Jérusalem au temps du roi Sédécias et le livre de Mormon

Jérusalem au temps du roi Sédécias

 

4  Car il arriva, au commencement de la première année du règne de Sédécias, roi de Juda (mon père, Léhi, ayant demeuré toute sa vie à Jérusalem), il arriva que cette même année, il vint beaucoup de prophètes, prophétisant au peuple qu'il devait se repentir, sinon la grande ville de Jérusalem serait détruite.

                                                                      1 Néphi 1:4

 

Le Roi Sédécias est mentionné 8 fois dans le Livre de Mormon, il nous permets d'avoir avec son règne un repère chronologique important pour situer le départ de la famille de Léhi du Royaume de Yehuda en direction de la terre de promission. De plus le livre d'Hélaman nous apporte une information sur le nom d'un des fils du Roi Sédécias je cite :

 

 

21  Et maintenant, allez-vous contester que Jérusalem fut détruite? Direz-vous que les fils de Sédécias n'ont pas été tués, tous excepté Mulek? Oui, et ne voyez-vous pas que la postérité de Sédécias est avec nous, et qu'elle a été chassée du pays de Jérusalem? Mais voici, ce n'est pas tout —

Hélaman 8:21

 

 

 

 

Le roi Sédécias eut un règne court : 597-587 avant J.-C soit 11 ans, et la fuite de Léhi se situe juste avant la destruction de Jérusalem par les armées babyloniennes conduites par Nabuchodonosor. Les rapports du roi avec les prophètes, notamment avec Jérémie qui était originaire d'Anathot à quelques kilomètres au nord-est d'Israël ne sont pas bonne.   On trouve dans le livre de Jérémie une réponse du Seigneur au roi Sédécias :

 

Jérémie 21 : 1/10

  1. La parole qui fut adressée à Jérémie de la part de l'Éternel, lorsque le roi Sédécias lui envoya Paschhur, fils de Malkija, et Sophonie, fils de Maaséja, le sacrificateur, pour lui dire:
  2. Consulte pour nous l'Éternel; car Nebucadnetsar, roi de Babylone, nous fait la guerre; peut-être l'Éternel fera-t-il en notre faveur quelqu'un de ses miracles, afin qu'il s'éloigne de nous.
  3. Jérémie leur répondit: Vous direz à Sédécias:
  4. Ainsi parle l'Éternel, le Dieu d'Israël: Voici, je vais détourner les armes de guerre qui sont dans vos mains, et avec lesquelles vous combattez en dehors des murailles le roi de Babylone et les Chaldéens qui vous assiègent, et je les rassemblerai au milieu de cette ville.
  5. Puis je combattrai contre vous, la main étendue et le bras fort, avec colère, avec fureur, avec une grande irritation.
  6. Je frapperai les habitants de cette ville, les hommes et les bêtes; ils mourront d'une peste affreuse.
  7. Après cela, dit l'Éternel, je livrerai Sédécias, roi de Juda, ses serviteurs, le peuple, et ceux qui dans cette ville échapperont à la peste, à l'épée et à la famine, je les livrerai entre les mains de Nebucadnetsar, roi de Babylone, entre les mains de leurs ennemis, entre les mains de ceux qui en veulent à leur vie; et Nebucadnetsar les frappera du tranchant de l'épée, il ne les épargnera pas, il n'aura point de pitié, point de compassion.
  8. Tu diras à ce peuple: Ainsi parle l'Éternel: Voici, je mets devant vous le chemin de la vie et le chemin de la mort.
  9. Celui qui restera dans cette ville mourra par l'épée, par la famine ou par la peste; mais celui qui sortira pour se rendre aux Chaldéens qui vous assiègent aura la vie sauve, et sa vie sera son butin.
  10. Car je dirige mes regards contre cette ville pour faire du mal et non du bien, dit l'Éternel; elle sera livrée entre les mains du roi de Babylone, qui la brûlera par le feu.

 

(Nebucadnetsar est le nom correctement traduit du Babylonien, Nabuchodonosor est la version grécisée du patronyme).

 

Manuscrit français 1470 -1475 représentant le siège de Jérusalem sous Sédécias

 

Pourtant Sédécias porte un nom qui signifie « justice de Dieu » (Sidqiyya) qui fut porté par l'un des ancêtres du prophète Baruch. Mais sa sagesse sera limitée, et sa conduire irritera le Seigneur d'Israël.

 

Il sera donc le vingtième et dernier roi de Juda. Il était d'un caractère faible, mal conseillé, et n'écoutait pas les conseils des prophètes de Dieu. Il se laissa entraîner par le parti pro-égyptien et se retrouva dans une coalition militaire contre la puissante Babylone. Erreur fatale dont la conséquence sera la destruction des restes de l'Empire salomonien.

 

Le siège de Jérusalem dura deux longues années, et il commença la neuvième année du règne de Sédécias. Sédécias demande le conseil de Jérémie dont le rôle stratégique et politique et évident inspiré par le Père Céleste, mais ce roi ne l'écouta pas toujours. Le manque d'obéissance au Seigneur provoqua sa perte, et celle de tout le Royaume dont il avait la charge.

 

Soldats babyloniens de l'époque de Nabuchodonosor

 

Le verset 7 de Jérémie que nous citons plus haut montre même au roi sa perte, et sa cruelle fin en captivité à Babylone. Il fut averti maintes fois des risques qu'il encourrait par le prophète Jérémie.

 

Devant la menace militaire babylonienne, Sédécias ordonna la libération de tous les esclaves pour se battre en égaux aux côtés des citoyens de la cité sainte. Cette étrange réforme qui sera ensuite bafouée par ce même roi est cité en Jérémie 34 ; 8/22

 

  1. La parole fut adressée à Jérémie de la part de l'Éternel, après que le roi Sédécias eut fait un pacte avec tout le peuple de Jérusalem, pour publier la liberté,
  2. afin que chacun renvoyât libres son esclave et sa servante, l'Hébreu et la femme de l'Hébreu, et que personne ne tînt plus dans la servitude le Juif, son frère.
  3. Tous les chefs et tout le peuple, qui étaient entrés dans le pacte, s'engagèrent à renvoyer libres chacun son esclave et sa servante, afin de ne plus les tenir dans la servitude; ils obéirent, et les renvoyèrent.
  4. Mais ensuite ils changèrent d'avis; ils reprirent les esclaves et les servantes qu'ils avaient affranchis, et les forcèrent à redevenir esclaves et servantes.
  5. Alors la parole de l'Éternel fut adressée à Jérémie de la part de l'Éternel, en ces mots:
  6. Ainsi parle l'Éternel, le Dieu d'Israël: J'ai fait une alliance avec vos pères, le jour où je les ai fait sortir du pays d'Égypte, de la maison de servitude; et je leur ai dit:
  7. Au bout de sept ans, chacun de vous renverra libre son frère hébreu qui se vend à lui; il te servira six années, puis tu le renverras libre de chez toi. Mais vos pères ne m'ont point écouté, ils n'ont point prêté l'oreille.
  8. Vous, vous aviez fait aujourd'hui un retour sur vous-mêmes, vous aviez fait ce qui est droit à mes yeux, en publiant la liberté chacun pour son prochain, vous aviez fait un pacte devant moi, dans la maison sur laquelle mon nom est invoqué.
  9. Mais vous êtes revenus en arrière, et vous avez profané mon nom; vous avez repris chacun les esclaves et les servantes que vous aviez affranchis, rendus à eux-mêmes, et vous les avez forcés à redevenir vos esclaves et vos servantes.
  10. C'est pourquoi ainsi parle l'Éternel: Vous ne m'avez point obéi, en publiant la liberté chacun pour son frère, chacun pour son prochain. Voici, je publie contre vous, dit l'Éternel, la liberté de l'épée, de la peste et de la famine, et je vous rendrai un objet d'effroi pour tous les royaumes de la terre.
  11. Je livrerai les hommes qui ont violé mon alliance, qui n'ont pas observé les conditions du pacte qu'ils avaient fait devant moi, en coupant un veau en deux et en passant entre ses morceaux;
  12. je livrerai les chefs de Juda et les chefs de Jérusalem, les eunuques, les sacrificateurs, et tout le peuple du pays, qui ont passé entre les morceaux du veau;
  13. je les livrerai entre les mains de leurs ennemis, entre les mains de ceux qui en veulent à leur vie, et leurs cadavres serviront de pâture aux oiseaux du ciel et aux bêtes de la terre.
  14. Je livrerai Sédécias, roi de Juda, et ses chefs, entre les mains de leurs ennemis, entre les mains de ceux qui en veulent à leur vie, entre les mains de l'armée du roi de Babylone, qui s'est éloigné de vous.
  15. Voici, je donnerai mes ordres, dit l'Éternel, et je les ramènerai contre cette ville; ils l'attaqueront, ils la prendront, et la brûleront par le feu. Et je ferai des villes de Juda un désert sans habitants.

Le Père Céleste reproche ici aux enfants d'Israël de n'avoir pas garanti la Liberté des esclaves, et va décider de faire de Juda un désert sans habitant. Il faut signaler ici que dans l'Antiquité, c'est l'un des rares exemples que nous avons où des esclaves furent libérés dans l'histoire antique, mis à part l'exode d'Egypte, mais pour la période historique. Même des penseurs comme Platon n'avaient même pas envisagé la possibilité de libérer des hommes en servitude. C'est une grande avancée de la Bible ici sur le plan social. Même si cela se solde sur une reprise des esclaves, mais à quel prix, celui de la chute du Royaume de Sédécias.

 

Le temple de Salomon  à Jérusalem tel qu'il était probablement  à l'époque de Sédécias avant son incendie ordonné par Nabuchodonosor

 

 

Après bien des relations conflictuelles et contradictoires avec le prophète Jérémie, Sédécias consultera en secret Jérémie, après l'avoir fait pourtant arrêté  par ses gens. En Juin 587, l'ennemi ouvre une brèche dans la muraille de Jérusalem, et s'y engouffre, c'est la fin politique et militaire du Royaume de Juda pour une longue période jusqu'aux succès militaires de Judas Maccabée.

 

 

 

Sédécias va s'enfuir par la porte du Sud de la ville, donnant sur l'Ophel. Par la route de la Araba il gagne Jéricho, mais l'armée babylonienne le rattrape, le fait prisonnier, et l'emmène avec ses fils à Babylone, ses fils seront assassinés, et il aura les yeux crevés et mourra à Babylone captif et humilié. Ce récit figure en 2 Rois 25 1/7

  1. La neuvième année du règne de Sédécias, le dixième jour du dixième mois, Nebucadnetsar, roi de Babylone, vint avec toute son armée contre Jérusalem; il campa devant elle, et éleva des retranchements tout autour.
  2. La ville fut assiégée jusqu'à la onzième année du roi Sédécias.
  3. Le neuvième jour du mois, la famine était forte dans la ville, et il n'y avait pas de pain pour le peuple du pays.
  4. Alors la brèche fut faite à la ville; et tous les gens de guerre s'enfuirent de nuit par le chemin de la porte entre les deux murs près du jardin du roi, pendant que les Chaldéens environnaient la ville. Les fuyards prirent le chemin de la plaine.
  5. Mais l'armée des Chaldéens poursuivit le roi et l'atteignit dans les plaines de Jéricho, et toute son armée se dispersa loin de lui.
  6. Ils saisirent le roi, et le firent monter vers le roi de Babylone à Ribla; et l'on prononça contre lui une sentence.
  7. Les fils de Sédécias furent égorgés en sa présence; puis on creva les yeux à Sédécias, on le lia avec des chaînes d'airain, et on le mena à Babylone.
  8. Le septième jour du cinquième mois, -c'était la dix-neuvième année du règne de Nebucadnetsar, roi de Babylone, -Nebuzaradan, chef des gardes, serviteur du roi de Babylone, entra dans Jérusalem.

Dans ce contexte précis, la fuite de la famille de Léhi est salutaire, elle va vers une nouvelle terre de promission, l'ancienne semble maudite, détruite, car le puissant roi Babylonien va détruire le Temple de Salomon, ainsi que Jérusalem. Une nouvelle histoire est prête à s'écrire selon les plans de l'Ancien des Jours. Mulek est épargné, et connaîtra un destin différent, avec ceux qui auront choisi d'aller prendre la Mer pour voguer vers un nouveau destin. Voici ce que dit un passage du Livre de Mormon :

2  Or, il n'y avait pas autant d'enfants de Néphi, ou autant de ceux qui étaient descendants de Néphi, qu'il y en avait du peuple de Zarahemla, lequel était descendant de Mulek, et de ceux qui étaient venus avec lui dans le désert.

 

Mosiah 25:2

 

Mulek avait donc laissé une descendance au Nouveau Monde, et ainsi la descendance de Sédécias n'était pas totalement éteinte… Même si le comportement de ces descendants ne fut pas toujours remarquable.

 

Comment était Jérusalem à l'époque de Sédécias ? son armée ? Il faut bien voir que le Royaume de Juda était au confluent de différentes traditions entre l'Egypte et l'Empire Babylonien. Dans l'architecture, l'archéologie à permis de constater des influences du Levant mais aussi du delta du Nil. Certaines habitations ressemblaient à des demeures égyptiennes avec leurs colonnes caractéristiques. Certaines colonnes d'ailleurs ne sont attestées nulle part ailleurs, et les chapiteaux ressemblent à des sortes de lotus ou de lys, selon les interprétations.

 

Reconstitution du Palais de Nabuchodonosor à Babylone 

 

 

Du côté militaire, le Royaume possède encore des traditions héritées de l'époque de l'Empire Salomien, l'armée malgré tout est puissante, possède une cavalerie et des chars importants, de nombreux soldats. L'équipement du soldat n'est pas à l'image des films d'Hollywood, mais devait ressemblait à celui des Hittites, des Egyptiens, et peut être des Sumériens, le port du casque à cimier est probable, pour les officiers. Mais il est très difficile de reconstituer ces éléments. En revanche la stratégie n'est pas bonne, et l'armée babylonienne est infiniment plus tactique et mieux équipée. Cette situation rappelle toute proportion gardée, le rapport de force entre les légions de Paulius Emilius et la phalange macédonienne conduite par le Roi Persée de  Macédoine quelques siècles plus tard. Si la phalange du temps d'Alexandre est invincible, à l'époque de Persée c'est devenu une formation lourde et sans tactique efficace face aux Légions romaines. Ici c'est un peu le même problème, l'armée de Juda n'est plus efficace tactiquement et stratégiquement.

 

 

 

 Exemple de ballustrade Circa 8e siècle av.J-C. provenant du palais royal de Jérusalem. Admirez les formes caractéristiques de cet art.

 

 

 

 

 

 

 

 Deux exemples de sceaux retrouvés à Jérusalem, à droite le sceau d'une certaine Jészabel (9/8e siècle avant notre ère, opaline grise), femme du roi Akhab.  Le sceau est d'inspiration égyptienne. Et présente même un Ankh, la célèbre croix de vie.

Gros plan sur ce sceau antique témoignage de l'existence du Royaume d'Israël

 

 

 

 Sceau de Shema serviteur du roi Jéroboam, l'écriture est du paléo-hébreu, qui fut l'écriture employée dans l'Antiquité par les Hébreux depuis la période du Royaume unifié de David et Salomon jusqu'à la fin de Jérusalem assiégée par les Babyloniens.

 

 L'Empire babylonien qui s'étendait sur une grande partie du monde antique.

 

 

 

 

L’art de la guerre à l’époque de Sédécias

 

 

 

Le char de guerre ne fut pas connu des hébreux au début de l’installation en Canaan, c’est sous David puis Salomon que cette arme va se développer de manière considérable dans le Royaume. Des découvertes archéologiques : bas relieds,  à Sendjiri et à Tell Halaf en Syrie ; datés du Xe siècle av. J.-C. permette d’avoir une bonne reconstitution de ces chars. Ils étaient tirés par deux chevaux et transportaient deux guerriers, un cocher armé d’une lance, et un archer. Soit 4 hommes. Les roues comportent 6 rayons. Les Assyriens développeront des chars plus lourds et plus grands. Sous Sédécias, le char du Royaume de  Jérusalem n’a guère changé et reste une arme redoutable sur le champ de bataille. Le livre de Mormon cite l’emploi du char dans des combats, comme ici en Alma 18 ;9.

 

9        Et ils lui dirent: Voici, il est occupé à nourrir tes chevaux. Or, le roi avait commandé à ses serviteurs, avant le moment où ils devaient abreuver leurs troupeaux, de préparer ses chevaux et ses chars, et de le conduire au pays de Néphi; car une grande fête avait été déclarée au pays de Néphi par le père de Lamoni, qui était roi de tout le pays.

 

Les enfants de Léhi exportèrent avec eux le savoir faire de fabrication de ces éléments militaires en provenance du Royaume de Juda.

 

Concernant les armes employées par les soldats de Sédécias contre l’armée babylonienne, il faut citer les principales armes offensives : frondes et arcs. Les lances, épées, et javelots étaient considérées comme des armes de défense personnelles, utilisées dans le corps à corps. Bien sur une capacité offensive des épées, lances et javelots étaient également considérées. La protection du fantassin était assurée par des sortes de cuirasses à lamelles de cuir, mais il y avait également déjà des cuirasses en bronze et en fer. Les archers étaient pourvus d’écuyer qui les protégeaient avec des boucliers.

 

L’arme la plus redoutable, était le bélier de siège, largement utilisé par les Babyloniens lors du siège de Jérusalem. La muraille était ébranlée en son point le plus faible, qui était souvent la porte de la cité. Les défenseurs utilisaient alors toutes les armes disponibles pour empêcher l’emploi du bélier, ils jetaient sur les assaillants des torches enflammées, des pierres, et bien sur des nuées de flèches. Les assaillants aspergeaient d’eau le bélier, pour neutraliser l’effet des flèches incendiaires et des torches. C’est un bélier qui eu raison des fortifications, après deux ans de siège, de Jérusalem.

 

Le Royaume unifié d’Israël, puis les deux Royaumes, connurent des fortifications élaborées, les premières étaient des murs à casemates, et des portes monumentales à six compartiments symétriques, encadrées de tours géminées. Ce type d’enceinte fortifiée double a été retrouvée à Méguiddo, Hazor, Gézer et sur plusieurs autres sites. Quelquefois les plans des fortifications sont identiques, « standards ». A l’époque de Sédécias, les fortifications de Jérusalem étaient encore plus évoluées, combinant des murailles épaisses avec des saillants et des rentrants, avec des portes plus étroites et dépourvues de tours. On adapta l’architecture à la poliorcétique, l’art de faire le siège d’une ville. C’est l’introduction du bélier de siège qui précipitera ses innovations. Jérusalem à l’époque ressemblait en quelque sorte à une cité féodale européenne. Le siège de deux ans, démontre bien l’efficacité des fortifications, mais par leur invulnérabilité.

 

Jérusalem en outre possédait une innovation importante, un travail remarquable de génie civil permis de creuser sous le roi Ezéchias un tunnel qui approvisionnait en eau la cité malgré les sièges. Ce canal d’Ezéchias terme qu’emploi la Bible «II Chronique XXXII 30 » a forcé l’admiration des ingénieurs de notre époque. Donc malgré cela, Jérusalem tombera par la volonté du Seigneur. L’armée du Royaume de Juda menée par le roi Sédécias était une armée professionnelle, très performante, à la tête d’une coalition militaire réunissant Edom, Moab, Ammon, Tyr et Sidon, qui étaient de petits royaumes, contre un ennemi plus puissant qu’elle. Mais tout cela ne fut pas suffisant contre les armes babyloniennes et surtout, par la désobéissance du Royaume aux commandements du Père Céleste.

 

 

 

 

 



09/01/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 239 autres membres