Fama Fraternitatis 002

fastigium, «le couronnement et le faîte», de la Philosophia. Tous leurs désirs et leurs intentions tendent vers ce but unique, car ils pensent qu'honorer Dieu revient à faire d'immenses provisions d'or. Avec des prières irréfléchies, ils espèrent plaire à Dieu omniscient qui voit à livre ouvert dans le coeur de l'homme. Néanmoins, nous attestons par le présent manifeste que les Philosophi, les «Amants de la Sagesse» sont loin de nourrir de semblables visées et qu'ils minimisent la production d'or. Elle n'est qu'un parergon, «un supplément de l'oeuvre» sans importance majeure en regard de milliers d'autres facteurs plus favorables. Nous réitérons les propos de notre bien-aimé Père C.R.C.: Aurum, nisi quantum aurum ! « Quelle horreur ! De l'or, rien que de l'or ! ». En effet, celui aux yeux duquel se découvre la nature toute entière, n'éprouve aucune réjouissance à l'idée de faire de l'or et, comme le disait Christ, les démons sont placés sous sa loi. Son bonheur est dans la contemplation de l'ouverture des Cieux, dans le spectacle des anges qui montent et descendent et son nom s'inscrit dans le Livre de la Vie. Nous témoignons également que, sous prétexte de s'adonner à la Chymia ou à la science qui étudie les propriétés, la composition et la transformation des corps, d'innombrables ouvrages et figure contvmetiam gloriae Dei (afficivnt), «constituent un outrage à la gloire de Dieu». Nous les nommerons en la saison appropriée et nous en fournirons le catalogum, «la nomenclature», aux coeurs purs. Nous prions tous les hommes de science de se montrer circonspects à l'égard de telles oeuvres, car l'Ennemi tiendra ses quartiers dans leur entourage jusqu'à ce que plus fort que lui ne l'éradique comme une mauvaise herbe.

 

Ainsi, pour suivre l'avis et la volonté de notre Frère C.R.C., nous, membres de la Fraternité, nous nous adressons derechef aux érudits européens, capables de lire en cinq langues notre Fama et notre Confessio. Qu'ils délibèrent en leur for intérieur pour évaluer notre offre, qu'ils soumettent à un examen des plus clairs et des plus aigus leurs arts, qu'ils considèrent avec attention les temps que nous vivons et qu'ils nous fassent connaître leur commvnicationem consilio, «les modalités de participation à notre projet», singvlatim, «en particulier», par le biais de publications. Bien qu'actuellement nous n'ayons fait mention ni de nos noms ni de notre lieu de rassemblement ,  les professions de foi viendront à notre connaissance, en quelque idiome qu'elles soient rédigées. Il ne sera fait défaut à aucun homme qui livrera son identité. Chacun pourra dialoguer avec nous de vive voix ou par écrit pour effacer toutes suspicion. Telle est la vérité que nous proclamons! Les personnes de bon coeur, sérieusement sensibilisées à nos révélations, en tireront quelque bienfait physique, concret et spirituel. En revanche, les individus contrefaits et emplis d'avidité ne pourront en aucune manière nous assener des coups, mais amèneront leur ruine et leur destruction. Même si notre demeure était possible à appréhender de visu à cent mille hommes, elle resterait conforme à sa nature inviolable, indestructible et invisible aux yeux des pervers.

 

Svb vmbra alarvm tvarvm Jehova

« A l'ombre de tes ailes, Jéhovah ! »



28/03/2006
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 240 autres membres