Mu le Continent perdu par James Churchward 008

La Basse Egypte avait été colonisée par la Mère patrie par la route de Mayax et de l'Atlantide,

qui toutes deux se trouvaient à l'ouest de l'Egypte; par conséquent, pour atteindre le lieu de

réincarnation. l'âme venant de la Basse Egypte devait suivre le même chemin qu'avaient

emprunté ses pères, et repartir vers l'ouest.

Au contraire, les colons de la Mère patrie étaient arrivés en Haute Egypte en passant par l'Inde

et la Birmanie. Ces deux pays se trouvant à l'est de l'Egypte, l'âme devait voyager dans cette

direction pour arriver au lieu de la réincarnation en reprenant le chemin que les ancêtres

avaient suivi. Les deux cultes avaient donc raison. bien qu'il fallut des centaines d'années pour

le découvrir.

Donald A. Mackensie nous dit: La fusion se fit entre les deux anciens cultes de l'Egypte, celui

d'Osiris qui croyait à un paradis à l'ouest,et celui des adorateurs du soleil qui imaginaient leur

paradis céleste à l'est. Osiris. un ancien roi déifié, fut identifié avec les dieux du culte

occidental. On trouve des échos de ce conflit entre les deux cultes dans les textes des morts.

remontant à environ 2700 ans av. J.C.

Comme tous les égyptologues, Mackensie ne comprend pas grand-chose au symbolisme. Ils

sont tous incapables de faire une distinction entre le symbole et ce qu'il représente. Ils

oublient que les anciens employaient un symbole particulier pour chaque attribut de la

Divinité. et que le soleil était le symbole collectif de tous ces attributs, représentant donc la

Divinité elle-même.

Les habitants de la Haute Egypte n'adoraient pas le soleil. comme le prétend Mackensie. Ra,

le soleil. était leur symbole collectif de la Divinité. Des temples étaient dédiés à Ra. qui

représentait la Divinité, tout comme aujourd'hui la croix représente le Christ.

Mackensie affirme que Osiris est un ancien roi. Il ne dit pas sur quels peuples il régnait, mais

en déduit que c'était le peuple égyptien; en quoi il se trompe encore car lorsque Thoth fonda la

première colonie de Basse Egypte à saïs, il enseigna la religion osirienne comme le démontre

divers papyrus, et cela se passait il y a 16 000 ans. Deux sources différentes que j'ai

consultées déclarent que Osiris vivait en Atlantide il y a 18 000 ou 20 000 ans, et qu'il était un

grand maître des religions.

Les deux cultes égyptiens apportent une nouvelle preuve de la première apparition de

l'homme sur Mu et de la position géographique de ce continent à l'est de la Birmanie et à

l'ouest de Mayax, c'est-à-dire en plein Pacifique.

La destruction de la Mère patrie était égale-ment commémorée dans leurs cérémonies

religieuses. Le passage du novice du premier au deuxième degré se faisait en le plongeant

symboliquement dans un abîme de feu pour lui rappeler le sort de ses ancêtres dans la Mère

patrie bien-aimée et pour lui faire aussi comprendre où son âme devait aller pour sa

réincarnation. Ceci nous est expliqué dans le Livre des Morts, au chapitre 22, en ces termes: «

Je viens, je fais ce que mon coeur désire en ce jour du Feu, j'éteins les flammes dès qu'elles

apparaissent. »

Avant de clore ce chapitre, je crois nécessaire de faire état de documents correspondants provenant

des régions entourant l'océan Pacifique; cela permettra au lecteur de comprendre plus

aisément la situation.

47

Commençons par le symbole primordial, le blason royal de Mu, l'empire du Soleil,

représentant un soleil à huit rayons

.

Le dessin si dessus a été découvert sur la robe d'un Indien Kootenay vivant au Canada, en

Colombie Britannique. La bordure de la robe d'un autre Indien Kootenay était composée d'une

suite d'un des symboles de « Mu submergée » (voir page 47). Le vêtement portant le symbole

du soleil est noir, le soleil jaune pâle entouré d'une zone rose rouge pâle avec les pointes

tracées en indigo.

J'ai déjà montré une reproduction du blason royal de Mu peint sur l'éventail d'une indigène

des îles Gilbert, à plus de 11 000 kilomètres du Canada. On retrouve ce symbole sur les

totems des Indiens d'Amérique du Nord, des Maoris de Nouvelle-Zélande, au Nevada, au

Mexique, dans des lieux incroyablement éloignés les uns des autres.

48

Une immense forêt impénétrable couvre la moitié sud du Yucatan et s'étend jusqu'au

Guatemala et au Honduras. Ce n'est pas une forêt vierge. car à une époque cette terre fut

habitée, de grandes villes s'y trouvaient, une population dense, des champs cultivés. Et dans

cette jungle on trouve aujourd'hui de grandes ruines imposantes qui, si l'on peut en croire les

49

traditions des Indiens Copans et Quiriguas, qui vivent à l'orée de cette luxuriante forêt, sont

seulement des exemples de ruines plus immenses encore cachées dans les profondeurs de la

jungle où l'homme blanc n'a jamais pénétré.

Je crois, personnellement, à la véracité de ces récits faits par les Indiens, car ils parlent de ces

ruines avec une crainte superstitieuse. Et puis nous avons des documents égyptiens qui les

confirment.

La forêt est une partie du « pays d'au-delà „ qui fut détruit et rendu « impassable » par de «

grands flots cataclysmiques qui déferlèrent sur la terre », causant la mort de « presque tous les

habitants ».

Cette civilisation fut anéantie et ses cités détruites il y a 11 500 à 11 750 ans, quand les

ceintures de gaz qui passaient sous cette région furent créées, provoquant l'élévation des

montagnes, tout cela peu de temps (relativement) avant la submersion de l'Atlantide.

En disant que le pays était « impassable » après de tels cataclysmes, les Egyptiens sont bien

au-dessous de la vérité.

Dans le Honduras à Copan, à Quiriga dans le Guatemala, à Opico et Cirraca-Mecallo à San

Salvador, il y a d'énormes ruines préhistoriques. Partout on peut y trouver des symboles se

référant à mu.

A Quiriga on trouve de remarquables stèles et des obélisques sculptés de figures humaines

portant une triple couronne, montrant ainsi leur allégeance à la Mère patrie.

Chacune de ces stèles porte un totem symbolique différent, indiquant qu'ils se réfèrent à

diverses dynasties royales. Chacune des anciennes dynasties avait son totem. par exemple

l'éléphant, le tigre ou le serpent.

Ainsi, tout le long des côtes occidentales de l'Amérique du Nord, de l'Amérique Centrale et de

l'Amérique du Sud, une suite ininterrompue de vestiges nous révèle que Mu était la Mère

patrie de ces régions.

J'ai relevé des symboles chez les indigènes des îles du Pacifique et sur les pierres de leurs

ruines. Je suis allé ensuite en Nouvelle-Zélande si bien qu'il ne reste que l'Asie pour compléter

ce tour de l'océan Pacifique. La Birmanie et l'Inde fourmillent de souvenirs de Mu. comme je

l'ai déjà démontré. correspondant dans les moindres détails avec ceux de l'Amérique.

Je crois que les documents Uighurs suffiront à convaincre les esprits les plus sceptiques de

l'existence de Mu, la Mère patrie. existence prouvée par les seuls symboles.

L'Uighur était le principal empire colonial de Mu, aux temps du Déluge biblique qui en

détruisit la moitié orientale.

Les légendes chinoises nous disent que les Uighurs étaient au zénith de leur civilisation il y a

environ 17 000 ans. Cette date concorde avec le phénomène géologique.

L'empire Uighur étendait sa puissance de l'océan Pacifique, à travers l'Asie centrale, jusqu'à

l'Europe de l'est et au-delà de la mer Caspienne. Cela se passait avant que les îles Britanniques

soient séparées du continent européen.

La frontière méridionale de l'empire Uighur suivait celles de la Cochinchine, de la Birmanie,

de l'Inde et de la Perse, et cela se passait avant que l'Himalaya et le autres chaînes de

montagnes d'Asie ne s'élèvent.

Sa frontière nord passait par la Sibérie mais aucun document ne permet de déterminer jus

qu'où elle s'étendait. On a cependant découvert des vestiges de villes dans le sud de la Sibérie.

Eventuellement, les Uighurs s'établirent autour de la mer Caspienne, comme le relate un très

ancien document hindou; de là ils pour-suivirent leur conquête à travers l'Europe centrale

jusqu'à sa limite occidentale, l'Irlande.

Ils s'installèrent dans le nord de l'Espagne et le sud de la France, et dans toute la région

balkanique. Les plus récentes découvertes archéologiques en Moravie sont des vestiges

uighurs et les preuves sur lesquelles les ethnologues fondent leur théorie de l'origine de

l'homme en Asiesont les vestiges laissés en Europe par la con-quête des Uighurs.

50

L'histoire des Uighurs est l'histoire des Ariens.

Les ethnologues ont déclaré certaines races blanches ariennes qui ne le sont pas du tout, mais

appartiennent à une toute autre colonisation.

La capitale des Uighurs se trouvait à l'endroit où se dressent aujourd'hui les ruines de Khara

Khota, dans le désert de Gobi. A l'époque de j l'empire Uighur, le désert de Gobi était une

terre extrêmement fertile.

Les Uighurs avaient atteint un très haut degré de civilisation et de culture; ils connaissaient

l'astrologie, le travail de la mine, l'industrie textile, l'architecture, l'écriture, la lecture, la

médecine, etc. Ils étaient d'habiles artistes, experts en décorations sur soie, sur métal et sur

bois, et ils sculptaient des statues d'or, d'argent, de bronze et d'argile, et cela se passait avant

que débutât l'histoire de 1'Egypte.

La moitié de l'empire Uighur fut détruite avant l'engloutissement de Mu. l'autre moitié après

la disparition du continent.

Le professeur Kosloff a découvert une tombe à quinze mètres sous terre, à Khara Khota, et y a

trouvé de merveilleux trésors, qu'il a photographiés car il n'avait pas le droit d'y toucher. Je ne

crois pas me tromper en disant que ces objets ont été manufacturés il y a 16 000 à 18 000 ans.

Ce sont des peintures sur soie représentant une reine et son consort, dans une position assise.

La reine est coiffée d'une couronne à trois pointes avec un disque au centre portant trois séries

de rayons. Derrière elle, il y a un autre grand disque: le soleil, et derrière sa tête un disque

plus petit: un soleil inférieur. Le grand soleil symbolise Mu. le plus petit l'empire colonial

Uighur. La couronne, un soleil portant des rayons d'un seul côté. c'est l'écusson d'un empire

colonial. A la main gauche elle tient un sceptre en forme de trident, le symbole numérique 3

de la Mère patrie. Son siège est un lotus épanoui. symbole floral de la Mère patrie indiquant

qu'elle est assise sur les genoux de Mu. qui la soutient.

Kosloff a photographié plusieurs sceptres. qui portent tous les trois pointes. symbolisant Mu.

Ainsi nous constatons que les symboles de l'Asie. de l'Amérique, des îles du Pacifique et de la

Nouvelle-Zélande racontent tous les mêmes récits. Que peut-il y avoir de plus irréfutable, de

plus convaincant, sinon l'apparition de nos ancêtres surgissant de leurs tombes pour nous dire

de vive voix ce qui leur est arrivé sur le continent de Mu?

51

6

MU, L'EMPIRE DU SOLEIL

Beaucoup d'étudiants de l'Antiquité ont remarqué que les rois et les empereurs des temps

anciens adoptaient le titre de Fils du Soleil », mais ils ont toujours été incapables d'en donner

la raison.

Pour trouver cette raison. nous devons remonter au premier empire de la terre, l'Empire du

Soleil. la Mère-patrie de l'homme. pour lequel un emblème royal fut inventé.

L'emblème on blason royal de Mu

L'emblème royal de Mu, Empire du Soleil, n'était pas un simple dessin conçu au hasard car

chaque trait avait une signification précise, comme l'indiquent le déchiffrage et sa traduction:

A. La forme de l'écusson représente la lettre stylisée M, une des lettres de l'alphabet hiératique

de Mu. C'était sa lettre symbolique, et, en fait, c'était même son nom, car cette lettre se

prononçait Mu (ou Mou).

B. Cet hiéroglyphe est la figurine centrale de l'écusson et se lit U-luumil (Ou-lou-oum-il) ce

qui veut dire « Empire de ».

C. Le cercle autour de cet hiéroglyphe est une image du soleil, si bien qu'ensemble ils se

lisent: « L'Empire du Soleil. » La forme de l'écusson étant un préfixe, cela fait « Mu l'empire

du Soleil.

D. Le soleil a huit rayons, symbolisant les huit points cardinaux. signifiant ainsi que la terre

entière est dominée par Mu.

E. Le trait encerclant les rayons est un symbole de l'univers, l'univers étant appliqué à

l'homme. c'est-à-dire la terre. Les rayons de l'influence de Mu, donc, touchent toute

l'humanité.

Ainsi, le blason royal de Mu nous révèle que toute l'humanité de la terre était sous sa

domination. Mu était maîtresse de tout le globe, et cela est confirmé par le Codex Cortesianus,

dans lequel Mu est appelée Chef.

Les traditions nous apprennent que lorsque Mu devint un empire le chef hiératique fut choisi

pour devenir roi, ou empereur. Le chef hiératique représentait la Divinité, dans l'enseignement

religieux. Le soleil, appelé Ra, était le symbole collectif, et le plus haut, de la Divinité et, par

conséquent, le symbole du « Roi des Rois ».

52

Choisi pour être roi, le chef hiératique prit le titre de Ra, symbole à la fois du soleil et du

monarque. Il y ajouta le nom de la terre de Mu, si bien que le roi s'appelait Ra Mu, ou Soleil

Mu. Alors un nouveau nom fut conféré à la Terre, qui s'appela l'empire du Soleil.

On ne sait à quelle date a été fondé l'empire du Soleil. Des royaumes et des empires sous sa

suzeraineté ont été retracés au-delà de 35 000 ans si bien que la fondation de l'empire du

Soleil remonte à beaucoup plus de 35 000 ans. Il pouvait aussi bien exister depuis mille ans

que depuis des dizaines de milliers d'années. Aucun document, aucun vestige n'a pu nous

éclairer sur ce point.

Apparemment, tandis que les diverses colonies de la Mère patrie s'étendaient et devenaient

assez puissantes pour se gouverner elles-mêmes, elles étaient transformées en empires ou en

royaumes, mais toujours sous la domination de la Mère patrie, si bien que toute la Terre n'était

qu'une seule famille avec un seul chef.



17/03/2006
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 238 autres membres