Le mystère des animaux du Livre de Mormon - Commission Faune et Flore

Le mystère des animaux du Livre de Mormon

 

Commission Faune et Flore du Livre de Mormon

 

Rapporteurs Adama, Pytheas, Ariel et Ammaron

 

Le livre de Mormon mentionne l'existence d'animaux, qui pour la science actuelle, n'ont pas existé à l'époque des événements décrits. C'est d'ailleurs l'un des arguments des personnes qui nient la validité du Livre de Mormon. Mais comme nous allons le voir, les choses ne sont pas si simples. Ces animaux sont :

 

L'éléphant

 

Le cheval

 

On trouve mention de l'éléphant que dans un seul passage du Livre de Mormon, dans celui des annales jarédites, en Ether 9 ; 19 :

 

19  Et ils avaient aussi des chevaux, et des ânes, et il y avait des éléphants et des cureloms et des cumoms, lesquels étaient tous utiles à l'homme, et plus spécialement les éléphants, et les cureloms, et les cumoms.

 

Ce verset outre la mention des chevaux indique également la présence de deux animaux inconnus les cureloms et les cumons, que l'ont peut assimiler à des animaux de traits ou de charge, étant donné qu'ils étaient classés avec les éléphants. Nous verrons plus loin une hypothèse quant à ces deux animaux (mastodontes).

 

Pour nos esprits de modernes, la présence d'éléphants en Amérique semblent aussi incongrue que celle de tigres dans le bassin parisien au Moyen Âge par exemple. Pourtant nous allons voir également que la chose ne l'est pas tant que cela pour les Amériques.

 

Pour le cheval, on trouve 14 occurrences du mot dans le livre de Mormon. Le verset le plus significatif se situe en 1 Néphi 18 : 25 :   Et il arriva que nous trouvâmes sur la terre de promission, tandis que nous voyagions dans le désert, qu'il y avait des bêtes de toutes sortes dans les forêts, la vache et le bœuf, et l'âne et le cheval, et la chèvre et la chèvre sauvage, et toutes sortes d'animaux sauvages, qui étaient pour l'usage de l'homme. Et nous trouvâmes toutes sortes de minerais, oui, d'or, et d'argent, et de cuivre.

 

Les autres versets sont pour le terme « cheval » :

 

2 Néphi 12, 27 ; 2 Néphi 15,28 ; Enos 1 , 21 ; Alma 18 ,9/10 ; Alma 18,12 ; Alma 20,6 ; 3 Néphi 3,22 ; 3 Néphi 4,4 ; 3 Néphi 6,1 ; 3 Néphi 21, 14 .

 

La fonction des chevaux est la même que dans l'ancien Monde, ils servent pour se déplacer, pour l'apparat, pour la guerre, pour aider l'homme.

 

L'Eléphant :

 

La science nous renseigne sur le fait qu'il y avait bien des éléphants en Amérique, mais pas à l'époque supposée des événements du Livre de Mormon. Il est très difficile d'établir une chronologie exacte du Livre de Mormon, comme il en est de même pour la Bible par exemple. Néanmoins la mention de la première année du règne de Sédécias, dans le premier Néphi, permets d'établir une date approximative, vers 600 av. J.-C.

 

L'arrivée en terre de promission ayant eu lieu vers 589 d'avant notre ère, donc il faut accepter le fait que les éléphants existaient encore à cette époque de l'antiquité. Si la science nous dit des choses différentes, elle permets également d'affiner nos recherches, et paradoxalement d'appuyer certaines choses en faveur de la réalité de l'éléphant.

 

Lorsque pour les archéologues, les premiers groupes de chasseurs atteignent l'aire géographique de la Méso-Amérique voici environ 23 000 ans, selon la célèbre théorie (et qui reste qu'une théorie) des migrations de peuples asiatiques par le détroit de Bering,  les grands mammifères laineux étaient toujours là, dont les Mammouths et différentes espèces de mastodontes apparentés à l'éléphant moderne.

 

Les chercheurs ont retrouvés des pointes de lances en pierre taillée, dans des restes fossilisés de mammouths, de mastodontes, de loups, et même de tigres à dents de sabre ; les célèbres similodons. Près de Bogota en Colombie, on a retrouvé tout un cimetière d'ossements de mastodontes.  Il est difficile pour les archéologues de se représenter la vie de ces hommes. Ces peuples arrivés en Amérique et contemporains de ces éléphants étaient plus avancés qu'en Europe, ils maîtrisaient parfaitement le travail de la pierre, l'usage du propulseur ou Atlatl, possédaient des langages variés et une cosmologie riche et variée.

 

Mais tout ceci ne cadre pas avec le Livre de Mormon, car cela s'est passé pour les scientifiques voici des millénaires avant même la dernière glaciation voici 10 000 ans. Et pourtant ce sont d'autres archéologues qui rouvrent le débat, suite à des découvertes étonnantes en Amérique.

 

Aussi étonnant que cela puisse paraître, l'éléphant ou le mammouth, est un thème fréquent dans l'art et l'architecture précolombien. Or officiellement, cet animal n'existait plus depuis des siècles. A l'arrivée des Espagnols, cette espèce avait disparue, c'est un fait. Et pourtant, leurs restes ont été formellement identifiés.

 

Les Amérindiens avaient-ils vue des éléphants, des mammouths, des mastodontes ? Ils en connaissent positivement la trompe. On a découvert des ornements de tête en forme d'éléphants, et des masques d'éléphants sculptés sur des bas reliefs du site de Palenque dans le Yucatan. Il existe dans le Wisconsin aux Etats-Unis, un tertre amérindien, de grande dimension, dont la forme verticale représente un éléphant debout. Ce tertre s'appelle « Elephant Mound ».

 

Dans l'Iowa, des pipes retrouvées dans un autre tertre, ont des représentations d'éléphants. Il a même existé un pégase précolombien dont la forme était un éléphant ailé ! On a retrouvé en Amérique centrale un collier fait de maillons formant une chaîne, et le pendentif en est cet éléphant ailé.

 

 

Voilà qui corrobore ce que nous dit le Livre de Mormon, et ne rend pas du tout ridicule l'hypothèse d'éléphants en Amérique à cette époque, mais au contraire, rend l'hypothèse hautement plausible.

 

Nous avancerons une autre hypothèse quant à notre commission d'étude de la flore et de la faune du Livre de Mormon, à propos des cureloms et des cumons. Il pourrait très bien s'agir du nom attribué à différentes espèces de mastodontes américains, peut-être même au Mammouth. Les mastodontes étaient différenciés en plusieurs sortes d'animaux.

 

Nous savons qu'a la préhistoire, il existait en Amérique, dans la région du Nébraska et du Colorado l'Amebelodon, dont les défenses étranges évoquaient celle d'une pelle. Mais cet animal est sensé avoir vécu au Pliocène. Au Pléistocène, et contemporain des hommes, il y avait en Amérique le « mastodonte américain », une énorme bête de plus de 3 mètres de haut, dotés de défenses qui atteignaient jusqu'à 2,50 mètres de long. Ce mastodonte vécu en Amérique du Nord.

 

 AMEBELODON

 

MASTODONTE AMERICAIN

 

L'ancêtre du Mastodonte américain provient de la région de l'actuelle Egypte. Il s'agissait d'une petit éléphant appelé par les paléontologues « paléomastodontes »  de 1,80 m de hauteur seulement… son lointain ancêtre le Mastodonte américain, fut son évolution ultime. L'animal aurait également franchi le pont naturel de glace qui reliait alors la Sibérie à l'Alaska.

 

Est-il possible que des mastodontes américains aient survécu à l'émergence de l'histoire ? La réponse est oui, car nous n'avons aucune preuve tangible que ces animaux avaient réellement disparu lors de l'apparition des premières grandes civilisations de l'Amérique. Les traces que nous trouvons dans les fouilles archéologiques, d'objets représentant des Proboscidiens semble l'indiquer. Certains diront que c'est le souvenir lointain de ces animaux dans la mémoire collective, mais quelque chose ne va pas, car ces animaux sont représentés avec précision. Une précision encore plus rigoureuse que pour nous européens, lorsque nos érudits essaierons de reproduire des éléphants après les voyages de Marco Polo ! Eléphants dont le souvenir avaient été oublié depuis la fin de l'Antiquité.

 

Représentation amérindienne d'un masque d'éléphant

 

Cette précisons nous interpelle, et nous fait penser au fait que les artistes amérindiens avaient vu des Eléphants, et les connaissaient. Sur ce point, dire donc, que des Eléphants vivaient en Amérique à l'époque des hommes « modernes » n'est point absurde. Il faut savoir également que des témoins digne de foi, disent avoir aperçu en Sibérie, encore au XXe siècle des Mammouths vivants, dont les immensités sibériennes les plaçaient à l'abri de la curiosité. Des fossiles vivants en quelque sorte. Ces récits n'ont pu être prouvé, mais ils émanent de témoins digne de foi, comme des explorateurs, ou de populations vivant sur place.

 

Le cheval :

 

Nous savons de même qu'il existait des ancêtres des chevaux en Amérique, et mieux encore, c'est en Amérique que vécurent les premiers chevaux. Du moins leurs ancêtres directs, ils sont appelés Eohippus, et avait la taille d'un renard ! Mais il s'agissait bien de chevaux primitifs.

 

EOHIPPUS

 


Habitant les luxuriantes forêts américaines, il évolua sur ce continent, lentement, en plusieurs millions d'années, donnant naissance à une très longue série de successeurs :

 

Le Mésohippus (Oligocène inférieur), dont la forme est proche du cheval moderne, mais possède trois doigts à chaque patte et mesure 60 cm au garrot.

 

MESOHIPPUS

 

 

Le Merychippus (Miocène) qui a donné 25 espèces différentes de chevaux en Amérique, leur taille varie de celle d'un veau à celle d'un ânon d'aujourd'hui. Mais leur forme est celle d'un cheval tel que nous le connaissons.

 

 

MERYCHIPPUS

 

Le Pliohippus (Pliocène) ; il mesure 1,85 m au garrot, cheval évolué, et déjà moderne, bien que sa robe fut en partie zébrée. Particularité étonnante disparue sur nos chevaux modernes, mais encore présente chez le zèbre.

 

 Pliohippus au premier plan un Epigaulus, petit rongeur de l'époque

 

Les chevaux se développèrent en Amérique, puis d'après la science, disparurent du Nouveau Monde durant le Pléistocène, et ils revinrent sur leur terre d'origine avec les conquistadores espagnols.

 

Mais avaient-ils vraiment disparus ? Il est certain que les amérindiens de l'époque des Espagnols n'avaient plus le souvenir des chevaux, car ils étaient effrayés de découvrir ses créatures. Mais en est-il de même pour les peuples d'Amérique antérieurs et à l'époque disparu ou fondu dans d'autres nations? Il semble bien également que certains dessins représentent ce qui ressemble à des chevaux.

 

Cela démontre que cela n'est pas impossible, et que des chevaux, aient pu très bien encore vivre à l'époque de Néphi par exemple, soit dans l'Antiquité en Amérique. La commission poursuis ses recherches sur les artefacts amérindiens pouvant représenter des éléphants ou des chevaux.


Il faut signaler qu'une légende indienne du peuple Chica en Colombie nous dit que Bochica enseigna la civilisation, et qu'il était arrivé à dos de chameau avec sa femme et ses enfants. Ce qui est singulier lorsque l'on sait que le chameau également n'est pas attesté officiellement en Amérique.

 

En revanche le Livre de Mormon ne mentionne pas cet animal en terre de Promission, a moins que cela soit l'un des deux termes inconnus vu plus haut et présents en Ether 9 ;19. Si la préhistoire de l'Amérique semble bien connue désormais, l'histoire des peuples elle, l'est beaucoup moins, et l'archéologie précolombienne n'en est qu'à ses débuts, des milliers de sites restant encore vierge de toute étude, et dans ce domaine, nous ne sommes pas au bout de nos surprises. Bien des découvertes futures viendront très probablement bouleversés ce que nous savons du passé des civilisations de l'Amérique ancienne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



06/01/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 237 autres membres