Le Tai Ki (Ying Yang)

LE TAI KI

par

NNC

(extrait d'une conférence privée)

 

Regardez les deux dessins imbriqués au milieu du Verso de la Médaille. Celui du milieu figure ce que les chinois appellent le Tai Ki (Thai Cuc en vietnamien), considéré comme le symbole de l'ésotérisme chinois.

Sur l'âge du Tai Ki qui peut se traduire par "Faîtes suprêmes" les avis restent partagés: pour certains cinq mille ans,  pour d'autres peut être dix mille ans? Peut être beaucoup moins?

C'est un cercle divisé en deux par une ligne courbe symétrique avec un petit cercle blanc dans la partition noire et un petit cercle noir dans la parition blanche.

Le noir représente le "Yin", principe féminin, passif, existentiel, obscur, etc... qui est associé à la terre, à la lune. Le blanc le "Yang" principe masculin, actif, créateur, lumineux est lui, associé au ciel, au soleil.

Pour ceux qui ne le savent pas, beaucoup de pièces de monnaie anciennes de Chine sont rondes avec un trou carré au mileu, et beaucoup d'histoires mythiques ou légendaires de ce pays tournent autour de ces deux figures géométriques qui représentent l'une la Terre, le monde matériel, le Yin, et l'autre le Ciel, le monde spirituel, le Yang.

La Création

Dans la pensée chinoise, les deux principes Yin et Yang sont présents dans toutes choses dès la Création, et ils s'équilibrent continuellement de façon dynamique. Lao Tseu disait dans le Tao Te King "le livre del a Voie et de la Rectitudfe", le seul recueil de son enseignement :

"Le Tao donna naissance à Un

Un donna naissance à Deux

Deux donna naissance à Trois

Trois donna naissance aux dix mille êtres

Tout être porte sur son dos l'obscurité et serre dans ses bras la lumière. Le souffle indifférencié constitue son harmonie."

Le "Tao" evoqué par Lao Tseu est traduit littéralement par "Voie". Mais c'est le Principe Suprême qui est à la fois l'Origine et la Fin de tous les êtres. Il a la forme de ce qui n'a pas de forme, et l'image de ce qui n'a pas d'image. Il ne crée pas le monde comme quelque chose de distinct de lui, car il n'est jamais séparé de la nature et des êtres, il "est" la nature et les êtres. Il ne crée pas, il engendre. Et aucun nom approprié ne peut lui être associé.

Le Tao que l'on peut nommer n'est pas le Tao éternel, disait Lao Tseu. Le nom que l'on peut nommer n'es pas le nom éternel. Sans , nom, il représente l'Univers.

Le "Un" représente le Tai Ki, le Souffle Primordial, l'Unité/Totalité Première, l'Energie Vitale Universelle et Originelle, passé et présent, sans opposé, infini et éternel, né du Tao le Principe Suprême. Le "Deux" correspond au Yin et au Yang. Le "Deux" produisit les trois souffles-énergies: le pur, l'impur et le mélangé qui à leur tour, constituèrent respectivement le Ciel, la Terre, et l'Homme, le "Trois" ou la Grande Triade Chinoiise, lesquelles génèrent tous les êtres.

Le Pa Koua

Le Tai Ki est entouré de hui trigrammes formant ce que les Chinois appellent le "Pa Koua" (Bat Quai en Vietnamien). L'histoire dit que l'empereur Fo-Hi regarda le Ciel, puis baissa les yeux vers la Terre, en observa les particularités, considéra les caractères du corps humain et de toutes les choses extérieures, puis traça ces huit "koua" ou trigrammes. Une autre version rapporte que les trigrammes lui furent révélées par les écailles d'une tortue sortie des eaux d'un fleuve.

L'explication de ces trigrammes et leur développement, en particulier à travers le Yi-King ou "Livre des Mutations", demande beaucoup de temps et n'est pas traité dans cette courte présentation du Taoisme.

Disons que les huit trigrammes expriment la multiplicité des apparences désignées par le terme "dix mille êtres" qu'il faut comprendre "tous les êtres du monde" pour bien faire. Ces apparences résultent du "Trois", combinaison des deux pôles avec un troisième élément: le Ciel et la Terre ou les deux principes complémentaires, plus l'Homme qui, parvenu au plein développement de ses facultés supérieures, en consitute le Médiateur.

Un trigramme est un groupement de trois éléments, chaque élément pouvant être Yin ou Yang. Le nombre de tels groupements est de huit, d'où les huit trigrammes destinés par utilisation d'un trait continu pour désigner le Yang et d'un trait brisé pour désigner le Yin.

Ces trigrammes sont des images qui expriment ce qui se passe sur Terre et dans le Ciel, plus précisément le mouvement des choses, c'est à dire les états de passage de chaque élément dans leur transformation.

A chacun d'eux correspond une multiplicité de significations symboliques. Par exemple, le "Kien" qui est formé de trois traits continus c'est-à-dire Yang+Yang+Yang désigne le Ciel, le père créateur, la force, l'énergie créatrice, l'ascension, la réussite. Le "Kouen" formé de trois traits brisés superposés c'est à dire Yin+Yin+Yin, désigne la Terre, la mère, la soumission, la réceptivité, la souplesse, la réussite par la douceur. Le "Kan" formé du Yang+Yin+Yang désigne l'eau, l'abîme, l'insondable, l'instabilité, le danger, les chemins détournés.

Les huit trigrammes sont, en somme les symboles applicables à toute situation, à tout individu, à tout être, aux saisons, aux points cardinaux,  à tout ce qui existe.

Le Yin et le Yang

Maintenant revenons au Tai Ki. Vous pouvez voir que toutes ses lignes sont circulaires, donc sont célestes. Car le symbolisme "céleste" qui désigne aussi le monde spirituel, utilise la forme circulaire. Le symbolisme "terrestre" qui désigne le monde matériel, utilise lui, la droite et le carré. Le cercle extérieur symbolise le caractère clos de l'Univers accessible et intelligible à l'homme. Le centre de cet Univers lui même n'échappe pas à la bipartition équilibrée comme le montrent les deux centres des deux cercles intérieurs. Mais cette bipartition n'est pas absolue comme le montre la ligne séparatrice formée d'une courbe en deux demi cercles. Le petit cercle noir dans la partition blanche et le petit cercle blanc dans la partition noire figurent l'Ambivalence foncière de Yin et de Yang. Dans Yang il y a Yin et vice versa dans Yin il y a Yang. Il n'existe pas de Yang absolu ni de Yin absolu, et cela est figuré très justement par la "Roue de Lao Tseu" qui est "le ruban de Moebius". Prenez un ruban par les deux bouts, et collez ceux-ci en les retournant, c'est le ruban de Moebius. A un niveau donné du ruban, on constate la présence de deux faces comme Yin et Yang sont  présents dans chaque aspect de la vie.

Ruban de Moebius

Le Tai Ki présente une symétrie géométrique parfaite, symbole de l'équilibre géométrique du Cosmos et de l'équilibre parfait entre Yin et Yang. Globalement donc, le Cosmos est d'apparence symétrique et d'essence géométrique et le Tai Ki symbolise la sysnthèse et l'essence de la différence.

Deuxièmement, le Changement est la loi unique qui régit Tout. En effet, le Tai Ki n'est pas immobile. En augmentant le rayon  des petits cercles, on voit une transformation : le cercle blanc va se confondre avec la partie blanche, et le cercle noir avec la partie noire, pour former de nouveau le Tai Ki, mais dans une autre position. Ce changement concomitant du rayon des petits cercles symbolise le changement et le mouvement dans ce changement.

Par exemple, dans u ne famille composée de la mère, du père et du fils, la mère est Yin (essence féminine) par rapport au mari. Mais elle sera Yang (essence masculine) par rapport à son fils aussi longtemps qu'elle le nourrira. Quant à l'enfan, Yin (c'est à dire essence féminin) à sa naissance par rapport à son père et sa mère, il devient Yang (essence masculin) par rapport à sa mère à son adolescence, tout en demeurant Yin (essence féminin) par rapport à son père, jusqu'à l'âge adulte. Mais pour totu étranger au cercle de famille, ce rejeton mâle sera Yang (essence masculin) de sa naissance à sa mort.

Ainsi, l'étiquetage chinois par Yin et Yang n'est ni stable ni spécifique : il variera en fonction d'un environnement et possédera toujours un caractère relatif et transitoire qui résulte de l'indispensable lien d'appartenance entre les parties et le Tout : Tout Change, Tout Mute.

Chaque petit cercle s'interprète comme "élément de doute dans la certitude, un catalyse de remise en question, un pourfendeur de dogme". Le Tai Ki symbolise donc l'exil de l'absolu, le refus de porter un jugement de valeur sur l'un des principes antagonistes par rapport à l'autre, le rejet du dogme, le schéma flou de l'ambivalence.

Sans ces petits cercles, la figure décrirait une situation où, chacun des principes étant absolu, les positions sont pétrifiées et les échanges abolis, en quelque sorte le schéma d'un dualisme symbolisé par un carré et séparé par un trait droit en une partie blanche et une partie noire, un binaire composé du Zéro et de Un, deux éléments distincts mais aussi totalement différencié. L'esprit oriental ne prône pas un perfectionnisme de la pensée qui amène à vivre en terme de vrai ou de faux, de bon ou mauvais, de "j'ai raison, tu as tort", du bien et du mal sans nuances ni intermédiaires. Le vrai n'est pas totalement vrai, et le faux pas totalement faux, la pureté n'est qu'une asbtraction. On évite de penser en termes absolus, d'accoler des étiquettes, de faire des affirmations de vérité.



11/05/2006
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 239 autres membres