Archéo-astronomie : Etude d'une vasque E.P.H.E. Sorbonne

Présentation

 

Un internaute nous a fait parvenir cette étude d'une vasque à caractère astronomique, pour faire ressortir le travail d'identification en archéoastronomie, concernant des constellations sur une vasque cananéenne. Le Professeur André Lemaire dont il est fait mention dans ce texte est un spécialiste de l'archéologie syro-palestinienne et de l'écriture paléo-hébraïque. Il est l'auteur de la découverte de la célèbre grenade en ivoire provenant très probablement du Temple de Salomon et authentifiant ce dernier. Hélas l'internaute a oublié de nous donner l'image de la vasque en question. Quoi q'il en soit il s'agit d'un travail d'étude très intéressant que nous reproduisons ici avec l'autorisation de ce Monsieur. Merci à lui.

 

ETUDE D'UNE VASQUE COMPORTANT
DES ELEMENTS ASTRONOMIQUES.

 

 

IVe Section de l'E.P.H.E.

 

________________

 

 

PROVENANCE: Marché aux Antiquités.

 

ORIGINE: Moyen-Orient, Canaan probable.

 

J'ai travaillé pour cette étude sur un support photographique noir et blanc, aimablement prêté par le Professeur André Lemaire, afin d'identifier les constellations astronomiques figurant à la surface de cette vasque.

 

Les photos sont classés en 11 groupes, de A à K, subdivisées en A1, A2.....K1, selon les prises de vues, qui présentent une même partie de la vasque.

 

I - Groupe A:

 

A1:

 

Cette photographie nous montre l'intérieur de la vasque dans son ensemble, nous pouvons y déceler deux astres qui correspondent au Soleil et à la Lune, cette dernière planète étant dessinée de façon à montrer ses phases, puisque nous pouvons y admirer un croissant et un disque associé. Nous pouvons répertorier 6 groupements d'étoiles formant des constellations, plus une figure mythologique formée d'étoiles représentant un singe, peut être un babouin.

 

En dehors de ces constellations, et des deux luminaires, a été représenté ce qui pourrait être des planètes, au nombre de 4, avec leur nom en écriture de type paléo-hébraïque. Nous trouvons aussi des étoiles remarquables signalées par un dessin différent des étoiles fixes représentées sur la vasque, ces étoiles sont également accompagnées d'une légende en caractères de types paléo-hébraïques. Il faut signaler la présence au centre de la vasque, de ce qui ressemble à la représentation de comètes, ou de bolides, au nombre de deux, à proximité du soleil.

 

Le ou les graveurs, ont aussi représenté traversant la vasque, ce qui semble bien être la Voie Lactée, avec sa division caractéristique en deux bras, que nous pouvons distinguer en direction de la représentation de la Lune sur notre vasque.

 

Certaines constellations sont identifiables, comme la grande et la petite Ourse, la Couronne boréale, probablement les Pléiades, d'autres sont plus problématiques, et obéissent à un ordonnancement inconnu de l'astronomie moderne. Signalons que la répartition des constellations à la surface de cette vasque, n'obéit pas à la préoccupation de rendre la réalité de la voûte céleste, étant donné qu'elles sont disposées de manière arbitraire à la circonférence de la vasque. Cette disposition est peut être soumise à des motifs religieux, symboliques ou tout simplement artistique, mais cette vasque ne peut pas être considérée comme une carte du ciel ou un planétarium antique, bien que cette dernière hypothèse serait séduisante.

 

A2:

 

Vue d'ensemble de la vasque, mais de verso, cette photo ne présente aucun intérêt pour l'astronomie, concernant notre identification.

 

II - Groupe B:

 

B1:

 

Cette photographie  nous montre deux constellations identifiables, plus une qui affecte la forme d'une tête de taureau. Ainsi que deux planètes. La première de ces constellations identifiables est la couronne boréale qui affecte dans le ciel la forme caractéristique d'un cercle d'étoiles, d'une couronne étoilée.

 

Nous pouvons répertorier 10 étoiles qui ont été gravées pour former la couronne boréale, ce qui correspond au nombre des étoiles de cette constellation lorsque nous l'observons à l'oeil nu.

La plus brillante étoile de la constellation Gemma ne semble pas avoir été distingué par le ou les graveurs.

 

De part et d'autre de la Couronne Boréale, nous pouvons distinguer la représentation de deux planètes, avec leur nom situé juste en dessous de l'astre, mais la lecture de ces caractères sur nos photographies pose un problème.

 

Autre constellation facilement identifiable, la grande ourse, avec sa caractéristique : Mizar et Alcor, étoile double visible à l'oeil nu et représenté telle que ce couple se présente sur la voûte étoilée.  Les étoiles h, z, e, d, g, a, b, sont toutes représentées, la représentation de cette constellation est par conséquent fidèle.

 

La constellation en forme de tête de taureau est problématique, il existe bien une constellation du taureau, mais elle ne ressemble que vaguement à la constellation zodiacale du taureau, il n'est pas possible de savoir s'il s'agit bien de cette constellation malgré le dessin suggestif que nous avons sur la vasque. Ce dessin contient un groupe de 19 étoiles, dont 2 forment les oreilles du bovin, 6 les cornes et 2 les yeux.  Nous livrons ici un dessin de la constellation telle qu'elle est représentée sur la vasque, comparée à la moderne constellation du Taureau, les hypothèses sont ouvertes. Pour notre part, nous pensons qu'il s'agit d'une autre constellation connue de la culture qui créa cette vasque, mais non de la moderne constellation du Taureau.

B2:

Cette photographie est un gros plan de la précédente axée sur une planète caractéristique de cette vasque, avec 4 rayons, pouvant être la représentation de l'albédo d'une planète donnée.

Le nom n'est pas visible, les conjectures sont ouvertes.

 

B3:

 

Même photographie, conclusions identiques.

 

B:4:

 

Idem.

 

III - Groupe C :

 

C1:

 

Cette vue est des plus intéressantes, nous pouvons y distinguer le Soleil, la Petite Ourse,  une constellation non identifiée en forme de "V", une planète, 3 comètes, bolides ou étoiles filantes,

une étoile remarquable, et un groupement d'étoiles en forme de losange.

 

La Petite Ourse est représentée de manière caractéristique, avec ses 7 étoiles à savoir respectivement : a, d, e, z, h, b, et g. Cette constellation est connue depuis les Phéniciens qui s'en servaient pour naviguer la nuit, elle est répertoriée dans les bronzes sacrés de la Chine antique, chez les astronomes Grecs, Arabes, elle semble avoir été connue d'un des plus anciens peuples de la terre, les Sumériens.  Il y a 3000 ans, l'étoile b de la Petite Ourse était l'étoile polaire de l'Humanité, et c'est sur ses rayons fidèles que les marins de Tyr et de Sidon se dirigeaient dans l'obscurité. Les Arabes appellent encore cette étoile "Kaucal-al-Shemali", c'est-à-dire l'étoile du Nord, écho des temps anciens...

 

  III

Les 3 astres "chevelus" que nous pouvons distinguer semble bien être des comètes, ce qui pourrait être un élément de datation pour notre vasque, il faudrait faire une étude sur les comètes dont la trajectoire fut visible en Orient dans l'Antiquité, ce qui est parfaitement possible. Ces astres durent frapper l'imagination du ou des graveurs, pour les avoir représentés ainsi, constituant un témoignage du passage de ces astres voyageurs au-dessus de leur tête.

 

La petite constellation en forme de losange est indiscutablement celle du Dauphin, elle comporte 5 étoiles fidèlement représentée, nous avons à titre de comparaison livrée ci-dessous la constellation moderne du Dauphin, et celle de notre vasque, la ressemblance est frappante, il y a même l'étoile de "queue" qui est figurée.

 

La constellation en forme de "V" composée de 7 étoiles est par contre nouvelle, elle n'est pas attestée en Astronomie moderne, il s'agit vraisemblablement d'une constellation connue des anciens, mais dont le souvenir s'est perdu malheureusement.

 

Des analogies avec des constellations modernes peuvent être tentés, cette constellation rappelle la constellation  moderne du Taureau, qui affecte la forme d'un "V" dans le ciel, mais dans notre cas il ne peut s'agit du Taureau, étant donné que celui-ci est déjà représenté sur notre vasque, à moins que le hasard ait fait qu'il s'agit bien de l'alignement d'étoiles du Taureau, mais qui portait dans cette région du monde un autre monde, la chose est possible, mais nous n'avons aucune preuve pour l'affirmer si ce n'est des présomptions. Un groupe de 5 étoiles est visible près de la constellation en "V" de la vasque, il n'est pas possible non plus de les attribuer à une constellation précise, les données étant trop vagues.

 

Voici une comparaison de la constellation du taureau et de la constellation en forme de "V" de notre vase.

 

C2:

 

Nous présente le Soleil avec en dessous une portion de ce que nous pensons être la Voie Lactée. Sur la gauche du Soleil, une constellation avec au centre un singe qui est figuré, probablement un babouin, qui tient peut-être un rouleau de papyrus, nous reviendrons en détail sur cette figure singulière, à la photo suivante.

 

IV - Groupe D:

 

D: 1

 

Cette photo nous montre clairement la constellation avec en son centre un singe, tenant dans la main gauche un rouleau de papyrus ou une torche, car il semble y avoir une flamme au bout du bâton ou du rouleau. Est-ce un symbole de Lumière?  Cette constellation ressemble beaucoup à Orion telle qu'on peut l'admirer dans les cieux. Le corps du singe est traversée par 3 étoiles qui rappellent étonnamment le "baudrier" d'Orion, et correspondant aux étoiles z, e, d, du même baudrier. C'est cette disposition  caractéristique propre à cette constellation, qui nous fait adopter l'hypothèse d'Orion. Nous livrons à la sagacité des chercheurs, le schéma comparé de la constellation d'Orion telle qu'elle se présente de nos jours, et cette constellation "soeur", gravée sur la vasque, que nous nommerons la constellation du "singe".

 

Sur cette photo, nous pouvons également remarquer le "Taureau", mais nous n'y reviendrons pas, puisque nous avons déjà traité de ce groupement d'étoiles plus haut.

 

D2:

 

Cette photographie remarquable, nous montre dans toute sa splendeur la constellation du Singe, où nous pouvons distinguer une sorte de flamme au bout du bâton qu'il tient de la main gauche d'après la gravure. L'étoile située au-dessus de la tête du singe pourrait être l Orion.

Mais il faut noter que notre constellation du Singe compte 12 étoiles alors qu'Orion en compte seulement 8. Par ailleurs, il faut signaler qu'il n'est pas représenté la nébuleuse d'Orion, pourtant visible à l'oeil nu, pourquoi cette omission? S'agit-il vraiment d'Orion où d'une autre constellation inconnue, nous ne pouvons nous prononcer de manière décisive, les trois étoiles centrales semblent bien correspondre au baudrier et font pencher la balance en faveur d'Orion, ainsi que la position caractéristique de l'étoile au-dessus de la tête du Singe. Le mystère reste entier...                                                     V

V - Groupe E:

 

E1:

 

Cette photographie nous révèle la constellation en "V" que nous avons étudiée plus haut, nous dévoile une comète, une partie de la Voie Lactée, la Lune,  mais surtout, une nouvelle constellation dont ordonnancement nous fait songer aux Pléiades. Les Pléiades sont observées depuis plus de 4000 ans, par les Chinois d'une part, et par les Egyptiens et les Mésopotamiens d'autre part; Job les cite, au XVIIe s. avant notre ère, et Homère, comme Hésiode, au IXe s. Eudoxe, Eratosthène et Anaximandre en faisaient une petite constellation séparée du Taureau. C'est ce qui nous intéresse ici, car si ce vase est antérieur à l'époque de ces savants grecs, la séparation était donc déjà connue des Cananéens qui fabriquèrent notre vasque. C'est ici un point très important pour l'histoire de l'astronomie.  La constellation représentée sur la vasque, comporte 7 étoiles importantes, encadrée par 4 étoiles plus petites, de magnitude inférieure dirions nous pour reprendre un langage astronomique. En tout 11 étoiles sont gravées sur la vasque, la constellation des Pléiades en compte 9 bien discernables, elles sont respectivement: Atlas, Alcyone, Mérope, Electre, Maïa, Celaeno, Taygète, et Astérope. Il est possible par une nuit sans lune, d'en apercevoir plus, 11 par exemple, comme le suggère notre vasque.

E2:

 

Gros plan sur la constellation des Pléiades représentée sur la vasque. Idem qu'en E1.

 

E3:

 

Ce cliché nous montre la Lune en gros plan, avec sur le côté gauche les Pléiades, et sur le côté droit la Couronne Boréale. Nous pouvons admirer les différentes façons de représenter la "sphère des fixes", où nous avons des étoiles à rayons, avec une couronne de pointillés symbolisant la luminosité. La Lune est flanquée de part et d'autre de deux petites étoiles, qui ne semble pas être des planètes, mais bien des étoiles données, qui semble avoir été placée là par pure convention. Un astre remarquable attire l'attention, situé au-dessus de l'astre de Diane, est représenté un objet tourbillonnant, présentant deux bras spirale, et c'est extraordinaire, avant nous là la représentation d'une galaxie? Car il ne semble pas s'agir d'une erreur de gravure, la spirale est bien prononcée. Alors de quoi s'agit-il? Cela suggère également l'idée d'un tournoiement, sommes-nous en  présence d'un phénomène atmosphérique inconnu? Si il s'agit d'une galaxie, il peut s'agit de Messier 31 d'Andromède visible à l'oeil nu, les Anciens ont-ils pressentis la nature spirale de ce corps céleste sans télescope, c'est très possible. C'est le seul objet de ce type présent sur ce vase. Des lettres très effacées sont juste en-dessous de l'objet, ce qui souligne son caractère singulier.

 

VI - Groupe F:

 

F1:

 

Zoom sur la constellation de la tête de Taureau du vase, il n'y a rien à ajouter à ce qui a été dit précédemment. Si ce n'est que deux étoiles figurent les orbites de l'animal.

 

F2:

 

Une étoile remarquable, avec un nom effacé, de quelle étoile peut-il s'agir? Les hypothèses peut aller de Sirius du Grand Chien, à Arcturus du Bouvier ou encore à Véga de la Lyre, étoiles très brillantes et remarquables, lorsque l'on observe les splendeurs de la voûte étoilée.


F3:

 

Idem qu'en F2.

 

VII - Groupe G:

 

G1:

 

Cette photographie nous montre ce qui semble être une représentation de la Voie Lactée, qui peut se résoudre en deux animaux mythologiques, le premier un crocodile et le second un bouquetin, dont les pattes forment la division de la Voie Lactée. Nous pouvons distinguer une comète représentée différemment que les précédentes, et un objet étrange, comportant deux appendices de part et d'autre, de quoi s'agit-il? Les suppositions sont ouvertes.

 

Représentation de l'objet ovoïde aux deux appendices:

 

 

 

 

 

VII

VIII - Groupe H:

 

H1:

 

Gros plan sur une planète, mais il est difficile d'y lire son nom. Peut-être s'agit-il de Vénus? Astre extrêmement brillant au firmament.

 

IX - Groupe I:

 

Autre gros plan sur une planète moins brillante que la précédente, peut-être Saturne.

Il est aussi difficile de lire l'inscription.

 

X - Groupe J:

 

J1:

 

Gros plan sur la Lune et sur l'objet qui semble représenter une galaxie spirale. Rien à dire de plus.

 

J2:

 

Idem, notons au passage que le croissant lunaire évoque également une "barque" dans laquelle la Lune pourrait se déplacer.

 

XI - Groupe K:

 

K1:

 

Un gros plan intéressant sur le Soleil, qui nous dévoile un astre minuscule qui semble représenter une planète, et nous pencherons pour Mercure, en raison de la proximité de cette planète du Soleil, lorsque nous l'observons dans les cieux. Des lettres très effacées se distinguent juste en dessous de cet astre, ce qui fait pencher la balance en faveur d'une planète.

 

Conclusion:

 

Cette vasque est très importante pour l'histoire de l'Astronomie au Proche-Orient, elle nous révèle des agencements d'étoiles inédits, comme la Voie Lactée représentée sous forme d'un crocodile et d'un bouquetin, où la constellation du Singe, où encore la constellation de la tête de taureau. Des objets insolites peuvent être remarqués, comme la spirale qui semble indiquer une galaxie où un phénomène astronomique donné, où encore notre objet ovoïde muni de deux appendices, ce qui est pour le moins étrange. Le vase nous confirme l'attestation de la Grande Ourse et de la Petite Ourse, de la Couronne Boréale, sous des formes qui nous sont familières.

 

Les planètes sont difficilement identifiables, tant que nous ne pourrons pas lire les mots qui se trouvent sous chacune d'entre elle.

 

Il nous faudrait d'autre documents, pour pouvoir travailler plus en profondeur, cette étude n'est qu'une approximation.

Signalons que des vases à caractère astronomique semble avoir exister en Chine.

 

Mercredi 12 Avril 1995

 

 

 

 



08/02/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 238 autres membres