Livre : Traduction Corso - Le jour après Roswell f)

Si la station spatiale préliminaire était un succès, l'Armée en envisageait une plus élaborée, avec des équipements plus sophistiqués qui pourrait avoir ses propres missions militaires et scientifiques et servir comme station relais pour les équipages en route pour l'avant-poste lunaire. Cette station serait une augmentation de la capacité militaire et rendrait les USA capables de dominer l'espace au-dessus de ses ennemis, aveuglant les satellites ennemis et détruisant leurs missiles. L'Armée voyait aussi la station spatiale orbitale comme un autre composant dans une défense élaborée contre les Extraterrestres, plus spécialement si les Militaires étaient capables de développer les lasers et les canons à particules qu'ils avaient vus à bord du vaisseau de Roswell.

La station spatiale fournirait à l'Armée la plate-forme pour tester des armes Terre-Espace, et celles-ci, le Général Trudeau et Corso étaient d'accord, seraient dirigées contre les Extraterrestres hostiles qui étaient la vraie menace de la planète.

Dans ses plans pour une gestion et un management séparés à l'intérieur de la structure de l'Armée, le projet Horizon était conçu pour être la plus grande opération de recherche, de développement, et de déploiement dans l'histoire de l'Armée. Plus grand que le projet Manhattan, Horizon aurait pu devenir une unité complètement séparée dans l'Armée elle-même.

Ainsi, le projet Horizon fut perçu comme une menace immédiate pour les autres branches de l'Armée, aussi bien que par les agences spatiales civiles. La Navy avait ses propres plans pour établir des bases sous-marines et voulait récolter les opportunités commerciales et scientifiques sous les océans au même moment, voir plus important, établir une défense anti sous-marine qui pourrait compter faire face à la menace sous-marine Soviétique.

L'Armée suspectait que les plans de la Navy, comme leurs plans de base lunaire, donneraient aussi à la Navy la capacité de surveiller les objets sous-marins non identifiés, si, en fait, c'était ce que les EBEs envoyaient sur la Terre.

Malgré l'opposition civile contre le plan militaire, le Général Trudeau écrivit que l'Armée n'avait pas d'autre choix que de défendre sa planification d'une base lunaire.

« Les Renseignements Américains sont d'accord pour confirmer que les Soviétiques disposeront, au plus tard en 1965, d'un atterrissage lunaire habité » Ceci, dit-il, établirait une jurisprudence Soviétique pour déclarer la surface lunaire comme territoire Soviétique, ce qui pourrait précipiter la prochaine guerre si les USA essayaient d'établir une présence là-bas. Être second n'était même pas une option.

 « Comme le Congrès l'a noté, » continua le Général Trudeau, « nous sommes pris dans une tempête dans laquelle nous n'avons pas d'autre choix que de continuer. »

Cependant, alors qu'ils s'efforçaient de trouver le financement et le développement du projet Horizon, ils furent stoppés. Le programme spatial National était devenu la propriété de l'agence spatiale civile et la NASA avait son propre ordre du jour et son propre plan pour l'exploration spatiale. L'Armée avait réussi dans des projets discrets comme Corona, mais cela n'était pas suffisant pour lui fournir le contrôle nécessaire pour établir une base lunaire sous les conditions du projet Horizon.

Corso devint le porte-parole du Général Trudeau pour le projet à la Maison Blanche. Il était capable de faire pression pour cela et Horizon devint finalement une couverture effective pour tout le développement technologique qu'il avait mis en chantier avec le dossier Roswell. Personne ne savait combien de technologie de Roswell serait insérée dans le développement.

Après sa première année au bureau, le Président Kennedy avait aussi vu la valeur du projet Horizon même s'il n'était pas en position de démanteler la NASA et d'ordonner à la NASA de céder le contrôle à l'Armée pour le développement d'une base sur la lune. Peu de temps après que Corso ait témoigné devant le Sénat dans une séance top-secrète sur la façon dont le KGB avait infiltré la CIA et dictait certaines estimations des renseignements depuis la Guerre de Corée, le Procureur Général Robert Kennedy, qui avait lu ce témoignage secret, invita  Corso à  venir au Département de la Justice pour une visite.

Ils allèrent à une réunion ce jour là. Corso savait qu'il l'avait convaincu que les renseignements officiels que recevait le Président, à travers ses Agences, n'étaient pas seulement faux, mais qu'ils étaient délibérément défectueux. Robert Kennedy commença à voir que les Militaires au Pentagone n'étaient pas seulement un groupe de vieux soldats en attente d'une guerre. Il comprit qu'ils concevaient réellement une menace et que les USA étaient vraiment compromis par la pénétration Soviétique de la plupart de ses agences secrètes.

Ils ne parlèrent pas d'Extraterrestres ou de Roswell. Corso ne lui parla jamais des Extraterrestres, mais il fut capable de le convaincre que si les Soviétiques allaient sur la Lune avant eux, la victoire de la Guerre Froide leur appartiendrait à la fin de cette décennie.

Bobby Kennedy suspectait le fait qu'il y ait un autre ordre du jour dans le désir de l'Armée de déployer un avant-poste lunaire pour l'Armée, la science et les intentions commerciales, et sans jamais connaître cet ordre du jour inconnu, il promit qu'il en parlerait au Président.

Corso put seulement nous dire que pour lui ce fut un signe d'aboutissement quand le Président John Kennedy annonça à la Nation, peu de temps après la rencontre de Corso avec Bobby, qu'un de ses buts était que les USA envoient une expédition lunaire habitée avant la fin des années 60.

Il l'a fait !

Peut-être ne pouvait-il pas laisser à l'Armée un autre projet Manhattan. C'était une autre époque et une autre guerre. Mais John Kennedy avait compris, pense Corso, les vraies conséquences de la Guerre Froide et ce qui se passerait si les Russes avaient envoyé un vol habité sur la Lune avant eux.

La marche de l'histoire changea. C'était leurs expéditions lunaires, les unes après les autres, pendant toutes les années 60, qui non seulement attirèrent l'attention du monde sur Eux mais montrèrent à tous leurs ennemis que les USA étaient déterminés à la surveillance de ses territoires et à défendre la Lune. Personne ne considérait une guerre,  plus spécialement les EBEs qui essayaient de les effrayer pour les éloigner de la Lune et de leurs propres bases.

Ils bourdonnaient autour des vaisseaux Américains, interféraient avec leurs communications et cherchaient à les intimider avec leur présence. Mais les Américains continuèrent et persévérèrent. Finalement, ils atteignirent la Lune et envoyèrent assez d'expéditions habitées pour explorer la surface lunaire et effectivement défier les EBEs pour le contrôle du ciel Terrien et de l'Espace.

Et bien que la proposition Horizon prévoyait un atterrissage lunaire en 1967, il présupposait que l'Armée voulait commencer à créer la bureaucratie nécessaire pour gérer l'effort et la construction du matériel nécessaire dès 1959.

Parce que la NASA gérait l'exploration spatiale, les USA mirent plus de temps pour atteindre la Lune que les Militaires ne l'avaient prévu au début, et bien sûr, ne construisirent jamais la base permanente prévue dans le projet Horizon.

Corso savait, bien qu'il soit sorti de l'Armée depuis 1969 que leurs succès pour l'exploration lunaire avaient démontré qu'ils en exerçaient le contrôle et que les EBEs n'auraient plus les rênes des cieux.

Ils démontraient aussi que si une transaction devait être faite, pour une relation de proximité à établir, les Soviétiques n'étaient pas ceux à qui parler.

Mais pour Corso, de retour en 1961, en considérant le gigantesque projet Horizon rapporté sur son bureau et en réalisant que l'Establishment Scientifique Civil s'était mobilisé contre cette tentative, Corso savait que des petites victoires pourraient suffire jusqu'à ce que la grande puisse être gagnée. Corso prit la plaquette avec les circuits imprimés récupérée de l'épave de Roswell et se dit que cela pourrait contenir le prochain projet.

Il savait à peine ce que c'était, mais si les scientifiques de White Sands avaient raison, c'était une victoire qu'ils savoureraient bien après les batailles politiques après la fin du projet Horizon.

13 – La puce à circuit intégré

Avec le projet de vision nocturne en route à Fort Belvoir et l'équipe du projet Horizon essayant de nager en amont du courant de la gestion civile pour le programme spatial, Corso tourna son attention sur le fragment suivant du crash de Roswell qui semblait particulièrement intriguant : la plaque de semi-conducteurs carbonisée qui s'était cassée en plusieurs morceaux. Corso n'en avait pas fait sa priorité, ne sachant pas réellement ce que c'était, jusqu'à ce que le Général Trudeau lui demande d'y jeter un oeil plus attentif.

« Parlez en à quelques-uns des Scientifiques des fusées à Alamogordo » dit-il, « Je pense qu'ils sauront ce que nous pourrons en faire »

Corso savait que dans les jours suivant  le crash, le Général Twining avait rencontré le groupe d'Alamogordo et leur avait décrit quelques-uns des débris. Mais Corso ne savait pas jusqu'où il avait poussé ses descriptions et si les Scientifiques savaient quelque chose au sujet des plaquettes en leur possession.

« Je veux parler aussi à quelques Scientifiques, là-bas » dit Corso, « et plus spécialement je veux voir quelques ingénieurs des fournisseurs de la Défense. Peut-être pourront ils en estimer le processus de fonctionnement».

« Allez à Bell Labs, Phil » suggéra le Général Trudeau «  le transistor est sorti de leur atelier et ces choses ressemblent beaucoup à des circuits transistorisés. »

Corso avait entendu dire que le Général Trudeau avait travaillé de très près avec Bell Labs et Motorola sur la recherche en communication pendant la guerre, ensuite sur le site de test de lancements de missiles V2 à Alamogordo après le crash de Roswell. Est-ce qu'il leur avait donné du matériel du crash ou leur avait il montré la minuscule puce de silicone ?c'était pure spéculation. Tout ce que Corso savait, c'est que les travaux sur la miniaturisation des circuits firent un bond de géant en 1947 avec l'invention du transistor.

À la fin des années 50, les transistors avaient remplacé les tubes à vides dans les radios et avaient changé la boîte en bois de la taille d'un mur des années 40, en radio portable en plastique que vous pouviez écouter sur la plage pendant un chaud dimanche de Juillet. L'industrie de l'électronique avait fait un bond technologique majeur en moins de 10 ans et Corso s'était demandé, en privé, si du matériel de Roswell n'était pas sorti avant son arrivée aux R&D en 1961.

Corso ne comprit pas immédiatement tout ça quand il montra ses plaques de silicones au Général Trudeau, mais il en devint rapidement et intimement convaincu de par le bourgeonnement de l'industrie informatique et par un très petit et invisible pignon d'un processus d'assemblage qui donnerait 50 ans plus tard les premiers systèmes de micro-ordinateurs et la révolution de l'ordinateur personnel.

Suite aux années qui avaient vu Corso rejoindre l'Armée en 1942, sa carrière l'avait conduit à travers les étapes d'un système basé sur les tubes à vide, comme les radios et les radars de la Deuxième Guerre Mondiale, au châssis de composants. C'étaient à l'origine de grosses unités de circuits qui, si elles réduisaient en taille, pourraient être changées en élément, voir très petits éléments, finalement en minuscules transistors et enfin en composants électroniques transistorisés. Les premiers ordinateurs militaires que vit Corso étaient de la taille d'une demi-salle, des monstres de tubes à vide cliquetants qui, aux standards d'aujourd'hui, prenaient une éternité pour calculer la plus simple réponse. Mais ils émerveillaient ceux qui n'avaient jamais vu d'ordinateur travailler auparavant.

À Red Canyon et en Allemagne, les radars de poursuite qu'ils utilisaient étaient contrôlés par de nouveaux ordinateurs à châssis transistorisés qui étaient assez petits pour être transportés en camion et suivre le bataillon. Quand Corso vit la plaque grise avec un quadrillage gravé dessus, il put faire une estimation juste sur sa fonction même s'il n'en n'avait jamais vu auparavant. Il savait, cependant, que les Spécialistes des fusées et les chercheurs Universitaires qui travaillaient avec les laboratoires de développements à Bell, Motorola et IBM feraient plus que comprendre la fonction primaire de ces puces et estimeraient ce dont ils auraient besoin pour le reproduire et se l'approprier.

Mais d'abord Corso appela le professeur Hermann Oberth pour savoir si un développement parallèle avait eu lieu après le crash de Roswell. Le Dr Oberth connaissait les Scientifiques d'Alamogordo et avait probablement reçu, en sous main, le contenu de la conversation qu'avait eu le Général Twining avec son groupe de travail dans les heures qui avaient suivi la récupération de l'appareil. Et si le Général Twining avait décrit certains débris, avait-il décrit ces petites puces de silicone ? et s'il l'avait fait, en ces mois ou l'ENIAC - le premier ordinateur - faisait ses premiers tours de manivelles à l' « Aberdeen Ordonance Testing Ground », Maryland, qu'est-ce que ces Scientifiques avaient fait de ces puces ?

« Ils ont vu ceci à 'Walker field hangar' » dit le Dr Oberth à Corso, « tous ceux d'Alamogordo se rendirent à Roswell avec le Général Twining pour surveiller le chargement à Wright Field »

Oberth décrivit ce qui s'était passé le jour du crash quand une équipe de Scientifiques de l'AMC étudia soigneusement les morceaux et les débris du site. Quelques-uns de ces débris furent emballés pour être emmenés en B29. L'autre matériel, plus spécialement les caisses en partance pour Fort Riley, fut chargé dans un camion par la route.

Le Dr Oberth dit que des années plus tard, von Braun lui avait décrit comment les Scientifiques se tenaient en rang avec leurs équations prêtes afin de pouvoir les traiter sur l'ordinateur expérimental d'Aberdeen Maryland.

Von Braun avait demandé au Général Twining si quelqu'un à Bell Labs avait été contacté à propos de cette découverte. Twining avait semblé surpris au début, mais quand von Braun lui avait parlé des expériences sur les circuits intégrés, matériel dans lequel les électrons n'avaient pas besoin d'être excités par la chaleur pour conduire le courant, Twining avait été intrigué.

Et si ces puces étaient des composants d'un circuit très avancé ?lui demanda von Braun. Et si une des raisons pour laquelle l'Armée ne trouvait pas d'installation électronique dans le vaisseau était que des couches de ces plaques courraient dans tout le vaisseau ? Ces puces pouvaient être le système nerveux du vaisseau, transportant les signaux et transmettant les commandes exactement comme le système nerveux dans un corps humain.

La seule expérience du Général Twining était constituée du lourd système isolé de tubes à vide de la Deuxième Guerre Mondiale, où les fils multiples étaient protégés par des nappes. Il n'avait jamais vu, auparavant, de circuits imprimés métalliques comme ceux-ci. Comment fonctionnaient-ils ? demanda t'il à von Braun.

Le Scientifique Allemand n'en n'était pas très sûr, bien qu'il estimait qu'il s'agissait du même principe que les transistors que les laboratoires essayaient de développer jusqu'à ce qu'ils puissent être commercialisables. Cela transformerait complètement l'industrie de l'électronique, expliqua von Braun au Général Twining. Les Allemands avaient essayé, désespérément, de développer un circuit de cette sorte pendant la guerre, mais Hitler, qui pensait que la guerre serait finie en 1941, avait dit aux Chercheurs en informatique Allemands que la Wehrmacht n'avait pas besoin d'ordinateurs qui auraient un temps de développement supérieur à 1 an. Ils auraient célébré la victoire à Berlin avant la fin de cette année.

Mais la recherche sur les composants de circuits intégrés, que les Allemands avaient faite et le début du travail à Bell Labs n'étaient rien à côté de la merveille que Twining avait montré à von Braun et aux autres Scientifiques au Nouveau Mexique.

Sous une magnifique vitrine, le groupe pensa qu'il ne regardait pas seulement un simple composant de circuit intégré mais tout un ensemble de composants, intégrés les uns aux autres qui devaient contenir ce qui ressemblait à un circuit complet ou un système de circuits.

Ils n'en étaient pas sûrs parce qu'ils n'en n'avaient jamais vu auparavant. Mais ça leur montrait le futur de l'électronique, si un chemin pouvait être trouvé, afin de fabriquer cette sorte de circuit sur  Terre.

Soudain, l'énorme système de guidage nécessaire pour contrôler le vol d'une fusée, en 1947 qui était trop gros pour être compressé à l'intérieur du fuselage de celle-ci, pourrait être miniaturisé de telle façon que cette fusée puisse avoir son propre système de guidage.

S'ils pouvaient copier ce qu'avaient les EBEs, ils auraient, eux aussi, la possibilité d'explorer l'Espace. Résultat, la production des composants de circuits intégrés, commença dans les semaines et les mois après le crash de Roswell, même si William Shockley à Bell Labs, travaillait déjà sur une version de son transistor dès 1946.

En été 1947, les Scientifiques à Alamogordo avaient conscience de la recherche en cours sur les composants de circuits intégrés à Bell Labs et à Motorola. Donc ils s'adressèrent à Nathan Twining afin de rechercher des Scientifiques, au sein des entreprises, susceptibles de l'aider à organiser une réunion pour définir la nature de la découverte de Roswell. L'Armée, très secrètement, avait envoyé quelques composants aux Ingénieurs, pour études et début 1950, le transistor fut inventé et maintenant les circuits transistorisés sont devenus un bien de consommation courant comme dans les systèmes électroniques militaires. L'ère des tubes à vide,  vieille de 80 ans avec laquelle une génération entière de communication, tels que télévisions et ordinateurs, a été bâtie, était maintenant proche de la fin avec la découverte dans le désert d'une technologie entièrement nouvelle.

Le poste à tubes était un legs des expériences du 19éme siècle. Comme beaucoup de découvertes scientifiques historiques, la théorie derrière les tubes à vide a été découverte par chance, personne ne sut réellement ce que c'était, ni qu'en faire, seulement bien des années plus tard. Les tubes à vide trouvèrent leur plus grande utilité des années 1930 à 1950, jusqu'à ce qu'ils deviennent obsolètes, grâce à la technologie découverte à Roswell..

Bien qu'IBM et Bell Labs aient investi des sommes énormes pour mettre au point un ordinateur qui ait un rendement opérationnel faible, il semblait, étant donné la technologie informatique digitale aux alentours de 1947, qu'il n'y avait pas d'applications où l'employer. Il était simplement trop cher à construire, trop cher à démarrer, un éléphant très encombrant en fin de compte. Alors un vaisseau extraterrestre tomba des cieux au-dessus de Roswell, s'éparpillant sur le sol désertique et en un après-midi, tout changea.

En 1948, le premier transistor de dérivation - un microscopique sandwich de silicone - fut inventé par le physicien William Sockley. L'invention fut créditée à Bell Labs et comme par magie, le développement des ordinateurs dinosaures, comme l'ENIAC, fut stoppé et une génération entièrement nouvelle de circuits miniaturisés commença.



10/03/2006
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 238 autres membres