Mu le Continent perdu par James Churchward 002

Tablette N° 1231. — C'est une des plus intéressantes, et par tous ses aspects une des plus

précieuses parmi la collection de plus de 2 600 tablettes de Niven, car elle est la clef du

mouvement de l'univers.

C'est un symbole des Quatre Forces Sacrées, qui sous d'innombrables noms et aspects

différents, ont joué un rôle important dans la conception humaine du Créateur et de la

création, depuis l'aube des temps jusqu'à ce jour.

Les écrits Naacal nous disent que les Quatre étaient l'agent des commandements du Créateur

qui établirent l'ordre et la loi dans le chaos universel. Quand elles eurent accompli leur tâche

elles furent chargées de l'univers physique. Les tablettes mexicaines disent exactement la

même chose.

Les documents Naacal leur attribuent des noms symboliques. La tablette qui pourrait nous

dire ce qu'étaient les Quatre Sacrées, en dehors du fait qu'elles étaient l'agent des premiers

grands commandements de la création, nous manque. Comme les Quatre Sacrées étaient

l'agent des commandements, il y avait naturellement quelque chose à exécuter. Mais quoi?

Jusqu'ici je n'avais rien trouvé dans les anciennes inscriptions et documents qui puisse nous

éclairer... mais cette tablette nous apporte cette révélation.

Au cas où l'on penserait que c'est simple hypothèse de ma part, je donne ici une dissection, un

décryptage et une traduction de cette tablette N° 1231.

1. La figure centrale est un cercle, représentant le soleil en tant que Ra. C'est le symbole

monothéiste du Créateur. C'est un des trois premiers symboles employés dans l'enseignement

religieux. Le plus sacré de tous.

2. Dans ce cercle se trouve la lettre hiératique H de l'alphabet de la Mère-patrie. C'est le

symbole alphabétique des Quatre Sacrées. Comme elle est dans le cercle, cela signifie qu'elles

sont dans le Créateur. Ainsi les Quatre Sacrées sont dans le Créateur et sortent de Sa bouche.

Les Quatre Sacrées — les quatre grandes forces primaires — sont ainsi montrées sortant

directement du Créateur, exécutant comme disaient les anciens, « Ses désirs », « Ses voeux »,

« Ses commandements ».

3. C'est le symbole d'une Force; la base indique le lieu d'origine de la force, et la direction

qu'elle prend. Dans cette vignette, elle va d'Ouest en Est.

4. Chacune des Quatre Forces porte une flèche, une lance, ou une pointe de javelot. C'est le

symbole de l'activité, montrant que cette force n'est pas morte, mais demeure active et

continue dans sa direction d'ouest en est.

Les anciens le comprenaient qui disaient « et quand cela fut accompli, elles reçurent la charge

de l'univers physique ».

5. Cet hiéroglyphe forme le mot Géomètre. Ce mot est inscrit à l'intérieur de chacune des

Quatre Forces. Ce sont donc les Quatre Grands Géomètres, les Quatre Grandes Forces

13

Primaires. Ce sont des forces primaires parce qu'elles sont représentées comme venant

directement du Créateur.

6. Ce symbole est formé en croisant les quatre forces. Elles se déplacent toutes d'ouest en est.

Les pointes forment un cercle symbolisant l'univers.

Elles gouvernent par conséquent les mouvements de tous les corps dans l'univers. Cela

démontre que tous les corps tournent d'ouest en est et que tous les circuits formés par les

corps en mouvement vont d'ouest en est, tournant autour d'un centre. Le symbole démontre

que ce centre est la Force Primaire, c'est-à-dire le Grand Infini, ou le Tout-Puissant.

Etant symboliquement démontré, ce centre ne représente pas un point particulier de l'univers;

c'est Lui, Il est le centre, à qui obéissent tous les mouvements directs ou indirects des corps,

c'est-à-dire les forces subsidiaires pro-duites par les influences des autres forces, peut-être ce

que nous appelons la force atomique.

Parmi les 2 600 tablettes de Niven, 1 000 ont trait aux Quatre Forces Primaires.

Le dernier hiéroglyphe, le N° 6, est courant. J'attends encore le premier archéologue qui ne le

confondra pas avec la svastika, ou croix gammée.

Tablette N° 339, de la collection Niven.

Sur cette pierre, on voit un symbole assez artistique de l'ancienne conception de l'Ordre et de

la Loi, représentée par un papillon.

14

L'ellipse suivant le contour de la pierre symbolise l'univers, un espace sans fin.

La tête du papillon est un cercle contenant quatre points. Ce cercle représente le Créateur et

les points sont au nombre de 4, symbolisant les Quatre grandes forces. 4 et 1 égalent 5, le

symbole numérique de Dieu.

Les deux antennes sur le front symbolisent la loi et l'ordre.

L'aile peut être déchiffrée de deux façons: cinq barres symbolisant Dieu et quatre espaces

entre elles, les Quatre Sacrées.

Une langue traverse l'univers. La langue est le symbole de la parole et du commandement.

Donc, le « commandement a été donné pour

15

que la loi et l'ordre soient établis dans tout l'univers. Le papillon transmet ce commandement.

L'explication: Obéissant à un commande-ment du créateur, les Quatre Sacrées établissent

l'ordre et la loi dans tout l'univers.

Les tablettes Naacal, que j'ai déchiffrées, se terminent par la création de l'homme. La suite a

été perdue. Il manque beaucoup de chaînons dans cette collection qui raconte un récit

incomplet: elle ne parle pas de la création de la femme. On ne sait rien sur ce sujet. sinon ce

qui est purement légendaire. Les légendes, cependant, sont nombreuses et universelles.

Tablette N° 1584. Cette tablette donne la suite des Ecritures inspirées et sacrées de Mu, la

suite du Septième Commandement révélé dans les tablettes Naacal.

Il y a cependant une différence entre les tablettes orientales et mexicaines. Nous savons que

les Naacals ont été directement copiées à partir des Ecritures inspirées et sacrées dans la

Mère-patrie, mais nous ignorons où les tablettes mexicaines ont été rédigées. Le N° 1584 est

un extrait des Ecritures sacrées, fait des dizaines de milliers d'années après les Naacals, mais

par qui? Nul ne le sait, ni où, mais probablement en Amérique puisque toutes les tablettes

rédigées dans la Mère-patrie sont en argile et celles du Mexique en pierre.

Le document mexicain, ayant été rédigé bien après l'oriental, pose une question: est-ce une

copie identique de l'original, ou bien le temps avait-il déjà imposé une nouvelle cosmogonie,

changeant ainsi quelques détails de l'original pour satisfaire un clergé plus moderne?

16

1. Tête humaine, symbolisant l'homme. Les yeux sont fermés, dans la mort qui est le sommeil

mentionné par les anciens écrits. Les premiers hommes ne croyaient pas que l'homme pouvait

réellement mourir (l'âme).

2. Les symboles des forces cosmiques sont ici représentés comme un des pouvoirs conférés à

l'homme pour lui permettre de « régner sur la terre ».

3. Sortant de la tête, ce signe indique que ces pouvoirs sont intellectuels.

4. Le corps est formé par deux oeufs cosmiques. Celui du dessus est lié à la tête, celui du

dessous au premier, ce qui signifie que le corps est double: un jumeau. Comme on le voit,

l’oeuf supérieur est en train de se détacher du second, ou vice versa.

5. De part et d'autre du cou il y a un cercle, le symbole du Créateur, indiquant ainsi que par

certains aspects cette création fait partie du Créateur Lui-même. Comme ils sont placés très

près de la tête, ils signifient aussi « intellectuellement ».

6. De chaque côté de l’oeuf supérieur émerge une force et de ces deux forces descendent deux

autres forces subsidiaires qui entrent en contact avec les oeufs cosmiques qui viennent

d'éclore. Donc, une force les animera.

7. Comme je l'ai dit plus haut, la partie inférieure du corps est formée par un oeuf cosmique,

d'où sortent quatre autres oeufs; ce symbole signifie donc que l’oeuf inférieur est le principe

féminin.

Le rapport entre les forces de l’oeuf supérieur, le principe mâle puisqu'il ne lui pousse pas

d’oeufs cosmiques mais seulement des forces, et celles des oeufs cosmiques sortant de l’oeuf -

mère formant la partie inférieure du corps, nous indique que les forces cosmiques de l'homme

se transmettent de père en fils. Les forces cosmiques de l'homme venant directement du

Créateur se perpétuent ainsi dans toute l'humanité.

8. Cet hiéroglyphe représente une paire de cisailles, ou forces de division. On voit deux forces

se refermant l'une sur l'autre, coupant et divisant ce qui se trouve entre elles. Ces deux forces

sont les agents qui séparèrent le corps dans la mort, pour en faire un mâle et une femelle.

L'explication des divers symboles de cette pierre est la suivante:

Le premier homme fut créé double. Puis cette créature: le premier homme fut endormi (la

mort que nous connaissons) et pendant son sommeil ses principes furent divisés, et le premier

homme se dédoubla en un homme et une femme. Par la suite, par l'homme et par la femme, la

reproduction perpétua la race. Le monde entier fut peuplé par ce couple.

C'est une légende effarante et, pour celui qui ne réfléchit pas, impossible. Cependant c'est

cette légende qui a été répétée au cours des siècles et qui nous est parvenue.

Je choisis deux extraits de la Bible:

Genèse: chap. 2, verset 22: « Et de la côte qu'avait prise de l'homme le Seigneur, Il façonna

une femme. »

Genèse: chap. 3, v. 20: « Et Adam appela sa femme Eve; car elle était la mère de tous les

hommes. »

L'écriture biblique est symbolique, et non littérale; elle exprime dans une langue différente

l'histoire racontée sur cette tablette. La Bible et le document mexicain ont donc eu la même

origine, les Ecritures Sacrées et inspirées de Mu.

Une légende similaire existe chez les sauvages et demi-sauvages des îles Polynésiennes.

« Taaroa a créé l'homme de la terre rouge Araca et a soufflé dans ses narines. Il a créé la

femme des os de l'homme et il l'a appelée Evi. » (1)

Platon, le grand philosophe grec a écrit: « L'être humain a été créé à l'origine avec l'homme et

(1) (En polynésien, Evi se prononce Eve-i). On trouve des légendes semblables dans les écrits

égyptiens

17

la femme ne formant qu'un seul corps. Chaque corps avait quatre bras et quatre jambes. Les

corps étaient ronds, et ils roulaient partout, en se servant des bras et des jambes pour se

mouvoir. Ils finirent par défier les dieux. Ils cessèrent de faire des sacrifices et ils menacèrent

même de rouler jusqu'au sommet de l'Olympe pour attaquer et renverser les dieux. Un dieu dit

alors « Tuons-les tous, ils sont trop dangereux! » Un autre dit: « Non, j'ai une meilleure idée.

Nous allons les couper en deux; alors ils n'auront que deux bras et deux jambes; ils ne seront

pas ronds. Ils ne pourront pas rouler; étant multipliés par deux, ils offriront deux fois plus de

sacrifices et, ce qui est le plus important, chaque moitié sera si occupée à rechercher son autre

moitié qu'ils n'auront plus le temps de nous défier. »

Ce second dieu était sage. Son idée a donné d'excellents résultats. Chaque moitié humaine,

homme ou femme, a été et est toujours si occupée à chercher son autre moitié .1'44 âme soeur

qu'ils oublient le reste.

Lao-tseu, dans Tao-tô king, écrivait, en Chine, en 500 av. J.C.: « Tao la Raison a créé Un. Un

est devenu Deux. et Deux ont produit Trois, et Trois ont produit tous les êtres.

Les pays orientaux ont beaucoup de légendes sur la création du premier homme double.

Beaucoup d'entre elles parlent de 1a séparation pendant le sommeil (la mort).

Je me garderai de tout commentaire sur cette cosmogonie. Je laisse au lecteur le soin d'en tirer

ses propres conclusions.



17/03/2006
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 237 autres membres