le Roi Arthur et la géographie sacrée du Graal

LE ROI ARTHUR ET LA GEOGRAPHIE SACREE DU GRAAL

 

par

 

Adama

 

 

Le personnage qui se trouve au cœur des romans de la Table Ronde est énigmatique, et lourd de significations. Représentant du pouvoir temporel, il incarne la légitimité d'une filiation royale solaire. Fils d'Uther Pendragon, époux de Guenièvre-Jennifer, il est aussi frère ou demi-frère de la fée Morgane-Muyrgen (« née de la mer »), la Morrigan irlandaise. Son autre demi-souer est Présine, mère de la légendaire Mélusine, la femme-serpent à l'origine de la dynastie des Lusignan. Ceci constitue le cadre celtique le plus connu de la légende.

 

Mais les Celtes reliaient Orient et Occident. Il convient donc d'étudier l'origine du nom d'Arthur à la lumière du sanskrit. Dans cette langue-mère, le terme « artha » désigne les rites précis correspondant à l'initiation. Celle-ci fait intervenir les symboles de la croix constituée par les quatre signes fixes du Zodiaque : Taureau-Lion-Scorpion-Verseau. Mais les nombres 7 (en liaison avec les sept planètes traditionelles) et 12 interviennent largement dans la succession des épreuves.

 

Arthur c'est aussi Arctos, l'ours, en Grec, et peut désigner la constellation de la Grande Ourse, constellation circumpolaire qui ne se couche jamais, et qui guide les hommes perdus.

Le Roi Arthur est l'archétype du personnage à caractère messianique, il veut bâtir un Royaume de perfection, où la paix règnera, une société idéale, où la Table Ronde fait office de gouvernement. La Table Ronde qui est elle-même une représentation symbolique du Cosmos, divisée en 12 partie, pour les 12 chevaliers compagnons d'Arthur.

 

Camaalot, Camelot, ou Kamaalot, selont les orthographes, se veut être un royaume où la parole du Christ est vécu, c'est aussi le lieu privilégié des théophanies du Saint Graal, qui une fois la quête accomplie par les Chevaliers, apparaît au centre de la Table Ronde pour dispenser la vie et la nourriture.  

 

Mais le royaume d'Arthur n'est pas à proprement parler le Royaume du Graal, qui lui, se situe dans une autre dimension spirituelle, c'est le fameux « Montsalvage ».

 

Il y a des mythes qui avec le temps s'érodent, se dissipent, mais la quête du Graal, les Chevaliers de la Table Ronde, Arthur, trouvent en chaque siècle, des échos passionnés, inspire, font rêver, sans doute, c'est ici qu'il faut en chercher le mystère et le sens. L'objet sacré a de ce fait, une certaine réalité, qui parle par-delà les générations et les peuples.

 

Robert de Boron pour sa part dans son « roman de l'estoire don Graal » incorpore dans le Graal les principaux mystères du Christianisme : la Cène, la Cruxifixion, et l'Eucharistie. En 1220, un auteur anonyme dans la Queste del Saint-Graal place l'objet sacré au-delà de l'expérience humaine, dans l'univers de la spiritualité. Le mythe évolue au travers de ces romans, telle une trame initiatique et ésotérique, se dévoilant peu à peu au travers de écrits. Le Graal devient alors le Saint Graal, la sainteté du Calice devient alors une évidence, et sa fonction mystique est puissante.

 

 

La vision d'Amfortas

 

 

Le Saint Calice possède en outre des propriétés miraculeuses, et le candidat chevalier qui veut y accéder doit parcourir un itinéraire initiatique. C'est ce qui ressort dans le château de Montsalvage où le précieux récipient est enfermé dans une « salle du Graal ». Pour pouvoir l'approcher, l'impétrant doit auparavant traverser une épaisse forêt magique, qui est surveillée par les Chevaliers du Graal. Le château est donc entouré par des bois, et les allers et retour des chevaliers qui veillent sur la forêt et donc, sur le Graal, forment des trajectoires radiales qui sortent de Montsalvage et y reviennent , cela forme une roue à rayon qui n'est pas sans évoquer les rouelles celtes. Cette géographie sacrée du Graal est très intéressante, jouxte à la forêt le Royaume d'Arthur, et Perceval va entrer dans le pays du Graal, sur le territoire du roi Amfortas, roi Pêcheur.

 

Ce pays du Graal est tel un temple qui mêle éléments naturels et artificiels (forêt+château), qui sont autant d'enceintes sacrées, où un degré de pureté absolue est exigée pour la Salle du Graal. Ces enceintes sont :

 

1°) La forêt enchantée

2°) Le château de Montsalvage

3°) La Salle du Graal

 

Nous retrouvons la structure triple du Temple de Salomon à Jérusalem… La forêt enchantée, c'est le Ulam, le château c'est le Hekhal et la Salle du Graal le Saint des Saints. L'analogie est frappante.

 

 

La forêt ensorcelée ou magique, est le lieu des épreuves physiques, le château celui des épreuves spirituelles. Les Gardiens du Graal ont pour fonction de détourner de sa quête le chevalier afin de la faire échouer, ce sont des épreuves importantes. Il faut savoir aussi que la frontière du royaume d'Amfortas, est contrôlée par Clingsor, maître du Château Noir. Ce maître du château Noir sera le témoin du duel entre Perceval le Gallois et Méliant. Et c'est lui qui porte à Montsalvage la nouvelle de l'arrivée du sauveur longtemps attendu. Car la forêt enchantée connaît un hiver éternel, c'est un monde blessé à l'image de la blessure d'Amfortas et seule l l'arrivée de ce sauveur pour faire reverdir la forêt, et redonner la vie au Royaume d'Amfortas. C'est le sens final de la Quête concernant le Royaume du Graal.

 

Voici que dit du Graal Julien Gracq dans son livre « le Roi Pêcheur » :

 

Il est dans un monde un trésor captif dans un château enchanté –Cobernic- , un objet de grande merveille, le Graal. Pour qui le voit, ses yeux s'ouvrent et ses oreilles entendent, il comprend le chœur des mondes et le langage des oiseaux. Le Graal est suffisance, extase et vie meilleure. Il est soif et étanchement, dépouillement et plénitude, possession et ravissement.

 

Ces quelques lignes résument bien ce qu'est le Graal sur le plan spirituel et mystique.

 

Pour redonner vie à la forêt enchantée, qui souffre d'un éternel hiver et d'une moisissure permanente, où il n'y a ni jour ni nuit, le temps est comme suspendu… Il faut qu'un Chevalier au cœur pur, un nouvel Elu, rallume le feu salutaire du Graal et deviendra le nouveau roi du Graal.

 

Le comte « Narnia, la sorcière blanche et l'armoire magique », de C.S. Lewis, s'inscrit dans cette symbolique du Graal, là aussi, un hiver éternel règne sur Narnia, jusqu'à ce que des cœurs purs puissent lever la malédiction. Nous pouvons trouver à travers la littérature de nombreux thèmes qui furent inspiré par la Quête.

 

Article en construction

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



20/03/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 237 autres membres