Dieu et le Judaïsme face à la pollution morale.

 

 

 

"DIEU"

 

Dieu ne peut être connu que par la révélation qu'il donne de lui-même, et non par l'effort de l'homme. Cette révélation qui procède de Dieu est consignée dans la Bible. Elle est progressive et correspond à la nature des relations établies avec les hommes.

 

a) Le Dieu créateur:

 

La création entière proclame la puissance et la sagesse de Celui qui ordonné toutes choses.

"Les cieux racontent la gloire de Dieu, et l'étendue annonce l'ouvrage de ses mains".

(Psaume XIX;1)

"Levez vos yeux en haut, et voyez! Qui a créé ces choses, faisant sortir par nombre leur

armée?" (Esaïe 40.26)

"Depuis la fondation du monde, ce qui ne se peut voir de lui, savoir et sa puissance éternelle

et sa divinité, se discerne par le moyen de l'intelligence, par les choses qui sont faites."

(Romains I;20)

 

Ce témoignage rend l'homme responsable vis-à-vis de son Créateur, et, s'il est saisi par la foi, le rend apte à recevoir sa Parole.

 

"Par la foi, nous comprenons que les mondes ont été formés par la parole de Dieu".

(Hébreux XI;3)

 

Ici nous avons une référence dans le Nouveau Testament à une tradition juive selon laquelle l'Univers et les mondes qui existent en-dehors de cet Univers où qui l'ont précédé, ont été crée à partir de la parole. C'est une théorie de la cabale hébraïque. Le fait que cette idée figure dans le Nouveau Testament montre bien les racines juives du Christianisme.

 

 

 

 

1

b) Dieu est lumière... Dieu est amour

 

Ces deux déclarations de la première épître de Jean (Chap. 1. 5 ET CHAP. 4, 8, 16) nous disent la nature essentielle de Dieu, tandis que sa justice et sa sainteté soulignent ce qu'il est en rapport avec ses créatures. Rien ne peut altérer ce que Dieu est en lui-même: "Il n'y a en lui aucunes ténèbres" (1 Jean 1,5). Cette phrase de la première épître souligne bien le fait que Dieu n'est pas de nature duelle, il est Un, comme l'affirme le Shema Israël : Shema Israël Adonaï Elohenou Adonaï Ehad (Ecoute Israël, le Seigneur est notre Dieu, le Seigneur est Un).

Une fois de plus le Nouveau Testament montre bien son encrage dans la foi d'Israël.

 

Dans Jacques 1.17 nous trouvons : "pas de variation ou d'ombre de changement".

 

Dans la Torah, coeur de la Bible hébraïque, et même du corpus biblique dans son ensemble,

nous avons dans le Deutéronome XXXII, 4/39 : "Il est le Rocher, son oeuvre est parfaite; car toutes ses voies sont justice. C'est un Dieu fidèle, et il n'y a pas d'iniquité en lui; il est juste

et droit...Voyez maintenant que c'est moi, moi, le Même."

 

A ces caractères d'amour et de lumière correspondent les manifestations de grâce et de vérité maintes fois révélées ensemble dans les Ecritures. C'est la forme sous laquelle la nature divine est mise à notre portée. La Parole de Dieu en est le support et l'Esprit Saint l'agent dispensateur; la foi les saisit et se les approprie.

 

-----------------------

POESIE

 

Voici un choix de poèmes d'Edmond Jabès extrait de son oeuvre; Le livre des ressemblances,

L'ineffaçable L'Inaperçu.

 

" Que Dieu existe ou pas, là n'est pas la question - avouait reb Yasri, au scandale de son auditoire.

"Si je crois que Dieu existe, cela ne prouve pas Son existence.

"De ne pas y croire, ne prouve nullement qu'Il n'existe point.

"Si nous avons pu imaginer Dieu, c'est que nous sommes capables de le concevoir et de nous abîmer dans notre invention.

"Dieu reste au-delà, renforcé dans Son mystère et protégé par Son Secret."

Et il ajoutait : "Mystère et secret ne sont que distance vertigineuse d'un mot toléré à un vocable inacceptable."

*

 

"A l'âge déclaré d'un juif, il faut toujours ajouter cinq mille ans."

 

*

 

 

 

 

 

" Tu peux compter les rides de mon front - disait reb Ladbi - mais non celles de mon âme : ô sillons plus bleus dans le bleu fond de la mer."

Et reb Dabad :

Un horizon à la fois

pour le regard obstiné.

Ô nuit, mystère des choses.

Soleil au pied de la loi,

sans sol ni ombre au matin

et toute lumière, au soir.

 

Sérénité de la Loi. Dieu est sans rides.

 

*

 

LA REACTION DU JUDAISME FACE A LA POLLUTION MORALE

 

"Quand tu marcheras en corps d'armée contre tes ennemis, tu devras te garder de toute

action mauvaise. Car l'Eternel, ton Dieu, marche au centre de ton camp. Ton camp doit

donc être saint. Il ne faut pas que Dieu voie chez toi une chose déshonnête, car il se

retirerait d'avec toi."

                                                           . Deutéronome . (XXIII; 10 à 15)

 

1°) La sainteté des cantonnements :

 

Dans ce domaine, comme dans celui du "respect de l'environnement", c'est à propos de ce qu'elle exige des membres de l'armée d'Israël que la Torah fait connaître ses prescriptions. Les casernes n'ont jamais eu la réputation de constituer des modèles de moralité. C'est pour cette raison que la Torah met l'accent sur le climat de pureté qui doit y régner.

 

Chez le peuple Juif, tout est différent. Même un camp militaire est un lieu traversé par le Divin. Lorsque la Torah assure, anthropomorphisme à l'appui, que "Dieu marche au centre du camp", elle entend proclamer par là que les soldats juifs doivent garder la conscience de la présence de Dieu même dans une situation aussi ingrate? Il n'est rien, dans tout ce qu'elle nous enseigne, qui ne puisse être transposé aux circonstances de notre vie quotidienne, à la maison et au-dehors.

 

Le premier enseignement à en tirer est que nous ne devons pas tolérer de pollution physique dans notre environnement? On devait aménager, hors du camp, un emplacement réservé aux latrines. Chaque soldat devait disposer d'une pelle, en plus de son armement, pour ses besoins hygiéniques (Deutéronome 23, 12-13). La pollution physique, dans la mesure où elle souille la sensibilité, est également une pollution morale.

 

 

2°) La pureté du langage:

 

Plus importante encore que la protection de nos yeux contre les spectacles polluants est celle de nos bouches contre les propos déplacés. C'est l'aptitude à la parole qui distingue le plus l'homme de l'animal. La parole représente, ou devrait représenter, quelque chose de noble, de spirituel, de divin. En la rendant impure par des propos obscènes et inconvenants, on détruit la pudeur et la modestie ancrée dans l'homme. Un de nos prophètes, pour décrire le stade ultime de la déchéance, emploie l'expression : "Toutes les bouches profèrent névalah (de l'obscénité)"

Isaïe IX;16. La racine naval exprime la flétrissure et la mort d'un organisme? Dans le domaine moral, elle traduit l'idée de la souillure et de la mort de l'esprit.

 

3°) Pendant l'étude et pendant la prière:

 

Notre vie de tous les jours doit porter l'empreinte de l'aspect le plus noble de l'homme. Cela est encore plus vrai pendant l'étude de la Torah, lorsque nous approfondissons la parole de Dieu; et pendant la prière, lorsque nous Le sollicitons pour qu'Il nous aide dans les tâches de notre existence. Nous devons, dans ces circonstances où "nous faisons entrer Dieu dans notre camp", si l'on peut ainsi s'exprimer, être d'autant plus attentifs à ne pas introduire d'éléments polluants dans notre environnement. Prenons soin, pendant la téfilah (prière), d'être correctement vêtus. Veillons à la propreté de notre corps, ainsi qu'à celle du lieu où nous prions. Et couvrons-nous la tête en signe de modestie et de soumission à Dieu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



08/05/2006
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 240 autres membres