Les plaques de bois de Guodianchu ou l'origine commune du Confucianisme et du Taoisme

Le Confucianisme et le Taoïsme ont une même origine - Le Manuscrit Guodianchu est la découverte du millénaire

(Extrait de Clearharmony, traduit de l'Anglais)


La découverte du manuscrit de Guodianchu a partiellement modifié l'histoire du milieu universitaire et philosophique chinoise. Ceci peut complètement corriger les idées fausses et les opinions préconçues qu'ont les gens sur la culture chinoise.

Le manuscrit de Guodianchu compte 804 panneaux [en bois] et 13.000 caractères. Il a été découvert en 1993, dans le cimetière de Chu de la ville de Jingmen dans la Province de Hubei. Il a été écrit il y a environ 2.300 ans lors de la Guerre de Era. Son contenu principal tourne autour du Confucianisme et du Taoïsme d'avant la Dynastie Qin (Qin a été la première Dynastie en Chine. Durant son règne, l'Empereur Qin a détruit beaucoup de textes du Confucianisme.) Le manuscrit comprend la plus ancienne version de l'article " Lao Zi," et de nombreux articles de Confucius et de ses disciples. Douze d'entre eux n'ont jamais circulé dans le monde. Cinq ans après cette découverte, le manuscrit a crée une onde de choc dans le milieu universitaire, et il est rapidement devenu le sujet littéraire le plus prisé pour les recherche et le centre d'intérêt des érudits locaux et d'outre-mer.

Lors de la "Conférence Internationale Académique de Guodianchu sur les Manuscrits," les experts ont signalé que le manuscrit était la découverte du millénaire. Seul le Livre de Jizhongzhu, qui a été trouvé il y a 1.700 ans, pourrait lui être comparé. Grâce à ce manuscrit, on peut éclaircir les changements et les modifications que le Confucianisme et le Taoïsme ont subi à travers l'histoire, et il donne à la culture traditionnelle sa véritable identité. Une partie de ses pensées et valeurs principales pourraient être d'actualité pour les gens aujourd'hui.

Depuis la Dynastie Song, les savants sont devenus septiques quant aux écrits anciens et il y avait beaucoup de livres écrits sur le Confucianisme. Mais la bibliographie et les sources principales se limitaient à Lunyu (par Confucius), Zuozhuan, Archive Historique, et quelques autres. Les gens ont considéré les autres écritures antiques reliées à Confucius comme des sujets trop difficiles à traiter ou comme faux. Certains ont même suggéré que Lunyu n'était pas achevé jusqu'à la Dynastie Han (la Dynastie après la Dynastie Qin), et qu'on ne pouvait pas lui faire complètement confiance. Mais une vingtaine d'articles sans titre du manuscrit ont donné aux gens une nouvelle compréhension de la manière de penser de Confucius.

Les gens ont toujours cru que le Confucianisme et le Taoïsme étaient des philosophies contradictoires. Selon l'article "Lao Zi" du manuscrit, nous pouvons voir que les deux ont la même origine, et que leurs idées se soutiennent mutuellement. Lao Zi lui-même n'a pas critiqué le Confucianisme, mais l'a clairement soutenu en accréditant les concepts de vertu, de bienveillance, de droiture, d'étiquette, de piété filiale et de compassion. Et à partir d'autre matériel historique nous pouvons voir que Confucius admirait beaucoup Lao Zi. Les experts ont fait ressortir que l'article "Lao Zi" du manuscrit n'a aucun style particulier, aucun art de guerre, ou des caractéristiques politiques ou anti-Confucianisme.

Le manuscrit a rempli un vide énorme dans l'histoire de Confucius et est à l'origine de l'idée de concordance entre le Confucianisme et le Taoïsme au tout début de l'ère. Il a permis aux gens de comprendre le modèle de développement de la croyance de Confucius en la bienveillance et l'emphase de Mencius sur l'humanité. Le manuscrit a été utilisé pour apporter de nouvelles preuves des modifications postérieures de la philosophie historique chinoise.

Le manuscrit de Guodianchu inclut les valeurs de base du Confucianisme, respecte hautement les cieux et les Dieux, l'esprit et la nature, et il a une importance culturelle importante même de nos jours.

Le manuscrit estime que les hommes et la nature devraient vivre en harmonie. La définition donnée par le manuscrit du mot "Fidèle " est "Constamment souligner les lacunes de l'Empereur est se montrer fidèle envers cet Empereur." On peut trouver ce concept dans les derniers écrits de Confucius.
(Source: Librairie de Taiyangsheng )



13/05/2006
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 237 autres membres