Les fantômes et les élémentaux dans l'oeuvre de T. Lobsang Rampa

 

INFLUENCE DU LIVRE DE MORMON POUR LE CONTEXTE DE LA CAVERNE DES ANCIENS ?

 

LES FANTÔMES ET LES ELEMENTAUX

 

 

Présentation :

 

T. Lobsang Rampa est l’auteur de plusieurs ouvrages à succès dans les années 1970 ; les plus célèbres étant Le Troisième Œil, Histoire de Rampa, la caverne des Anciens, etc. Mais l’auteur s’était forgé une nouvelle identité, tibétaine probablement pour les besoins de ses ouvrages. Il s’agissait d’un écrivain irlandais, du nom de Cyril Henry Hoskins, d’origine modeste, et le fait de s’être présenté ainsi sous le masque d’un pseudo-moine tibétain le discrédita.

 

Dans mes recherches dans le cadre du Ramah Project du Kolob Order, je suis amené à recenser tous les textes quels qu’ils soient, qui parlent de cavernes, de montagnes, de lieux où seraient enfouis des annales anciennes contenant un savoir. Car comme vous le savez, le Livre de Mormon fut découvert enfoui, sous la forme de plaques semblables à de l’or, par Joseph Smith le 22 septembre 1827,  dans la colline de Cumorah.

 

Et ce récolement d’information m’a fait noter l’œuvre de T.L.Rampa « la caverne des Anciens ». Il s’agirait d’une grotte de l’Himalaya où les hommes d’une antique et très haute civilisation disparue avaient enfermés l’essentiel de leur science à l’intention de l’humanité à venir. 

 

La présentation de ce lieu de connaissance préservé pour l’avenir, fait penser de manière irrésistible aux annales préservées par les civilisations néphites et lamanites. Mais ici, le contexte qui entoure l’écrivain irlandais, doit nous faire douter de la réalité de cette caverne des Anciens. Cela étant très suspect, et il est même probable que l’auteur se soit inspiré de l’histoire de la découverte, bien réelle, des plaques semblables à de l’or, pour placer le décor de son livre. Nous pouvons déceler une influence très probable des circonstances de la découverte du Livre de Mormon, dans le texte de T. Lobsang Rampa.

 

Cela étant dit, le livre présente malgré tout, des éléments très intéressants, qui supposent chez l’auteur, des connaissances approfondies en occultisme et en ésotérisme, connaissances solides et non superficielles. Le récit sous la forme d’un enseignement initiatique, présente  bien des éléments traditionnels d’occultisme, notamment sur les fantômes, les formes de vie, le monde surnaturel, etc.  Certains traits du récit, font même penser à des enseignements que l’ont peut trouver dans une société secrète comme l’Ordre Hermétique de l’Aube Dorée (Golden Dawn). L’auteur étant irlandais, la Golden Dawn est d’origine irlandaise, et il est plus que probables que T. Lobsang Rampa a connu ou peut être, aie appartenu à cette prestigieuse et très mal connue société.

 

Voici quelques brefs extraits du livre « la Caverne des Anciens », qui comporte des éléments digne d’attention pour toute personne s’intéressant à la spiritualité. Ce sont, rappelons le, des notions qui sont déjà avérées dans la tradition occultiste. L’auteur n’invente rien, mais nous donne des éléments de qualité dans ces domaines. Ce fut probablement la clef du succès de ces livres, qui sous couvert d’enseignement tibétain, dispense des connaissances traditionnelles solides, dont les racines sont à chercher dans l’occultisme et l’ésotérisme occidental et oriental.

 

Page 23 :

 

Toute Vie, comme je te l’ai dit hier soir, consiste en une matière animée de vibrations rapides engendrant une charge électrique ; l’électricité est la Vie de la Matière. Comme en musique, il y a plusieurs octaves. Imagine que l’Homme de la rue vibre à une certaine octave ; un Esprit de la Nature et un fantôme vibreront à une octave plus élevée. Du fait que la vie, la pensée et la croyance de l’Homme moyen sont à une seule octave, les êtres qui vibrent à d’autres octaves sont invisibles pour lui.

 

Je tripotai ma robe, tout en réfléchissant. Tout  cela me semblait n’avoir aucun sens. Je pouvais voir les fantômes et les Elémentaux, par conséquent, n’importe qui devait être également capable de les voir. Le Lama, lisant mes pensées, répondit :

 

Toi, tu vois l’aura des humains. Elle est invisible à la plupart d’entre eux. Toi, tu vois les Esprits de la Nature et les fantômes. Ils sont invisibles à la plupart des gens. Les petits enfants les distinguent, parce que les êtres très jeunes sont plus réceptifs. Puis, au fur et à mesure que l’enfant grandit, les soucis de la vie rendent ses perceptions plus grossières. En Occident, lorsqu’un enfant raconte à ses parents qu’il a joué avec des

 

Page 24 :

 

 Compagnons-Esprits, il est puni pour avoir menti, ou bien on se moque de son « imagination débordante ». Vexé d’un pareil traitement, l’enfant finit par se persuader qu’il a effectivement tout imaginé. Toi, en raison de ton éducation spéciale, tu vois les fantômes et les Elémentaux et tu les verras toujours… de même que tu verras toujours l’aura humaine.

 

-         alors même les Esprits qui soignent les fleurs sont semblables à nous ? Demandai-je ?

 

Oui, répondit-il, à ceci près qu’ils vibrent plus vite et que leurs particules de matière sont plus dispersées. C’est pourquoi tu peux passer la main à travers eux, exactement comme tu peux passer la main au travers d’un rayon de soleil. – Avez-vous jamais touché –tenu- un fantôme ? Questionnai-je ?

-         Oui dit-il. C’est possible si l’on accroît la fréquence de ses propres vibrations. Je vais t’en parler.

Page 25 :

 

La Vie, comme je te l’ai dit, consiste en une masse de particules, de petits mondes tournant autour de petits soleils. Le mouvement engendre une substance que, à défaut d’un meilleur terme, nous appellerons « électricité ».

 

Page 26 :

 

 En mangeant d’une manière intelligente, nous pouvons accroître le rythme de nos vibrations. Un régime alimentaire sain – non pas ceux que préconisent les cultes de déséquilibrés – améliore la santé et augmente le nombre des vibrations fondamentales. Nous approchons alors du nombre des vibrations qui émanent d’un fantôme.

 

Il se tut et alluma un nouveau bâtonnet d’encens. S’étant assuré que l’extrémité rougeoyait de façon satisfaisante, il reporta son attention sur moi. – Le seul but de l’encens est d’accroître le rythme des vibrations dans la zone où il est brûlé, et des vibrations de ceux qui se trouvent dans cette zone. En utilisant l’encens approprié, car chaque type d’encens correspond à une certaine vibration, nous pouvons obtenir certains résultats. Pendant une semaine, j’observai rigoureusement un régime qui augmenta ma « fréquence ». Au cours de cette semaine, je fis continuellement brûler dans ma chambre l’encens approprié. Au bout de ce temps j’étais presque « sorti » de moi. J’avais l’impression de flotter plutôt que de marcher, j’avais du mal à garder ma forme astrale à l’intérieur de ma forme physique.

 

Page 33 :

 

(Commentaire : l’auteur décrit une cérémonie initiatique dans un « temple ».)

 

Un Vieux Lama courbé sous le poids des ans marchait lentement devant ses Frères de l’Ordre. Autour de lui se groupaient des trappas, tenant à la main des bâtonnets d’encens et une lumière. S’inclinant devant le Très Profond et se tournant lentement pour saluer les Quatre Coins de la Terre.  Il fit enfin face à l’assemblée des moines. D’une voix étonnamment sonore pour un homme si âgé, il psalmodia :

 

Entendez la Voix des Ames. Ce monde est celui de l’Illusion. La Vie sur Terre n’est qu’un songe qui, comparé à l’Eternité, ne dure que le battement d’une paupière. Ecoutez les Voix de nos Ames, vous tous qui êtes profondément déprimés. Cette Vie d’Ombre et de Douleur prendra fin et la Gloire de la Vie Eternelle brillera sur les Justes. Le premier bâtonnet d’encens est allumé afin qu’une Ame en peine puisse être guidée.

 

Un trappa s’avança et salua le Très Profond avant de se tourner lentement et de s’incliner devant chacun des Quatre Coins de la Terre. Allumant un bâtonnet d’encens, il se retourna de nouveau et le pointa vers les Quatre Coins. Le chant des voix profondes s’éleva de nouveau et se tut, et le soprano aigu des jeunes chelas se fit entendre. Un robuste lama récita certains passages et les ponctua en agitant sa cloche d’argent avec une vigueur uniquement due à la présence du Très Profond.

 

Page 73 :

 

(Commentaire, l’auteur nous présente l’ancienne théorie selon laquelle Jésus aurait passé une partie de sa vie en Inde, que l’ont doit à un auteur russe du début du XIXe s. Rampa nous donne également sa conception des religions monothéistes, très proche d’auteurs occultistes comme Eliphas Levi par exemple).

 

Les chrétiens nous traitent de païens. Il est écrit dans leur Bible que le Christ a erré à travers les déserts. Dans nos documents, il est révélé que le Christ a parcouru l’Inde, étudié les religions indiennes et qu’ensuite il est venu à Lhassa et qu’il a reçu au Jo Kang, l’enseignement des prêtres les plus éminents de cette époque. Le Christ a établi une bonne religion, mais le christianisme, tel qu’il est pratiqué aujourd’hui, n’est plus la religion enseignée par Jésus.

 

Page 74 :

 

Il existe en Occident deux religions essentielles, mais elles contiennent d’innombrables subdivisions. La religion juive est ancienne et tolérante. Les Juifs ne te causeront aucun tort, aucune difficulté. Ils ont été persécutés pendant des siècles et ils montrent beaucoup de compréhension et de sympathie à l’égard des autres. Les chrétiens ne sont pas aussi tolérants. Je ne te parlerai pas des croyances individuelles, tu liras des ouvrages sur ce sujet ; mais je vais t’expliquer quelle est l’origine des religions. Aux premiers temps de la Terre, les gens  vivaient par petits groupes, par très petites tribus. Il existait  aucune loi, aucune règle de morale. La force était la seule autorité ; les tribus les plus puissantes et les plus belliqueuses faisaient la guerre aux plus faibles. A un moment donné survint un homme plus fort et plus sage que les autres.

 

Page 75 :

 

 Il comprit que si sa tribu s’organisait, elle dominerait ses rivales. Il fonda une religion et établit un code de morale. « Croissez et multipliez », ordonna-t-il, sachant que plus il naîtrait de bébés, plus sa tribu augmenterait sa puissance. « Honore ton père et ta mère », ordonna-t-il encore, sachant qu’il donnait aux parents de l’autorité sur leurs enfants, il aurait de l’autorité sur les parents ; sachant aussi que s’il pouvait convaincre les enfants qu’ils étaient les débiteurs de leurs père et mère, la discipline serait plus facile à appliquer. « Tu ne commettras pas d’adultère ! » tonna le Prophète de cette époque. En fait, il ne voulait pas que la tribu ne fût pas « adultérée » par le sang d’un membre d’une autre tribu, car en ce cas-là, certains ne savent plus à quelle autorité ils doivent obéissance. Au cours du temps, les prêtres s’aperçurent que certains individus n’obéissaient pas toujours à l’enseignement religieux. Après avoir mûrement réfléchi et beaucoup discuté, ils mirent sur pied un système de récompenses et de punitions : le Ciel, le Paradis, le Valhalla –appelle le comme tu voudras- pour ceux qui obéissaient aux prêtres. Le feu de l’enfer et la damnation éternelle pour ceux qui leur désobéissaient.

 

Page 76 :

 

Nous sommes Dieu pour les créatures microscopiques qui habitent notre corps et pour les créatures encore plus petites qui habitent ses molécules. Quant à la prière Lobsang, écoutes-tu souvent celles des créatures qui existent dans tes molécules ?

 

Mais vous m’avez dit que la prière était efficace, fis-je observer, d’un ton surpris.

Oui, Lobsang, elle l’est lorsque nous nous  adressons à notre Moi Supérieur, la partie de nous même qui réside dans un autre monde et qui tire « les ficelles du pantin ». La prière est très efficace si nous obéissons aux Lois simples et naturelles qui la rendent telle.

 

Quelques couvertures d'ouvrages publiés par T. Lobsang Rampa, tous controversés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



09/03/2007
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 237 autres membres