Manifestations précises de survivance après la mort

MANIFESTATION PRECISES DE SURVIVANCE

 

(Les maisons hantées, par Camille Flammarion – Ed. Ernest Flammarion 1923)

 

 

L'apparition de Mme Ram :

 

Madame X…, voit, le 28 décembre 1906, à 23 heures, devant son lit, une forme de femme dont elle distingue parfaitement les traits et tous les détails du vêtement. Cette forme disait d'une voix voilée : « je suis Hélène Ram, je viendrai vous prendre, nous serons ensemble dans l'autre monde. » Mme Hélène Ram est morte à Hyères, le 28 décembre, à 4 heures du matin. C'est donc vingt heures après le décès que l'apparition a eu lieu. Les détails sur les vêtements étaient exacts. Mme Ram n'était pas malade, et Mme X… la connaissait peu.

 

(Ce cas, de l'apparition d'Hélène Ram,  avait été étudié par le Professeur Charles Richet.)

 

Autre affaire :

 

Le spectre dans le fauteuil :

 

Miss K… caressait sa petite chatte qui était sur ses genoux, quand soudain l'animal s'inquiète, se lève, souffle fortement en faisant le gros dos, et donnant tous les signes de terreur. Alors Miss K… aperçut dans un fauteuil placé près d'elle, une vieille mégère, à figure laide, ridée, fixant sur elle des regards méchants. La chatte, devenue affolée, s'élança contre la porte en bonds tumultueux. La demoiselle, terrifiée, appelle au secours. Sa mère arrive. Le fantôme avait disparu. Il était peut-être resté cinq minutes visibles. Il parait que dans cette même chambre, jadis, une vieille femme s'était pendue.

 

 

La belle paysanne :

 

Fait rapporté par la comtesse Carandini :

 

«Un soir vers neuf heures, tout le monde dans la maison était encore en activité, ma sœur âgée de dix-sept ans, en passant par un corridor de l'appartement, vit avec stupéfaction sous le bec de gaz allumé près d'elle, debout, une belle et grand fille, habillée à la paysanne, qu'elle ne connaissait pas. Stupéfaite, elle poussa un cri, et le fantôme disparut. Elle pleura de peur, et ma mère la gronda fort. Le matin suivant, la cuisinière, fille de vingt-cinq ans environ, vint raconter à ma mère que la veille au soir, dès qu'elle s'était mise au lit, elle avait entendu un souffle et senti comme une respiration sur son visage, et qu'ouvrant les yeux, elle avait vu debout près de son lit une de ses amies de son pays, belle et grande fille habillée à la paysanne. Cette belle fille, dit la cuisinière, avait une mauvaise conduite ; et je lui ai souvent donné de bons conseils inutiles. Elle était morte le jour précédent.



28/09/2006
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 237 autres membres