L'Epée de Laban et l'existence d'un Ordre de Chevalerie.

 

Un ordre de Chevalerie a t-il existé à l'époque du Roi Benjamin ?

 

L'EPEE DE LABAN

 

 

 

« Et je vis son épée, et je la tirai de son fourreau ; et sa poignée était d'or pur, et son exécution était extrêmement fine, et je vis que sa lame était de l'acier le plus précieux ».

                                                                                         . 1 Néphi IV ; 9 . 

 

 

 

Le Livre de Mormon souligne l'importance d'un artefact, celui de l'épée de Laban et ce à plusieurs reprises dans ce livre. Joseph Smith par sa traduction inspirée nous donne des clefs importantes, pour suggérer l'existence d'un ordre de chevalerie, qui probablement fut crée autour de cette épée. Nous allons étudier cette question d'intérêt historique.

 

Dans l'Ancien Israël ont connaissait déjà l'institution de la Chevalerie avec les célèbres « vaillants » ou « preux » du Roi David, qui était sa garde personnelle et formait une « pré-chevalerie » se situant entre la garde prétorienne romaine et l'ordre de Chevalerie au sens traditionnel du terme.

 

Le texte du Livre de Mormon, nous apprend qu'un personnage, gardien des plaques d'airain, possédait également une épée. Il est présenté comme un personnage néfaste, qui veut empêcher la réalisation du plan divin, concernant la famille de Léhi. Mais sa descendance est noble, puisqu'il est un ancêtre de Joseph qui fut jeté dans le puits et devin grand vizir d'Egypte, d'après la Bible, sous le nom

 

Néphi sous la conduite de l'Esprit vient de prendre l'Epée de Laban au grand destin...

 

Nous trouvons donc, en 1 Néphi V ; 16 cette précieuse indication : Et c'est ainsi que mon père Léhi, découvrit la généalogie de ses pères. Et Laban était aussi descendant de Joseph ; c'est pourquoi lui et ses pères avaient tenu les annales. Le texte est donc très clair sur ce point, cela indique que si Laban est un transgresseur de la Loi, l'objet qu'il détient, son Epée, l'Epée de Laban, est peut être un bien familial, qui lui a été transmis de très loin. Peut être appartenait-elle déjà à Joseph ? Si la garde était en or, cela peut faire penser à une épée d'un dignitaire égyptien, mais ce ne sont que spéculations, nous n'avons pas de preuves de ces choses. Néanmoins c'est intéressant, nous pouvons, tel un Hercule Poirot de l'archéologie du Livre de Mormon, émettre quelques déductions logiques.

 

Cette Epée de Laban sera emmenée dans la Terre Promise, c'est-à-dire l'Amérique, elle deviendra la matrice des autres épées employées dans les conflits décrits dans le Livre de Mormon, et aura le rang de symbole pour la Royauté. L'épée deviendra aussi un trésor national au même titre que le Liahona et les annales.

 

Lehi et sa famille avec l'Epée de Laban, le Liahona et les plaques d'or

 

L'Epée de Laban nous fait penser à Excalibur dans la matière de Bretagne, et elle semble posséder un pouvoir divin, tout comme Excalibur dans les mains du Roi Arthur. Si Arthur remporte des batailles armé d' Excalibur, de même, le Roi Benjamin remporte des victoires avec l'Epée de Laban… Nous pouvons lire cela en Paroles de Mormon chapitre I verset 13 :

…et il les affronta ; et il combattit avec la force de son bras, avec l'épée de Laban.

 

Nous voyons au verset suivant que « c'est avec la force du Seigneur » que le Roi Benjamin et son armée combattirent victorieusement les Lamanites, mais nous pouvons aussi comprendre que la force magique de cette épée y contribua. Une force spirituelle émanant du Père Céleste. Plus haut nous émettons l'hypothèse que l'Epée de Laban aurait pu appartenir à Joseph en Egypte… Mais, elle pourrait très bien être un artefact d'un autre monde…celui du Père Céleste, de la même manière qu'Excalibur l'était pour le Royaume arthurien.

 

Vue en 3D artistique d'Excalibur

 

Le parallèle entre Epée de Laban et Excalibur est tentant. Dans l'Europe médiévale, toutes les grandes épées passaient pour avoir des pouvoirs divins au combat, et portaient donc des noms propres, leur donnant vie… L'épée chantante Durandal du chevalier Roland, une épée qui parlait… Excalibur dont l'étymologie incertaine  gaélique pourrait vouloir signifier « dure foudre », la Joyeuse épée du sacre impérial de Charlemagne, etc. L'Epée de Laban porta-t-elle un nom propre ? Le livre de Mormon est muet à cet égard, et nous savons qu'il manque 166 pages au Livre, et qu'une autre partie est à venir. Alors, nous pouvons penser, en bonne logique, que cette épée devait porter un nom propre qui la qualifiait. Mais lequel ? Nous ne le saurons sans doute pas. Comme la Joyeuse, ou Excalibur, l'Epée de Laban dut jouer un rôle dans le rituel des sacres des Rois Nephites, mais là aussi le Livre de Mormon est très peu prolixe en la matière. Nous en sommes réduit à des hypothèses et à des pistes.

 

 L'Epée du sacre de Charlemagne "la Joyeuse" au Musée du Louvre à Paris

 

Doctrine et Alliances section 17 verset 1 indique clairement que l'Epée de Laban (avec l'Urim et le Thummin) fut « donnée » par le Seigneur au Frère de Jared, lorsqu'il parlait avec le Seigneur sur la Montagne « face à face », comme Moïse le fit en son temps également. Cela souligne clairement le caractère magique et divin de cette épée, dont le pouvoir donne la victoire et qui est destinée aux Rois.

 

Il est dit en 2 Néphi V ; 14 : Et moi, Néphi, je pris l'épée de Laban et, d'après son modèle, je fis beaucoup d'épées, de peur que le peuple qui était appelé les Lamanites ne vint d'une façon ou d'une autre fondre sur nous et nous faire périr…

 

L'efficacité militaire de cette épée n'est plus à démontrer, Nephi décide de la faire fabriquer « en série », une image anachronique  pour l'Antiquité ? Non… Nous savons par exemple que dans l'Empire Romain, et même pour la jeune République romaine, les forgerons pouvaient créer des modèles de glaives similaires pour équiper les légionnaires romains. De même dans la Grèce ancienne, des forgerons pouvaient sur la demande, fabriquer des épées identiques pour différents Hoplites, bien que les Grecs aimassent plutôt l'individualisme dans l'équipement militaire !

 

Ici Néphi emploi une méthode connue dans la Rome ancienne pour choisir de fabriquer ce modèle d'épée dit « de Laban ». Il le fait aussi par nécessité, l'arrivée en terre promise est récente, les infrastructures d'une grande civilisation, se mettent petit à petit en place… L'Epée de Laban est le seul artefact de cette nature au Nouveau Monde. Cette épée à donc une place particulière dans les récits du  Livre de Mormon, et fait d'elle un objet sacré comme le fut Excalibur en Europe.

 

Nous avons souvent entendu dire que le Livre de Mormon est la Bible du Nouveau Monde alors que la Bible l'est pour l'Ancien, mais en complétude l'un de l'autre. Nous pouvons dire, de même,  qu'Excalibur est l'épée surnaturelle de l'Ancien Monde et l'Epée de Laban celle du Nouveau Monde.

 

 

 

 

 

Le livre de Mosiah chapitre I verset 15 et 16 dit : Et il arriva que lorsque le Roi Benjamin eut fini de dire ces paroles à son fils, il lui donna la charge de toutes les affaires du Royaume. Et de plus, il lui donna aussi la charge des annales qui étaient gravées sur les plaques d'airain ; et aussi les plaques de Néphi ; et aussi l'épée de Laban et la boule, ou directeur, qui conduisit nos pères à travers le désert…

 

De manière très affirmative, le Livre de Mormon nous démontre que l'Epée de Laban faisait partie, aux côtés des plaques d'airain et du Liahona. Il devait par conséquent, exister un cérémonial, un rituel de transmission de ces objets de Roi en Roi, chez le peuple Néphite. Et nous pouvons en déduire qu'il existait très probablement un ordre de chevalerie attaché à la Cour du Roi Benjamin et des autres rois Néphites, autour de l'Epée de Laban.

 

L'Archéologie moderne nous a démontré qu'il a existé au Mexique, d'authentiques ordres de chevalerie, comme celui des  Jaguars, qui réunissaient les meilleurs guerriers, avec des rites et des traditions bien établies. Donc la chose n'est pas du tout impossible.

 

Laban était gardien des plaques d'or, son Epée deviendra la « gardienne » des victoires Néphites, assurant sur le champ de bataille, à la poignée du Roi, la victoire sur les ennemis.

 

A la fin du XIXe siècle, Joseph Smith, Oliver Cowdery, et Brigham Young déclarèrent avoir vu l'épée de Laban dans l'étrange cavité de la Colline de Cumorah. Joseph et Oliver virent des merveilles dans cette « caverne » de la colline de Cumorah (nous avons également de très sérieuses raisons de penser qu'il ne s'agit pas d'une caverne, mais d'un « sanctuaire » aménagé par l'homme où reposait ces précieux et sacrés éléments), ils virent l'Epée de Laban, et il y avait une inscription nous rapporte Brigham Young dans son journal des discours en date du 17 Juin 1877. Il aurait été écrit cela :

 

Cette épée jamais ne sera encore engainée jusqu'à ce que les royaumes de ce monde aillent bien au royaume de notre Dieu et à son Christ. 

 

Une prophétie attachée à une épée, tout comme Excalibur pour l'Europe, qui doit revenir au monde pour le retour d'Arthur.


Il est dit dans L'Eglise Mormone que le Prophète vivant peut voir l'Epée de Laban dans la salle qui lui est réservé au Temple de Salt Lake City… Ou alors est-elle toujours gardée dans quelque salle secrète de la colline de Cumorah ? Ce n'est pas très important pour notre étude, ce qui nous importe, c'est l'existence d'un ordre mystique autour de l'Epée, des « Chevaliers de la Table Ronde » du Nouveau Monde, gardiens des traditions autour du Roi Benjamin.

 

Tout cela est fort passionnant, et mérite un examen méthodique, et systématique. Un ordre de Chevalerie autour de l'Epée de Laban, est donc possible.

 

 

 L'Epée de Laban est-elle toujours à Cumorah????

 

 

 

 

 

 



19/08/2006
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 237 autres membres