La table en U des banquets d'ordre, survivance symbolique du dernier repas?

Les planches de la Nauvoo Lodge

 

LA TABLE EN « U » des BANQUETS D’ORDRE MACONNIQUE

UNE SURVIVANCE DE LA DISPOSITION DES CONVIVES LORS DU DERNIER REPAS ?

 

Le célèbre tableau de Léonard de Vinci "la Cène"

 

La disposition en U des tables de banquet maçonniques, et notamment lors du Banquet d’Ordre, est bien connue des francs-maçons, et des personnes cultivées s’intéressant à l’Ordre. L’origine de cette disposition, a première vue, pourrait être « pratique » ou encore « hiérarchique » le tout s’intégrant dans un rituel bien précis, et en relation avec le Solstice d’Hiver.

 

Quel rapport avec le dernier repas de Jésus que l’ont appelle « la Cène », ou encore « Sainte Cène », ou « le dernier repas », qui donnera l’élément principal de la liturgie chrétienne, Eucharistie chez les catholiques, Sainte Cène chez les Saints des Derniers Jours et les Protestants dans toutes leurs différentes dénominations. Il faut noter que la Cène est présente en Maçonnerie au 18e degré du Rite Ecossais Ancien et Accepté, et aussi au Rite Français, et dans d’autres systèmes de hauts grades maçonniques.

 

 Table en U d'un banquet maçonnique au XIXe siècle

 

La représentation de la Sainte Cène est universellement connue, que cela soit par Léonard de Vinci, par les artistes inspirés des Icônes, ou de mosaïques byzantines. Généralement, la table est rectangulaire, le Christ en est au centre, avec les apôtres disposés selon un ordre précis, selon des conventions religieuses. Mais, la science, l’archéologie syro-palestinienne que l’ont appelle improprement « biblique », vient d’apporter des éléments importants dans la reconstitution du dernier repas du Christ.

 

 La Cène - 1955 par Salvador Dali

 

D’après ces chercheurs, la table de la Sainte Cène n’a jamais été « droite », mais disposée en U, et dans cette disposition, Jésus n’était pas placé au centre, mais à gauche, à la place qui dans l’Antiquité Juive était considérée comme celle du dirigeant, du Sage, ou du prophète. C’est ici quelque chose de très important.

 

A Jérusalem, des archéologues ont reconstitués cette table du « dernier repas », autre détail, Jésus et les disciples n’étaient certainement pas « assis » mais « couchés », comme il était de coutume dans l’Antiquité Gréco-romaine pour prendre un repas, et l’ont mangeait des mets sur la table de manière fraternelles, chacun se servant dans des écuelles communes. Nous sommes en effet loin du stéréotype artistique et religieux moderne de la Sainte Cène. Il faut rappeler que le royaume d’Israël avait été fortement hellénisé, et les coutumes gréco-romaines dans la manière de prendre un repas étaient répandues partout, même dans le peuple Juif d’alors.

 

 

Ce shéma montre la disposition de la table du dernier repas, la lettre grecque Khi marque ici l'emplacement de Jésus lors du dernier repas d'après l'archéologie.

 

Ce dernier repas était le rite de Pessa’h la Pâque juive qui commémore la sortie d’Egypte, la Liberté, et le Maître galiléen allait lui donner une signification nouvelle, et renforcée, la Liberté allait être donnée au Monde par le sacrifice de l’Agneau…

 

Alors question : la disposition en U des tables de banquet maçonnique est-elle une survivance du souvenir de la bonne disposition de la table de la Cène ? Les maçons ont-ils gardés le souvenir de ces choses, qui avec le temps, s’est estompé pour ne devenir qu’une habitude « pratique » pour le banquet ? Lorsque des jeunes maçons découvrent la table en U, généralement, ils sont étonnés de voir cette disposition particulière, inhabituelle. Certes elle existe dans le monde profane, pour des réunions professionnelles au sein de grandes entreprises, mais même ici, c’est une influence maçonnique lointaine dans le monde profane.

 

Si d’autres associations peuvent disposer des tables en U lors de banquet, ce sont en général des fraternelles, ou encore des groupes qui ont été  influencé par la Franc-Maçonnerie, cette disposition est très particulière.

 

Comment le souvenir de la bonne disposition de la table de la Cène a-t-elle pu passer en Maçonnerie ? Il faut remarquer que dans les deux cas, ce sont des repas qui s’inscrivent dans le sacré. Le banquet d’Ordre participe à la dynamique du monde sacré, il marque Jean l’Evangéliste, mais aussi le rythme sacré du temps à l’intérieur du banquet. En cela, c’est parallèle au dernier Repas de Jésus, qui introduit dans le monde une nouvelle dimension, universelle, et salvifique, puisque qu’il apporte la rémission des péchés.

 

Le banquet d’ordre est une agape rituelle s’inscrivant dans le sacré.

 

La Cène est un banquet rituel et sacré s’inscrivant dans le Divin.

 

Et les deux utilisent la table en U.

 

Des chercheurs pensent que la Franc-Maçonnerie est très ancienne, et que certains de ses rites sont des survivances, soient des rites et du Sacerdoce du Temple de Jérusalem, soit de la première Eglise de Jérusalem. Joseph Smith, fondateur du Mormonisme, pensait la même chose, et ira plus loin, en restaurant le Sacerdoce, qu’il identifie comme étant la Maçonnerie des origines, celle même qui n’aurait jamais du changer, et qui avec le temps aurait évoluée vers une autre dimension, plus laïque telle qu’ont la connaît de nos jours, mais ayant gardé ce fond symbolique et rituel des origines…

 

Alors il ne serait pas étonnant que la table en U fut gardée dans la mémoire, dans la transmission de la connaissance en Maçonnerie, pour arriver jusqu'à nous de ce lointain  passé.

 

Mais ici, le Vénérable Maître se place au centre de la table en U, et non sur la gauche, comme c’était le cas, d’après l’archéologie et les spécialistes, de Jésus, et des banquets de cette époque, où le Maître, quel qu’il soit, se plaçait sur la gauche.

 

D’un point de vue pratique, il est plus logique d’être en effet, sur la gauche, (ou sur la droite) qu’au centre, pour un orateur, de cette position, ont voit les convives d’un simple coup d’œil, sans être obligé de tourner à la tête de chaque côté pour s’adresser à eux. Concernant la signification de cela,  cela peut être très symbolique, et étonnamment, cela va à l’encontre des préjugés occidentaux sur la gauche comme symbole du Mal ou des choses mauvaises.

 

Les références bibliques à la Sainte Cène dans les Evangiles synoptiques et dans le Nouveau Testament sont :

 

Mt 26 : 26-29

Mc 14 22-25

Lc 22 19-20

1 Co 11 23b-26

 

Dans le livre de Mormon, ont trouve la Saint Cène :

 

3e Néphi 18

Moroni chaptre 4 et 5

 

 

 Représentation symbolique de la table de la Sainte Cène qui ici est ronde, emblème de la perfection divine, mais totalement fantaisiste sur le plan de la réalité de cet épisode de la vie du Christ (icône russe). Ici est recherché l'édification personnelle et le sens du sacré et non pas une représentation réelle.

 

 

 Cette représentation se rapproche de la réalité, les convives sont couchés comme il était de tradition dans l'Israël de l'époque, mais ici Jésus est représenté au centre. Ce qui est une erreur révélée par l'archéologie moderne. La place du Maître dans un repas Juif était à gauche, et il est peu probable que Jésus ait dérogé à cette pratique, étant respectueux des rites de la religion dans laquelle Dieu avait choisit de le faire naître.

 

 

 

 

 

 

 

 

 



12/02/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 237 autres membres