Le sixième candélabre a-t-il été allumé le 3 avril 1836 à Kirtland? Elias Artiste a-t-il visité Joseph Smith?

Allégorie du collège des Rose-Croix

 

Sous les Auspice du Kolob Order

 

Le sixième candélabre a-t-il été allumé le 3 avril 1836 à Kirtland ?

 

Elias artiste a t-il visité Joseph Smith ?

 

par

 

Manti, Sariah, Thot et Luram

 

 

 

Dans les Ecritures modernes, nous trouvons un personnage dont la définition n'est pas claire, il s'agit d'Elias. Et notre commission d'étude des prémisses du Mormonisme, a recherché dans le passé s'il avait existé dans la tradition chrétienne un Elias, qui soit différent d'Elie. En effet, les Ecritures modernes distingue Elie et Elias, comme deux personnages différents.

 

Le Guide des Ecritures publiée par l'Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours est très clair à ce sujet, nous trouvons ces indications :

 

Le nom ou titre Élias est utilisé de plusieurs manières dans les Écritures:

 

 Précurseur: Confondu avec Élie dans le Nouveau Testament, il signifie précurseur. Par exemple, Jean-Baptiste était un Élie (Élias) parce qu'il était envoyé préparer la voie à Jésus (Mt 17:12–13).

 

 Rétablisseur: Le titre Élias a également été appliqué à d'autres personnes qui avaient une mission spécifique à accomplir, comme Jean le Révélateur (D&A 77:14) et Gabriel (Lu 1:11–20; D&A 27:6–7; 110:12).

 

C'est ici le personnage du Rétablisseur qui nous intéresse ici. Au vu des données théologiques contenues dans Doctrine et Alliances, il ne peut s'agir du même Elie du Nouveau Testament, ni de celui connu en Islam sous le nom d'Elias qui est simplement la transcription en arabe du nom Elie.

 

Le « Rétablisseur » nous a mis sur la piste d'Elias Artiste, personnage prophétique qui existe dans la mystérieuse théologie des Rose-Croix de la Renaissance… Nous citons ici un extrait du livre de Christian Rebisse « Rose-Croix et mystères » publié par les éditions traditionnelles. Nous citons :

 

La Prophétie d'Élie

 

     Le milieu protestant est particulièrement sensible à cette ambiance de fin des temps. Luther lui-même, dans « Supputatio annorum mundi» (1540), reprend la Prophétie d'Elie qui trouve son origine dans le Talmud et fut remise en vogue par les Kabbalistes de la Renaissance. Cette prophétie annonce que l'univers durera 6000 ans et que débutera ensuite le millénaire de la fin des temps. Pour Luther, l'année 1532 correspond à l'année 5640 selon l'âge de la Création. Il estime donc que la fin des temps est toute proche. Le chapitre IV de la « Confessio Fraternitatis» fera lui aussi référence à cette prophétie en parlant de « l'allumage prochain du sixième candélabre», c'est-à-dire au fait que l'on approche des 6000 ans. Melchio Hoffman, un anabaptiste, prévoyait lui aussi pour 1533 le début du règne de mille ans qui marquerait la fin du monde. Au siècle précédent, Guillaume Postel considérait qu'à partir de 1543, le dernier âge du monde serait imminent et Pic de la Mirandole, utilisant lui aussi la Prophétie d'Elie, avait annoncé que 1583 serait l'Année Pantocratique.

 

Le Troisième Elie

 

…le nom d'Elie revient fréquemment chez ceux qui, depuis la Renaissance, espèrent la venue de la révélation qui doit marquer la fin des temps. Cependant, avec Paracelse, le nom de ce prophète prend une dimension nouvelle à travers la figure d'Elie Artiste (Helias Artista). Dans son De Minerabilibus relativisant ses propres découvertes, il annonce que la nature cache encore de nombreux secrets, et que Dieu enverra bientôt celui qui en dévoilera toutes les merveilles. Revenant sur ce point dans son livre Von Den natürlichen Dingen (1525), il précise que cet élu, qu'il présente comme un alchimiste accompli, s'appelera Helias. Un autre texte, De Tinctur (1570), attribué pendant longtemps à Paracelse bien qu'il ait été écrit trente ans après sa mort, qualifie ce messager d'Artista.  Ainsi naît le mythe d'Elie Artiste, qui va connaître une grande fortune, tant chez les disciples de Paracelse que chez les premiers lecteurs des Manifestes rosicruciens.

 

Certains vont faire le lien entre la venue d'Elie Artiste et l'instauration de l'ère du Saint-Esprit, la troisième époque jadis annoncée par Joachim de Flore. En effet, après que le premier Elie ait été enlevé dans le ciel, un deuxième Elie était venu en la personne de Jean Baptiste pour précéder le Fils (Mt 11, 14 ; 12, 10-12). Aussi, la troisième époque, celle du Saint-Esprit, serait elle-même introduite par une troisième manifestation d'Elie, en lequel certains voyaient Elie Artiste annoncé par Paracelse. Comme le montre fort bien Antoine Faivre dans « Elie Artiste ou le Messie des Philosophes de la Nature », les références à Elie Artiste se multiplient au début du XVIIe siècle.

 

Oswald Croll affirme dans son basilica Chemica que la troisième ère, celle du Saint-Esprit, sera marquée par la venue d'Elie Artiste, le restaurateur de la « lumière de la Grâce et de la Nature ».

Fin de citation.

 

L'auteur de cet ouvrage important sur l'histoire de la Rose-Croix, sérieusement documenté et très rigoureux, émet l'hypothèse qu'Elie Artiste ou Elias, aurait pu être Christian Rosenkreutz.  Il cite Adam Haselmayer qui fait le lien entre Elie Artiste et Christian Rosenkreutz. D'autres auteurs voient en la fraternité rosicrucienne le troisième Elie prophétisé par Malachie. Le professeur Antoine Faivre a dit « au cours des décennies, le nom d'Elie Artiste sert souvent à désigner non pas un personnage, mais plutôt un ensemble de philosophes et de savants dont on pense qu'ils oeuvrent en vue d'une rénovation spirituelle, religieuse, scientifique. »

 

Pour notre part, nous avons de bonnes raisons de penser qu'en fait, la fraternité rosicrucienne avait pour objet d'être des veilleurs, des gardiens de ce secret de la troisième venue d'Elias Artiste. Et Elias va se faire oublier du grand public cultivé et religieux, à l'exception des personnes se trouvant dans la mouvance Rosicrucienne. Puis arrive un événement étrange, presque passé inaperçu de ce même grand  public, qui va se dérouler aux Etats-Unis, dans le Temple Mormon de Kirtland (Ohio), le 3 avril 1836, en présence de Joseph Smith et Oliver Cowdery.

 

Et nous avons un personnage céleste qui apparaît, qui n'est pas l'Elie du nouveau Testament, qui s'appelle….. ELIAS. Et cet Elias fait un geste de « rétablissement » dans une optique similaire à ce qu'était annoncé des siècles auparavant par les Rose-Croix de la Renaissance et du XVIIe s.

 

Nous trouvons ces passages troublants dans les Ecritures modernes :

 

 

Doctrine et Alliances ; Section 110:12

 

12  Après cela, Élias apparut et remit la dispensation de l'Évangile d'Abraham, disant qu'en nous et en notre postérité toutes les générations après nous seraient bénies.

 

 

Autre passage qui va tout à fait dans le sens de notre hypothèse :

 

Doctrine et Alliances ; Section 77:14

 

4          Q. Que faut-il entendre par le petit livre que Jean avala, comme le mentionne le dixième chapitre de l'Apocalypse?

            R. Il faut entendre par là que c'était pour lui la mission et l'ordonnance de rassembler les tribus d'Israël; voici, c'est là Élias qui, comme il est écrit, doit venir rétablir toutes choses.

 

 

 

Nous attirons votre attention sur cette dernière phrase. Elle pourrait avoir été écrite en plein XVIIe s. ou à la Renaissance, dans des milieux rosicruciens. Pourtant nous sommes en Amérique, au XIX e siècle !

 

Nous doutons que Joseph Smith ait pu connaître ces textes anciens issus du rosicrucianisme, bien qu'il ait pu fréquenter dans sa jeunesse l'Ephrata Cloister, établissement Rose-Croix en Pennsylvanie fondé par Frater Conrad Beissel.

 

Nous mettons en parallèle cet extrait de D & A section 77 : 14

 

C'est là Elias qui, comme il est écrit, doit venir rétablir toutes choses.

 

Avec cette phrase tirée du livre de Paracelse « De Minerabilibus » :

 

la nature cache encore de nombreux secrets, et que Dieu enverra bientôt celui qui en dévoilera toutes les merveilles et cet élu s'appellera Helias.

 

C'est étonnant et nous pensons que cet Elias qui est apparu à Kirtland était bien l'Elias Artiste annoncé par ces chrétiens mystiques à l'enseignement ésotérique qu'étaient les Rose-Croix de cette époque.

 

La présence du H dans le nom n'est pas importante, il s'agit toujours de traduction de noms à partir de l'Hébreu, et en occident, hélas, les hébraïsants ont toujours eu des lacunes. Cet [H]Elias semble bien celui annoncé par la Rose-Croix des siècles auparavant, dans une vision mystique et prophétique assez extraordinaire.

 

La Confessio Fraternitatis (1615)parle de l'allumage du sixième candélabre aux approche de l'An 6000, dans la tradition juive, c'est le Chabbat de Dieu, donc la fin des temps… Et cet allumage devait avoir lieu à proximité de cette fin des temps annoncées.  D'après le calendier Hébraïque, qui serait basé sur un comput théologico-cosmogonique très précis, nous sommes actuellement en l'an 5767, il reste donc 233 ans avant le Chabbat de Dieu : l'An 6 000.

 

Cela signifie-t-il que l'Humanité, dans cette hypothèse, à 233 ans pour se repentir et accomplir l'œuvre du Seigneur ?  C'est-à-dire accepter l'Evangile et préparer une société idéale ? Société idéale : c'était encore une utopie rosicrucienne… Il faut rester très prudent, mais ce sont nos recherches sur l'allumage du sixième candélabre annoncé par la Confession Fraternitatis qui nous conduit à le penser sans l'affirmer.

 

Le plus important de nos travaux fait en commission, est qu'Elias est bien apparu sur la Terre, presque de manière confidentielle, à deux jeunes américains, voici 171 ans à Kirtland. Et cela nous semble très important. Notons qu'à notre connaissance, aucun mouvements religieux modernes ne parle d'Elias. A l'exception des Mormons et des anciens Rose-Croix...

 

 

 

 

Elias se manifeste au Temple de Kirtland

Le sixième candélabre est-il  allumé d'après l'ancienne prophétie rosicrucienne?

 

 

 

 

 



21/10/2007
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 237 autres membres