, ils atteignirent un château, 403 Et sachez que ce château 404 Était fort puissant et beau. 405 Ils entrent tous les trois par une porte. 406 La vue du Chevalier que le nain transporte 407 Dans la charrette frappe les habitants d'étonnement, 408 Mais ils ne cherchent nullement à se renseigner davantage; 409 Tous se mettent à le conspuer, 410 Grands et petits, vieillards et enfants, 411 Par les rues, en poussant des huées; 412 Le Chevalier entendit ainsi dire 413 À son sujet de viles injures et des paroles de mépris. 414 Tous demandent: À quel martyre 415 Ce Chevalier sera-t-il condamné? 416 Sera-t-il écorché vif ou pendu, 417 Noyé ou brûlé vif sur un bûcher d'épines? 418 Dis-le-nous, nain, dis, toi qui le traînes ainsi, 419 De quel forfait fut-il trouvé coupable? 420 L'a-t-on jugé pour vol? Serait-ce un assassin 421 Ou est-il le vaincu d'un combat judiciaire? 422 Et le nain garde un silence absolu, 423 En ne répondant ni une chose ni l'autre. 424 Il conduit le Chevalier là où il sera hébergé, 425 Et Gauvain suit de près le nain 426 Qui se dirige vers une tour, laquelle, de plain-pied 427 Avec la ville, se trouvait à la limite de celle-ci. 428 Au-delà il y avait des près, 429 Tandis qu'en face la tour s'élevait 430 Sur la cime d'un rocher gris, 431 Haut et taillé à pic. 432 Derrière la charrette, toujours à cheval, 433 Gauvain pénètre dans la tour. 434 Dans la salle, ils ont rencontré, élégamment mise, 435 Une demoiselle 436 Dont la beauté n'avait pas de rivale au pays; 437 Et ils voient s'approcher deux pucelles 438 Avec elle, gentes et belles. 439 Dès qu'elles virent 440 Messire Gauvain, elles lui firent 441 Un accueil joyeux et le saluèrent; 442 Et elles voulurent s'informer du Chevalier: 443 Nain, quel crime ce Chevalier a-t-il commis 444 Que tu conduis là comme s'il était impotent? 445 Il ne veut leur offrir aucune explication, 446 Mais se contente de faire descendre le Chevalier 447 De la charrette, et puis s'en va; 448 On ne sut point où il alla. 449 Et messire Gauvain descend de son cheval; 450 Alors des valets se présentent 451 Afin d'ôter leur armure aux deux chevaliers. 452 Deux manteaux fourrés de petit-gris, qu'ils revêtirent, 453 Furent apportés sur l'ordre de la demoiselle. 454 Quant ce fut l'heure du souper, 455 Les mets furent joliment présentés. 456 La demoiselle prit place à côté 457 De messire Gauvain pendant le repas. 458 Pour rien au monde ils n'eussent voulu renoncer 459 À cette hospitalité pour en chercher une meilleure, 460 Car de grands honneurs, 461 Ainsi que compagnie bonne et belle, leur furent rendus 462 Au cours de toute la soirée par la demoiselle. 463 Quand enfin leur veille eut suffisamment duré, 464 On leur prépara deux lits 465 Hauts et longs, au milieu de la salle; 466 Un troisième se trouvait tout près, 467 Plus beau que les autres, et plus riche, 468 Car, comme le déclare le conte, 469 Il possédait tout le charme 470 Que l'on pût imaginer dans un lit. 471 Quand l'heure du coucher arriva, 472 La demoiselle prit par la main 473 Les deux hôtes qu'elle avait accepté d'héberger; 474 Elle leur montre les deux beaux lits longs et larges 475 Et dit: C'est pour votre confort et repos 476 Que sont dressés ces deux lits que voilà, là-bas, 477 Mais dans celui qui se trouve de ce côté-ci, 478 Seul se couche celui qui l'a mérité; 479 Il ne fut pas fait pour votre agrément. 480 Le Chevalier lui répond immédiatement-- 481 Celui qui était arrivé sur la charrette-- 482 Qu'il n'éprouvait que dédain et mépris 483 Pour l'interdiction prononcée par la demoiselle. 484 Dites-moi, fait-il, pour quelle raison 485 Ce lit nous est-il défendu? 486 Elle répondit sans avoir à réfléchir, 487 Car elle avait déjà réfléchi à sa réponse: 488 Ce n'est point vous, fait-elle, qui êtes désigné pour poser 489 Des questions ou pour vous enquérir de ces choses! 490 Honni est le Chevalier sur toute la terre, 491 Dès qu'il a monté dans une charrette, 492 Et il n'est pas juste qu'il se mêle 493 De ce que vous venez de me réclamer, 494 Et, en particulier, qu'il revendique de coucher dans ce lit: 495 Il pourrait bien vite avoir à s'en repentir. 496 On ne l'a point fait orner 497 Aussi richement afin que vous y dormiez. 498 Votre témérité risque de vous coûter bien cher, 499 S'il vous arrivait seulement de nourrir pareille idée. 500 --Vous verrez cela, fait-il, en temps voulu. 501 --Je le verrai?--À coup sûr.--Qu'on me le fasse voir! 502 --Je ne sais pas qui aura à payer l'écot, 503 Fait le Chevalier, par mon chef! 504 Qu'on s'en fâche ou qu'on s'en attriste, 505 Je compte me coucher dans ce lit-là 506 Et y prendre à loisir mon repos. 507 Dès qu'il eut enlevé ses chausses, 508 Dans le lit qui fut plus long et plus élevé 509 Que les deux autres d'une demi-aune, 510 Il s'étend sous une couverture 511 De brocart jaune étoilé d'or. 512 De petit-gris tout pelé n'était point faite 513 Sa doublure; elle était faite de zibeline. 514 Elle eût été parfaitement digne d'un roi, 515 La couverture sous laquelle il se mit; 516 Le lit ne fut point fait de chaume, 517 Ni de paille ni de vieilles nattes. 518 À minuit, des lattes du toit 519 Fondit, comme la foudre, une lance, 520 Le fer en avant, qui menaça de coudre 521 Les flancs du Chevalier, 522 À travers la couverture et les draps blancs, 523 Au lit, là où il était couché. 524 À la lance un pennon était fixé; 525 Il était tout enveloppé de flammes. 526 Le feu prit à la couverture, 527 Et aux draps et à l'ensemble du lit. 528 Et le fer de la lance effleure 529 Le Chevalier au côté 530 Si bien qu'il lui a un peu éraflé 531 La peau, mais sans le blesser vraiment. 532 Et le Chevalier s'est dressé, 533 Éteint le feu, saisit la lance 534 Et la jette au milieu de la salle. 535 Cela ne le fit pas quitter son lit; 536 Au contraire, il se recoucha et dormit 537 Avec le même sang-froid exactement 538 Qu'il avait montré la première fois. 539 Le lendemain, au lever du jour, 540 La demoiselle de la tour 541 Avait fait préparer pour eux la célébration de la messe, 542 Et elle les envoya réveiller et appeler.


15/04/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 238 autres membres