Voyage à l'intérieur de la terre par Marshall B. Gardner

Le Département Gaïa Centre de la Terre, présente pour la première fois en Français, sur le Web, une traduction du livre fondamental de Marshall B. Gardner "voyage à l'intérieur de la terre". Il s'agit d'un livre honnête dans sa démarche, ont peu ne pas être d'accord avec l'auteur, mais il convient d'examiner avec un esprit ouvert, mais critique, l'oeuvre de Gardner. Les chapitres de cet imposant livre (456 pages) seront traduits au fur et à mesure. Nous vous en souhaitons une bonne lecture.

 

 

 

 

VOYAGE A L'INTERIEUR DE LA TERRE

 

Où les pôles ont vraiment été découverts

 

 

 

Par

 

Marshall B. Gardner

 

(Publié en 1913, puis en 1920)

 

L'HOMME dont la connaissance avec la cosmogonie et la physiographie est confiné à ce qu'il a appris à l'école, et, peut-être, après avoir lues les publications populaires, a certaines notions bien définies au sujet de la forme de la terre et de la construction de son intérieur. Il pense que ces notions sont basées sur des découvertes prouvées, ou sur les théories irréfutables des scientifiques, et ainsi il les accepte avec une foi aveugle.

 

 Mais les scientifiques eux-mêmes, ne s'arrêtent pas à  l'impression qu'ils ont résolu chaque mystère qui est enterré dans les entrailles de la terre. Tandis qu'ils se tiennent sur une théorie générale au sujet de la forme et de la constitution de la terre, cela est une théorie rigide - une théorie qui commence maintenant à remplacer la théorie plus ancienne que c'était une coquille avec un intérieur liquide - ils admettent qu'il y a beaucoup de questions soulevées par des observations récentes des faits qui ne peuvent pas être expliqués par leur théorie actuelle.

 

 Pour le scientifique alors, et également pour le laïque dont l'intérêt et l'encouragement peut faire beaucoup pour l'avancement scientifique,  quand il voit dans quelle direction il tend et quelle résultats il peut avoir, les pages suivantes leurs sont adressées. Dans ces pages sera trouvé un florilège de certains faits bien connus et tous authentifiés de géographie, d'exploration, et d'astronomie qui sont expliqués de manière satisfaisante par de nombreuses théories, sur la forme et la constitution de la terre qui ont jusqu'ici tenus.

 

 

Puis, sur la base de ces faits, je présente une nouvelle théorie que j'explique, qui accepte les résultats scientifiques, et qui n'est en conflit avec aucun autre fait relatif dans le monde, mais les unit tous d'une façon intelligible.

 

Rechercher une écoute équitable :

 

Dans une telle tentative tant que ces deux tendances doivent être surmontées avant qu'un auteur puisse fixer un juste milieu. Le premier est le conservatisme des scientifiques qui ne s'inquiètent pas pour mettre à jour leurs théories - et particulièrement quand cette révision est rendue nécessaire par les découvertes qui sont faites indépendamment des grandes universités.

 

Je pense, cependant, que le choix d'évidence confirmatoire que j'ai appliqué sur ma position sera suffisant pour contrecarrer ce conservatisme et pour inciter des scientifiques à donner à ma théorie une écoute respectueuse et une pleine discussion. La deuxième tendance défavorable qui doit être surmontée est la notion incorrecte du grand public qu'une théorie ou une hypothèse scientifique est, en réalité, une vérité finale qui ne doit pas être niée.

 

 Le laïque imagine que les scientifiques ont quelques moyens mystérieux de découvrir la vérité réelle, et qu'une fois découvert cette vérité est acquise. Dans cette perspective,  la composition et la forme de la terre, par exemple, le laïque pense que les scientifiques savent réellement que la terre est une boule d'une certaines densité et composition. Seulement il y a peu de temps, cependant, les scientifiques ont pensé que la terre était une coquille pleine avec un liquide intérieur - et n'importe quel laïque aurait juré que c'était vrai et juste parce que les scientifiques l'ont imaginé.

Maintenant  le vrai fait de la matière est - et n'importe quel scientifique l'admettra qu'une théorie scientifique, telle que l'une ou l'autre des deux théories juste mentionnés, ne représente pas une vérité finale. C'est simplement un essai de l'imagination pour souder certains faits, qui ne sont pas apparemment connexes, dans une sorte de raccordement.

 

 Par exemple, nous avons les faits de l'attraction universelle, l'électricité et la lumière, les grands espaces traversants tout temporaires - et tous qui ont ce qui sont apparemment les propriétés communes. Pour expliquer leur action les scientifiques accumulent des théories de mouvement de vague par l'éther. Maintenant le laïque accepte l'éther luminescent comme finalité. Mais le scientifique pourrait découvrir un certain fait demain qui ne pourrait pas être expliqué sur cette acceptation d'un éther universel, et ainsi il devrait construire une nouvelle théorie plus complète que l'ancienne, et qui ferait de la place pour un nouveau fait. Je n'implique pas qu'une telle théorie est probable ou possible, mais je donne simplement ceci comme exemple commode de la même chose que j'ai faite dans le domaine de la cosmogonie. Mon point de vue en cela est qu'une théorie est bonne à condition qu'elle nous donne un tel avis de la matière qui nous permettra de découvrir de nouveaux faits, mais bonne dans ce but seulement.

 

Une avance sur Copernic

 

Le système copernicien de l'astronomie était une étape en avance sur le système de Ptolémée juste parce qu'il a permis à des scientifiques de découvrir beaucoup de nouveaux faits sur le système solaire que l'erreur de l'ancien système avait maqué à leur regard dogmatique. Ma propre théorie s'ajoute aux résultats valables gagnés par le système de Copernicien, pas en le renversant - pour moi imaginez qu'aucune personne raisonnable n'essayerait maintenant de le faire- mais en l'acceptant entièrement, et en ajoutant à elle une théorie différente de l'évolution des multiples planètes de leur nébuleuse, et de cette nouvelle théorie d'évolution déduisant certaines présomptions au sujet de l'intérieur de la terre.

 

 Ces présomptions que j'ai soutenues par une richesse des faits découverts par les observations télescopiques des astronomes concernant les nébuleuses et de nos planètes soeurs, Mars, Venus et Mercure, et fait par des explorateurs des parties les plus fascinantes de notre propre planète - les régions polaires. En conclusion je demanderais au lecteur de se rappeler que je n'écris pas en tant que scientifique ou ne prétends pas être un scientifique. Je prétends simplement m'être appliqué les leçons du bon sens à ces problèmes. Je prétends avoir étudié tout le matériel, pour avoir recueilli mes faits soigneusement. Mais il n'y a rien en mon livre que le laïque ne peut pas comprendre. Il est écrit par un laïque pour lui. C'est à son bon sens qu'il en appelle.

 

L'Auteur.

 

Aurora, Ilinois

 

 

 

Chapitre 1

 

Introduction

 

 

Un auteur qui met en avant une nouvelle idée doit compter se heurter à l'opposition et être prêt à défendre son idée vigoureusement. Il sait que la grande masse des personnes est très conservatrice, particulièrement dans ses habitudes de pensée et qu'elle est inclinée pour prendre beaucoup de choses -- la forme de la terre, par exemple -- comme avéré une fois pour toutes. Mais il sait également que le grand public de lecteurs encore plus que le spécialiste en science est occupé ouvert et disposé pour donner une audition juste. Il s'attendra une certaine opposition et à un certain malentendu mais il peut également s'attendre un lent appui, peut-être, mais être sûr de cet appui.

 

 

Une nouvelle idée et une intervention en faveur de sa juste audition

 

 

L'auteur du travail a déterminé une théorie qui est non seulement nouvelle cela en soi ne causerait pas nécessairement l'opposition dans un monde qui est affamé toujours d'une certaine nouvelle chose - mais c'est une théorie qui implique le démenti d'un certain nombre d'idées qui sont vieilles et largement tenues et souvent tenues par les personnes qui ne les comprennent pas. Ces personnes les défendront avec des armes telles que le ridicule ou peut-être la fausse déclaration.

 

Le scientifique qualifié et le lecteur moyen

 

Des scientifiques qualifiés d'autre part l'auteur compte rencontrer un plus grand préjudice que venant du public, mais ce qui compte pour lui, c'est que n'importe quelle critique qu'ils croient devoir faire sur cette théorie sera faite à partir d'un point de vue purement scientifique, que son idée ne sera pas écartée simplement parce qu'il n'est pas un explorateur ou un astronome professionnel. Malheureusement les scientifiques font souvent ceci. Ils ont leur franc-maçonnerie professionnelle. Si vous n'êtes pas l'un d'entre eux, ils ne veulent pas écouter vos théories.

 

 Mais à l'homme de la rue l'auteur souhaite dire ceci : il n'y a pas dans le cours entier de ce livre un rapport simple qui n'est pas soutenu par les expériences, les observations, les découvertes et les rapports réels de ces mêmes scientifiques. Ils ne peuvent pas dire que la théorie exposée dans ce livre est une théorie non scientifique, parce que chaque partie de cette théorie est solidement basé sur leurs propres résultats. Notre théorie peut être fausse, mais si elle est, alors les résultats de Nansen et chaque autre explorateur arctique, de monsieur Robert Ball, Perceval Lowell et chaque autre astronome, sont faux.

 

Il est certain que le travail effectué par ces hommes et sans aucunes autres considérations mis à part celle de la connaissance scientifique pure, sont les idées contenues de ce livre. Adressons nos premiers mots au lecteur moyen pour l'appui que nous souhaitons recevoir,  parce que public.

L'opinion déplacera à temps même le plus conservateur des scientifiques ; parce que l'opinion publique est la cour du dernier recours dans tous les cas ; parce que le public exigera une audition juste quand le scientifique orthodoxe tendrait à ignorer ceci comme dans le passé ils ont ignoré beaucoup de découvertes et idées salutaires jusqu'à ce qu'ils aient été forcés de les accepter.

La plupart des membres de ce public à qui nous nous adressons,  ont des notions très définies au sujet de la forme et de la constitution de la terre, mais malheureusement ces notions ne sont pas celles qu'ils sont définis, être aussi précis dans ces descriptions est le fruit habituellement de ce qui a été appris à l'école il y a quelques années ou de ce qui a lus dedans les manuels scolaires ou les articles de magazine populaires et imprécis.

 

VIEILLES IDÉES AU SUJET DE LA CONSTITUTION DE LA TERRE

 

Maintenant en fait les scientifiques eux-mêmes ne tiennent plus pour vraies les idées au sujet de la constitution de la terre qui ont été enseignées dans tous les manuels de seulement il y a quelques années.

 

 La notion que la terre est une grande boule matérielle qui a durcie dans une coquille ou une croûte sur l'extérieur mais qui est pleine du matériel fondu en dedans, devenant plus chaude et plus chaude car nous atteignons le centre - cette notion n'est maintenant plus généralement tenue. Et aucune autre théorie n'a remplacée celle-ci. Quelques scientifiques pensent que la terre est un solide rigide et nous verrons plus tard comment les deux écoles ont expliqué les volcans mais d'autres sont en désaccord avec eux, nous pensons cela tandis que la terre peut avoir un centre plein et une couche chaude liquide quelque part entre son centre et sa surface.

 

Mais nous n'avons pas besoin maintenant d'examiner ces théories opposées. Nous les exposons seulement pour prouver au lecteur qu'il y a place pour une autre théorie; que le champ est ouvert et des explications de la constitution de la terre s'appellent vraiment pour - aucune des théories jusqu'à présent ont expliqué tous les faits.

 

 Naturellement il est très facile pour n'importe qui de nier tous les faits de la science et de lever une certaine explication purement privée de la formation de la terre. L'homme qui fait cela est un utopiste. Malheureusement l'homme de la rue ne distingue pas toujours entre un utopiste et un scientifique. En même temps Orville et Wilbur Wright se sont appelés les utopistes parce qu'ils ont admis qu'ils essayaient de faire quelque chose de nouveau, quelque chose qui n'avait jamais été fait.

 

Beaucoup de scientifiques ont dit que le vol était une impossibilité pour les êtres humains ; qu'ils n'ont pas été faits pour voler et jamais ne voleraient. Les frères Wright n'ont pas répliqué en disant que la science était erronée, et en faisant beaucoup d'expériences idiotes et non scientifiques. Ils se seraient blessés. Au contraire ils se sont opposés à la meilleure et la plus complète science, à cette science démodée et réactionnaire. Ainsi nous rencontrons les objections que les scientifiques plus âgés apportent contre notre théorie avec la meilleure et la plus à jour science. De cette façon, bien que nous nions que l'idée habituelle de la formation de la terre est correcte nous ne sommes pas dans la même classe avec un nombre qui l'ont niée.

 

 

Il y a un homme qui a déclaré que la terre est une immense sphère creuse et que l'humanité et la terre et les océans même tient le premier rôle et sont tous à l'intérieur de la terre. Mais il est un utopiste pour eux,  simplement parce que sa notion privée a évoluée dans son propre cerveau et a fait d'elle une religion. Nous prions le lecteur qu'il ne nous confondra pas avec cette sorte de théorisation. Si le lecteur dit, "vous croyez en terre creuse - oh oui, est qui ce que Koresh a enseigné," il nous fait une injustice grave, quoiqu'il soit vrai que nous prétendions la terre être creuse ».

 

 

 

 

 

 

L'Ouverture des pôles

LES IDEES NON CONFORMISTES NE SONT PAS CLASSEE AVEC LES IDEES SCIENTIFIQUES

 

 Ce serait également pour nous une injustice  si le lecteur confond notre idée d'une terre creuse telle qu'elle est présentée dans ce livre,  avec une ou deux théories qui ont été émises dans le passé et qui ont seulement une relation lointaine avec la nôtre.

 

Par exemple, il y a presque cent ans, en Amérique, une théorie a été mise en avant selon laquelle la terre est composée d'un certain nombre de sphères concentriques les unes dans les autres. Elle pourrait à peine être qualifiée de théorie scientifique. Elle est  basée sur une supposition, et l'auteur a discuté de sa plausibilité plus bas. Il a dit en effet, "selon mon principe il doit y avoir dans la terre une série de sphères chacune à l'intérieur de l'autre". Mais il n'a pas réellement su, et il n'est jamais descendu pour voir. Nous prenons le cours opposé. Nous commençons par les faits. Nous exposons que la terre est un corps creux avec une immense ouverture à chaque axe polaire -- une ouverture d'environ quatorze cent milles de diamètre et qu'il y a à l'intérieur de la terre un soleil qui la chauffe et lui donne la lumière.

 

 En premier lieu nous ne disons pas ces choses ainsi,  disant qu'il y a de la chaleur dans les régions polaires où le scientifique nous a dit qu'il fait froid. Au contraire,  nous citons chaque explorateur arctique et des pêcheurs il y a cent ans : Franklin, Kane, Nansen et Peary, ils déclarent qu'il y a de la chaleur aux extrémités polaires de la terre.

 

Nous déclarons que cette formation d'une coquille creuse autour d'un soleil central, avec des ouvertures polaires, n'est pas la seule formation de la terre mais de chaque corps planétaire dans tout l'univers stellaire. Pourquoi disons-nous cela ?  Comment pensons nous que cela doit être ainsi? Souhaitons nous imposer notre propre idée au-dessus aux faits ? Non, parce que nous pouvons voir ces ouvertures polaires et observer de temps en temps la lueur de ce soleil central pendant que nous regardons Mars ou Venus avec un télescope. Dans chaque affirmation que nous faisons, nous réunissons d'abord tous les faits disponibles, la théorie que nous écrivons nous ne la mettons pas en avant gratuitement, car c'est une théorie que les faits ont mise en avant, quand nous les avons examinées. Nous avons étudié ces éléments avec un grand désir de comprendre les faits de l'astronomie et de la formation de la terre. Nous avions lu ceci et cela à son sujet et avons été frappés par l'incertitude de ce que nous avions lu.

 

Nous nous sommes demandés si nous savions tous les faits, nous étions encore embarrassés, pendant que nous étions, par des comptes rendu des courants chauds découlant du Pôle Nord et d'autres contradictions avec ce qu'admet la science. Après s'être demandé cela, nous nous sommes mis à vérifier tous les faits qui portent sur les contradiction avec la science,  comme les frères  Wright qui se mettaient à vérifier tous les faits qui concernaient leur problème. Et c'est dans notre cas des faits, des faits inexorables et immuables, sur laquelle s'appuie notre théorie.

 

Ainsi nous demandons à tout lecteur, en particulier au lecteur scientifique, qui  pendant la lecture de ce livre, ne croit pas en notre théorie, pour ne pas s'amuser de ce livre, pour ne pas nier la possibilité de cette théorie, mais qu'il produise un fait qui mette à mal cette théorie, et, à supposer qu'il le puisse, ce dont nous doutons, -- pour expliquer tous les faits exposés dans ce livre, pour les expliquer tous, nous voulons dire par la lumière de toute autre théorie. Il pourrait être assez facile d'expliquer un ou deux de nos faits d'une autre manière. Mais il est impossible de les expliquer tous,  par n'importe quelle autre théorie que la nôtre.

 

 

NOTRE THÉORIE EN UN MOT

 

 Le lecteur peut appréhender notre théorie dans ce résumé, ainsi il peut la comprendre avant de parcourir le livre entier. Nous allons récapituler les éléments principaux de cette théorie, après avoir revu nos éléments. Nous soutenons que l’intérieur de la terre n’est pas fluide,  mais qu’il présente la structure d’une coquille creuse d'une épaisseur que, provisoirement, nous devrions estimer à de 800 milles, avec une ouverture à chaque extrémité polaire d'approximativement quatorze cent milles.  Le soleil intérieur qui chauffe cette terre intérieure peut probablement être de 600 milles de diamètre, bien que nous n'ayons naturellement aucun moyen de le mesurer réellement jusqu'ici. Pourquoi postulons-nous un tel soleil ? La réponse est la clef à notre théorie entière. Comme le lecteur peut le savoir, l'astronome orthodoxe explique l'évolution de cette terre en disant que la terre, les autres planètes qui tournent autour de son soleil et que le soleil lui-même était formé de gaz qui une fois mélangé en état incandescent, tourbillonnaient  autour à un énorme taux de vitesse.

 

Pendant que cette masse tourbillonnait elle est graduellement devenue une vaste spirale dû au jeu des forces centrifuges, la poussant loin de son centre ou noyau et les forces de gravité la tenant dans l'influence de ce centre. Ceci a continué, selon les scientifiques, jusqu'à ce que le gaz se soit ordonné dans une série d'anneaux concentriques autour de ce centre. Alors chaque anneau s'est cassé et s’est façonné en une sphère qui a graduellement refroidi jusqu'à ce qu'elle ait liquéfié et ait puis solidifié sur l'extérieur, formant une planète tandis que le noyau central devenait un soleil.

 

 Ceci est connu comme l’hypothèse nébuleuse de l'évolution du système solaire. Mais pour beaucoup de raisons, qui seront étudiées en détail plus tard, nos observations nous mènent à mettre en avant une théorie différente. Brièvement notre théorie est que la nébuleuse originale ne s'est pas cassée en système solaire mais condensé en une planète. Des observations de la nébuleuse qui ont lieu à ce moment dans diverses étapes de son évolution nous a mené à la conclusion que la masse tournante de gaz, interrompant au centre son noyau, a  formé une enveloppe d'une forme parfaitement sphérique qui s’est ensuite solidifié, laissant toujours le noyau central au centre pour former un soleil intérieur. Pourquoi il devrait y avoir deux ouvertures polaires ? Cela sera expliqué dans le chapitre dans lequel les affirmations antérieures sont prouvées.

 

 

 

 



13/10/2006
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 240 autres membres