Livre : traduction Corso - Le jour après Roswell d)

En 1948, le rideau de fer était tombé sur l'Europe de l'Est et les Soviétiques essayaient de mettre les USA dans une position d'asservissement.

C'étaient des temps difficiles, pas seulement pour le monde libre mais pour le monde entier qui était sous menace militaire et sous une emprise bien plus grande que les forces combinées de l'Amérique, de la Russie et de la Chine.

Ils ne savaient pas, au début, ce que les EBEs voulaient mais ils savaient qu'entre les mutilations de bétail, la surveillance de leurs installations d'armements secrètes, les étranges rapports sur les enlèvements d'êtres humains, leurs bourdonnements incessants autour des lancements, habités ou non, dans l'Espace, les EBEs n'étaient pas seulement des visiteurs amicaux et courtois disant, « Hello ! Nous ne vous voulons pas de mal ». Ils leurs voulaient du mal et les Américains le savaient. Le problème était qu'ils ne pouvaient rien faire, et tout ce qu'ils essayeraient de faire devrait rester secret, à défaut ça créerait une panique mondiale, pensaient-ils.

La Guerre froide était une énorme opportunité pour eux, parce qu'elle leur permettait d'améliorer leurs préparations militaires pour combattre, publiquement, les Communistes pendant que secrètement ils créaient un arsenal et une stratégie pour se défendre contre les Extraterrestres.

En fait, la Guerre Froide, aussi réelle et dangereuse qu'elle ait été, était aussi une couverture afin de développer une détection planétaire et un système de défense qui scruterait aussi bien l'Espace que la Russie. Et les Soviétiques faisaient exactement la même chose, observant au même moment en haut et en bas.

Dans une tentative de coopération tacite entre les Blocs, pendant que chacun tentait de prendre l'avantage sur l'autre durant la Guerre Froide, Soviétiques et Américains cherchaient à développer un système de défense contre les Extraterrestres.

Quand le Président Reagan fit la démonstration à Mikhaïl Gorbatchev que les USA étaient capables de déployer une défense de missiles anti-missiles et de la tourner contre les Extraterrestres, tous les prétextes de la Guerre Froide prirent fin et le grand monolithe Soviétique en Europe de l'Est commença à s'effriter.

La Guerre Froide permit à ces Superpuissances de préparer des défenses contre les Extraterrestres sans ne jamais rien révéler au public.

Si vous étudiez la période, les archives elles-mêmes montrent qu'il y avait un autre ordre du jour pendant la Guerre Froide. Après tout, pourquoi chaque côté avait-il dix fois plus d'ogives que nécessaires afin de détruire l'arsenal nucléaire de l'autre côté ainsi que ses zones habitées ?

La vraie histoire derrière l'immense arsenal d'ogives, l'énorme flotte de bombes  et les plate-formes sous-marines ICBM que chaque côté avait déployé, était celle de la menace que les Extraterrestres feraient s'ils occupaient une partie de notre planète. Ils avaient ainsi le pouvoir de les faire disparaître.

Si les Extraterrestres avaient voulu attaquer les USA ou la Russie pour rendre un arsenal inopérant, ils avaient assez de missiles restant pour leurs faire payer le prix de vouloir commencer une guerre.

C'était une partie de leur ordre du jour secret derrière l'immense développement militaire dans les années 50 et 60 : sacrifier une partie de la planète pour permettre au reste de vivre. Elle permit aux USA et à l'URSS d'intimider l'autre mais elle permit aussi d'intimider toutes les cultures Extraterrestres.

Personne n'écrivit de mémo sur ce sujet parce que les déploiements d'armes pendant la guerre froide étaient la couverture pour l'ordre du jour secret contre les Extraterrestres.

Chaque côté essayait de faire dépenser à l'autre plus d'argent qu'il n'en possédait afin de l'affaiblir économiquement. La CIA communiqua constamment des estimations fausses parce qu'elle s'alimentait avec des informations du KGB, les Américains essayaient de faire la même chose envers les Soviétiques. Et si les Soviétiques avaient pu gagner la Guerre Froide en répandant le moins possible de sang, ils l'auraient fait.

Mais à la fin, la futilité de la destruction mutuelle rendit la Troisième Guerre Mondiale infaisable et leur attention mutuelle se focalisa sur leur ennemi commun : les Extraterrestres qui refusaient de partir.

Il y eut de subtiles et de moins subtiles allusions durant toute la Guerre Froide selon lesquelles un ordre du jour occulte était en développement. La plupart des gens ne savaient pas où regarder. Pour ceux qui l'on fait, et il y en eut beaucoup, les réponses étaient clairement visibles.

Bien qu'il y ait eu censure et des menaces de carrières brisées, beaucoup de Militaires et de Civils rapportèrent des observations de soucoupes volantes. Les histoires d'abductions continuaient à foisonner.

Certaines étaient vraies et il en résultat une grande consternation au sein des membres du Groupe de travail sur les ovnis. Si le Gouvernement ne pouvait pas protéger les citoyens contre les enlèvements par des Extraterrestres, est-ce que cela ne signifiait pas un échec de l'autorité gouvernementale ?

De même, si trop de soucoupes volantes étaient vues par trop de gens en même temps, les Superpuissances militaires ne seraient plus en mesure de protéger leurs populations ? C'est ce qui arriva pendant un temps mais le Public ne s'en rendit jamais compte.

Bientôt, ils seraient capables d'améliorer la défense de leur espace aérien et d'envoyer un grand nombre d'intercepteurs contre les EBEs et donc de leur poser des problèmes. Ainsi, la course entre les Superpuissances pour dépenser des milliards de dollars afin de construire le meilleur et le plus rapide intercepteur avait deux vrais buts. Les Superpuissances avaient besoin de ces avions parce qu'ils leurs donnaient la réponse alternative pour simplement se détruire eux-mêmes avec des missiles guidés, mais en même temps, ces mêmes Superpuissances développaient une technologie de défense aérienne pour protéger la planète contre les Extraterrestres.

La stratégie alternative était toujours présente et la Guerre Froide fournit l'élan budgétaire dont les Militaires avaient besoin : ils construisaient des appareils pour se protéger contre les soucoupes volantes. Et dans une certaine mesure, ils réussirent.

Les USA et l'URSS étaient préoccupés par un autre domaine où les Extraterrestres agressaient le Personnel militaire : les programmes d'explorations spatiales. Dès le début de leurs efforts pour envoyer des satellites en orbite, les Extraterrestres avaient surveillé et interféré activement dans les lancements de véhicules, habités ou non, en causant des interférences dans les transmissions radios, en causant des problèmes électriques ou de dysfonctionnements mécaniques.

Les Cosmonautes Américains et Soviétiques avaient séparément, fait des rapports sur des observations d'ovnis tellement de fois que c'en était devenu banal.

Les liaisons audio et vidéo entre les capsules spatiales et la NASA, toutefois, étaient des liaisons sécurisées, donc les commentaires sur ces ovnis n'étaient pas accessibles par des auditeurs privés. Malgré cela, les astronautes avaient des instructions spécifiques pour  ne pas rapporter d'observation d'ovni jusqu'à ce qu'ils reviennent au sol.

L'astronaute Gordon Cooper, par exemple, rapporta que lorsqu'il était pilote de chasse au-dessus de l'Allemagne dans les années 50, il fut mobilisé avec d'autres jets Sabre pour intercepter une formation d'ovnis volant au-dessus de sa base, mais quand sa formation s'approcha de trop près, la formation d'ovnis s'éloigna.

Cooper décrivit aussi le film qu'il vit à la base d'Edwards en Californie en 1957 sur un atterrissage d'ovni. Il dit qu'il envoya le film à Washington et qu'il en envoya aussi une copie aux Officiers du projet BLUE BOOK mais ils ne lui répondirent jamais.

 De même, le pilote du X-15, Joe Walker, révéla que sa mission de 1961 pour battre le record de vitesse mondiale était aussi une chasse aux ovnis durant les vols en haute-altitude. Il confirma aussi avoir filmé des ovnis durant un vol en X-15 en 1962. Des rapports persistèrent au sujet des astronautes de Mercury 7 suivis par des ovnis et à propos de Neil Armstrong qui  vit une base extraterrestre sur la lune durant l'atterrissage d'Apollo 11. La NASA n'admit rien de tout ça et ce fut traité comme affaire de haute sécurité nationale.

Une présence extraterrestre sur la lune, vraie ou fausse dans les années 50, était un problème si important pour les Militaires qu'elle devint un sujet de débat au « National Security Council » avant que l'Amiral Hillenkoeter et les Généraux Twining et Vandenberg le récupèrent dans leur Groupe de travail.

Le problème n'atteint jamais formellement le « National Security Council », quoique les R&D, sous le nouveau commandement du Général Trudeau, développèrent rapidement les plans préliminaires pour Horizon, un projet de construction de base lunaire pour fournir aux USA une présence militaire sur la surface lunaire.

Commencé à la fin des années 50 en prévision d'être achevé entre 1965 et 1967, Horizon était supposé établir une  fortification défensive sur la Lune contre une tentative d'invasion Soviétique. Le but en était de l'utiliser  comme une base militaire et comme système de surveillance et d'alerte contre les attaques de missiles Soviétiques mais plus important encore, pour se pourvoir d'une capacité de surveillance et de défense contre les ovnis.

C'était, pour dire les choses carrément, un plan pour établir une ligne de front dans l'espace afin de protéger la Terre contre une attaque surprise. Mais le projet fut mis sur une voie de garage quand le « National Space and Aeronautics Act » donna le contrôle de l'exploration spatiale à la NASA civile qui élimina les branches militaires et poursuivit ses propres projets jusqu'à la fin des années 70.

La peur d'une attaque contre notre planète était une idée qui était bien ancrée au National Security Council et dans les États-Majors durant les années 50.

Même après qu'il se soit retiré de l'Armée, le Général Douglas MacArthur était encore dans la mêlée, en recommandant aux Militaires de se préparer eux-mêmes pour ce qu'il sentait être la prochaine guerre.

Il fit part au New York Times, en 1955, que « Les nations de la Terre devraient faire un jour front commun contre l'attaque venant d'autres planètes ».

Le public prêta peu attention à cette déclaration, mais c'était en fait une révélation sur la pensée stratégique militaire à la fin des années 1950 expliquant une partie de la paranoïa gouvernementale à propos des soucoupes volantes et des vaisseaux non identifiés.

Une partie de la recherche militaire sur ce qu'ils percevaient être une menace militaire, fut d'abord une analyse des moyens utilisés par les vaisseaux extraterrestres pour interrompre, passivement, les communications mondiales à l'aide d'ondes d'interférences magnétiques et électriques et d'ensuite pouvoir développer des circuits protégés. Ensuite, Le Général Trudeau et ses homologues dans les autres branches de l'Armée au Pentagone, furent chargés d'établir une stratégie envers le comportement agressif des EBEs.

Les EBEs ne suivirent ou ne surveillèrent pas seulement les vaisseaux en orbite, ils essayèrent de provoquer des dégâts dans les communications de la NASA suffisamment souvent pour obliger à repenser la sécurité des astronautes des programmes Mercury et Gemini.

Des années plus tard, il y eut même des spéculations parmi les Analystes des renseignements militaires qui n'étaient pas au fait de la stratégie de la NASA, comme quoi le programme d'alunissage d'Apollo avait  finalement été abandonné parce qu'on ne disposait pas de solution pour protéger les Astronautes contre une possible menace extraterrestre.

Les vaisseaux extraterrestres bourdonnaient, aussi, au-dessus des lignes de défenses Américaines en Europe de l'Est. Corso qui se trouvait là-bas, les vit de ses propres yeux, sonder leurs systèmes radars pour évaluer leur rapidité de réponse.

Ils voyaient sur leurs écrans des bips qui disparaissaient soudainement avant qu'ils n'aient pu les identifier. Ils réapparaissaient alors, mais cette fois plus près des aérodromes ou des lanceurs de missiles. Après avoir déterminé qu'ils n'étaient pas sondés par des avions Russes ou d'Allemagne de l'Est, ils décidèrent, dans la plupart des cas, de ne pas répondre aux  menaces.

Très souvent, ils disparaissaient simplement, mais ils pouvaient aussi jouer au chat et à la souris, s'approchant de plus en plus près, jusqu'à ce que les Militaires se sentent obligés de répondre.

Ce que les EBEs voulaient évaluer était ; le temps que les Américains mettaient à mobiliser des intercepteurs après détection radar.

Les EBEs volaient à plus de 7000 miles / heure.

Les seuls succès défensifs contre Eux eurent lieu à la fin des années 50, début des années 60, quand ils furent capables de suivre une cible avec un radar. Quand ils y arrivaient, les signaux que les missiles étaient supposés suivre afin de poursuivre la cible, interféraient quelquefois dans les capacités de manoeuvres des ovnis et le vol de leurs véhicules devenait erratique.

Si les Américains avaient suffisamment de chance et se montraient capables d'augmenter l'intensité du signal avant de perdre leurs traces, ils pouvaient effectivement les mettre au tapis. Quelquefois, ils eurent effectivement la chance de tirer un missile avant que l'ovni ne puisse effectuer une action évasive.

Un bataillon de l'Armée de l'Air y arriva avec un simple missile air du côté de la base de Ramstein, en Allemagne, en Mai 1974.

Le vaisseau spatial s'écrasa dans une vallée, il fut récupéré et envoyé à la base de Nellis, Nevada. Le crash de Roswell était diffèrent. Il y avait, d'ailleurs, plus de spéculations á son sujet, il semblait que l'action combinée des éclairs (foudre !?) et de leurs traques radars suffisamment persistantes avaient contribué à faire tomber le vaisseau extraterrestre dans le désert du nouveau Mexique en 1947.

Ensuite, il y avait les mutilations de bétail suspectes et les rapports d'abductions, peut-être les formes d'interventions les plus directes contre notre Culture ainsi qu'une attaque directe au-dessus d'installations militaires.

Pendant que les ''debunkers'' (thèse officielle) disaient qu'il s'agissait d'une combinaison de canulars, d'attaques journalières de prédateurs contre le bétail, de flash-back psychologiques d'enfance dans le cas des abductions et d'une fabrication des médias, les enquêteurs sur le terrain, trouvèrent qu'ils n'étaient pas en mesure d'expliquer certaines mutilations animales, spécialement quand de la chirurgie laser semblait avoir été utilisée. Les psychologues trouvèrent des similitudes alarmantes dans les descriptions des personnes enlevées qui ne connaissaient rien aux  histoires des autres.

La Communauté des Renseignements militaires considéra ces histoires de mutilations et d'abductions très sérieusement.

Ils travaillèrent sur ces descriptions pour en fin de compte définir trois scénarii différents dans lesquels :

1) Les EBEs faisaient simplement des expériences scientifiques sur les formes de vies terrestres et collectaient tous les spécimens qu'ils pouvaient sans causer de rupture ou alerter les humains.

2) Les EBEs collectaient activement des spécimens et effectuaient des expériences afin de déterminer si cela était un environnement hospitalier pour eux afin d'y habiter, et toutes les perturbations qu'ils faisaient ne les ennuyaient pas outre mesure.

3) Toutes les expérimentations et les collectes de spécimens étaient un prélude à une sorte d'invasion de notre planète. Personne ne savait leurs réelles motivations mais on pouvait imaginer le pire et de fait, nous avions besoin de nous défendre aussi bien que possible.

Bien que cela ne fut jamais révélé au public, les Analystes des renseignements militaires soutenaient la vision que la Terre était toujours sous une sorte de prélude d'attaque par une ou plusieurs Cultures Extraterrestres qui testaient les défenses humaines.

Sans qu'il n'y ait jamais eu de contact direct entres les Extraterrestres et les Gouvernements Terriens, --  les notes du Groupe de travail d'Hillenkoeter n'ayant jamais été communiquées aux Chefs de services ou aux Officiers des renseignements --, les Responsables des Services Militaires décidèrent, collectivement, qu'il était préférable d'établir un plan de guerre plutôt que d'être pris par surprise.

Au même moment, les responsables civils du programme spatial de la NASA décidèrent que les Renseignements militaires étaient excessifs concernant les filatures dont les vaisseaux Américains étaient l'objet par les ovnis.

La NASA, bien qu'informée par les rapports relatant l'activité extraterrestre autour des véhicules spatiaux Américains, décida d'adopter une attitude interne officielle, »Attendre et voir ce qui se passerait », parce qu'elle pensait qu'il était impossible de lancer un programme de défense spatiale explicite tout en parachevant les visées des Scientifiques civils dans le même laps de temps.

Donc la NASA s'accorda pour tout cacher. Comme couverture, Elle accepta, en 1961, de coopérer avec les Militaires afin de travailler sur un second programme spatial non déclaré, auprès des missions scientifiques civiles. Ils furent d'accord pour ouvrir un « canal arrière », de communication, confidentiel afin de créer un lien avec les Renseignements militaires à propos des activités hostiles conduites par les EBEs contre leurs vaisseaux spatiaux même si cela n'étaient que des filatures et de la surveillance.

 Corso prit connaissance de tout ceci grâce à ses contacts au sein des Renseignements militaires. Ce que la NASA ne dit pas aux Renseignements militaires, bien sûr, c'est qu'elle avait un autre « canal arrière », classifié, avec le Groupe de travail d'Hillenkoetter et qu'elle tenait informé ce Groupe sur chaque rapport d'astronaute faisant état  d'ovni, spécialement pendant les premiers vols Apollo, quand le vaisseau extraterrestre commença à virevolter autour des modules lunaires après leurs sorties de l'orbite terrestre.

Même si les Renseignements n'étaient pas au courant du lien entre la NASA et le Groupe de travail, Corso et quelques autres avaient leurs Connaissances dans la communauté du Renseignement civil qui les tenait informés.

L'Armée et l'Air Force s'arrangèrent pour trouver 122 photos prises par les Astronautes sur la lune qui montraient des preuves d'une présence Extraterrestre. C'est une des raisons pour laquelle le gouvernement Reagan poussa si fort pour le SDI en 1981. (Space Defense Initiative).

En 1960, une fois l'approbation du Groupe de travail et à la requête de la NSA qui était préoccupée de la vulnérabilité de ses vols : U2, la NASA fut d'accord pour que certaines de ses missions deviennent des couvertures pour des satellites de surveillance militaire.

Ces satellites, bien qu'approuvés pour la surveillance de l'activité ICBM Soviétique, étaient aussi supposés détecter l'activité extraterrestre dans les régions éloignées de la Terre.

Peut-être qu'en 1960, les Américains n'avaient pas la technologie d'aujourd'hui pour intercepter les vaisseaux extraterrestres, mais en utilisant la nouvelle technologie de surveillance par satellite, ils étaient capables de détecter une présence extraterrestre sur la surface de la planète. Les Planificateurs des Renseignements spéculèrent que si la visite des bases terrestres était rendue plus difficile aux Extraterrestres, peut-être partiraient-ils tout simplement.

C'est un autre exemple démontrant comment la Guerre Froide était utilisée avec la double intention de surveiller l'activité Extraterrestre tout en surveillant l'activité Soviétique.

Toutefois, pendant les années 60, les projets critiques démarrèrent au bureau des R&D pour protéger les systèmes vitaux de contrôles et de commandements, ceux-ci incluaient le renforcement des communications et des circuits informatiques en enfouissant les composants sensibles aux ondes électromagnétiques, le même type d'énergie dégagée après une explosion nucléaire et dégagée également par les vaisseaux extraterrestres.

En fait, les recherches sur les effets des ondes électromagnétiques ou EMP, étaient si importantes, que jusqu'à la fin des années 50, le département de la Défense avait simulé des EMP afin de déterminer comment protéger les circuits des avions, des chars, des missiles et de l'appareillage.

Des générateurs EMP furent installés dans le pays, celles-ci incluant les laboratoires de Harry Diamond, Adelphia, Maryland et les simulateurs d'EMP I et II de l'Armée au milieu de « Chesapeake Bay » et un autre à « China Lake » en Californie.

L'Air Force mit des simulateurs EMP dans des installations additionnelles, à la base de Kirkland, Nouveau Mexique, ainsi qu'a celles de l'Armée à White Sands, et enfin à l'arsenal de Redstone en Alabama.

Ils lancèrent le développement de l'équipement de vision nocturne pour rendre leurs troupes capables de voir la nuit de la même façon que les EBEs.

C'est seulement à ce moment-là qu'ils commencèrent à réaliser qu'elles étaient les intentions des EBEs et l'effrayant secret à propos de leur existence sur notre planète.

C'était à la vision nocturne que pensait Corso alors qu'il passait le poste de garde de la porte principale et qu'il fila rapidement aux laboratoires de développements à Fort Belvoir, accueilli par un spécialiste militaire qui sembla surprit de ne pas le voir en uniforme.

« Colonel Corso, » dit le Dr. Paul Fredericks, consultant à la section de développement technologique sur la vision nocturne à Fort Belvoir, en lui tendant la main et  le conduisant jusqu'à son fauteuil en cuir couleur tabac. Le fauteuil était disproportionné par rapport à la taille de son petit bureau et c'était, manifestement, son siège de prédilection.

Corso apprécia l'honneur et la courtoisie qui lui furent accordés, « Le Général Trudeau m'a dit que vous nous apportiez quelques informations remarquables à propos d'un des projets que nous avons déjà en développement ici. »

« J'espère que cela vous aidera, Dr. Fredericks » commença Corso, « je ne suis pas physicien, mais je pense que nous avons quelque chose qui réduira le temps de recherche et nous montrera quelques nouvelles possibilités. »

« N'importe quoi qui puisse aider, mon Colonel » dit le Dr Fredericks alors que Corso ouvrait sa mallette et qu'il commençait à étaler ce qu'il avait, « N'importe quoi ! »

11 – Le programme U2 et le projet Corona

« Bien sûr, le Général Trudeau a eu des contacts avec Don et avec l'équipe de développement, ici » continua le Dr. Fredericks alors qu'il regardait Corso ouvrir le dossier sur la vision nocturne qu'il avait sorti de sa mallette.

« Je suis au courant de la nature du matériel que vous avez. Ce n'est pas quelque chose dont nous voulions parler au téléphone. »

« J'apprécie votre discrétion sur ceci, Dr. Fredericks », dit Corso, « Si vous pensez que ce que je vais vous montrer peut vous aider dans le processus de développement, c'est à vous de l'utiliser.  Mais l'arrangement sera que tout était d'origine ici à Fort Belvoir. Les R&D fourniront le budget nécessaire pour financer ce développement. Vous utiliserez vos propres ressources pour fabriquer cette production et pour récupérer tout le mérite du processus. »

« Et cette conversation ? » demanda le Dr. Fredericks.

«  Une fois que vous m'aurez dit ce que vous pouvez utiliser et que nous vous aurons donné le budget que vous demanderez » commença Corso, « Cette conversation n'aura jamais eu lieu et vous retirerez mon nom de votre carnet d'adresses ».

« Maintenant vous avez réellement toute mon attention » dit le Dr. Fredericks avec une légère pointe de sarcasme dans la voix. « Ce que vous transportez dans cette mallette est si secret ? »

Corso tendit le croquis au Dr. Fredericks qui le prit en main et le fit tourner avec ses doigts comme s'il tenait les manuscrits de la Mer Morte.

« Pas besoin d'être aussi prudent avec ça, Docteur  » dit Corso « J'en ai fait plusieurs photocopies ».

« Avez-vous l'objet actuellement ? » demanda t-il.

« De retour au Pentagone » répondit Corso.

« Qui portait ça ? » continua le Dr. Fredericks.

« Au moment de la prise, personne ! » dit Corso, « d'après les rapports de terrain, ils le trouvèrent dans le sable à côté d'un des cadavres »

« Cadavres ? au crash de Roswell ? »,  maintenant, il était devenu incrédule, « Le Général Trudeau n'a rien dit à propos de cadavres »

« Non, c'est vrai » dit Corso, « Ce n'est pas une information que nous donnons. Le Général Trudeau m'a autorisé à répondre à toutes vos questions jusqu'à un certain niveau de sécurité. »

« Nous n'en sommes pas encore là » demanda et affirma en même temps le Dr. Fredericks.

« Mais nous en sommes proches », suggéra Corso, « je peux parler de l'objet, parler de l'endroit où il a été trouvé, mais c'est tout ce que je peux faire. Si le Général Trudeau me l'autorise, alors j'irai plus loin. »

« Amusant, mais j'ai toujours pensé que Roswell était une légende. Vous savez, ils ont trouvé quelque chose mais peut-être était-ce Russe.» dit le Dr. Fredericks. Ensuite il demanda à nouveau si quelqu'un de l'équipe de récupération avait vu une des créatures porter ce système de vision nocturne.

« Non, » dit Corso, « Il y avait beaucoup de débris répandus par le vaisseau. Les soldats de l'équipe de récupération ont regardé à travers une des fissures qui courait le long du vaisseau et ils ont vu des hublots dans la coque. Hé bien, ce qui les a étonné, c'était que lorsqu'ils regardaient à travers ces hublots ils pouvaient voir l'aube ou une lumière diffuse grise qui ressemblait au crépuscule, mais à l'extérieur il faisait complètement noir. »

Paul Fredericks était maintenant sur le bord de son siège.

« Personne sur le site du crash ne connaissait quoi que ce soit de ces visionneuses nocturnes que les Allemands avaient développé durant la guerre » expliqua Corso, « donc même si les Officiers de l'équipe de récupération étaient stupéfaits de ce qu'ils ont vu, quand ils autopsièrent l'Extraterrestre au 509e Groupe et lui retirèrent ces « lentilles », c'est le seul mot que je peux utiliser, ils réalisèrent que ces « lentilles » étaient une paire de réflecteurs compliqués qui rassemblaient toute la lumière disponible dans des intensifieurs d'image nocturne. »  continua Corso, en montrant du doigt le croquis que tenait Paul Fredericks. « Quelques Officiers médicaux essayèrent de regarder au travers dans un hall sombre et des images apparurent, mais rien n'en n'a été jamais fait  et ce fut rangé avec les restes de l'Extraterrestre. »

« Est-ce qu'ils ont effectué quelques analyses la-dessus avant qu'il ne soit envoyé ? » demanda Fredericks

« Quelques unes », dit Corso, «  Mais ils n'en n'avaient pas les moyens au 509e et ils durent attendre qu'il soit envoyé à Wright. C'est seulement quand les gars des Renseignements de ' l'Air Materiel Command ' le reçurent qu'ils réalisèrent que c'était quelque chose que les Allemands avaient déjà essayé de développer.

« Mais c'est bien plus sophistiqué », dit le Dr. Fredericks,  « Les Allemands n'étaient pas aussi proches de réaliser quelque chose comme ça.»

« Oui » dit Corso, « pas aussi proches. Et c'est pourquoi les gens des Renseignements à Wright étaient si préoccupés. Comment les Allemands ont fait pour être aussi avancés à la fin de la guerre ? qu'avaient-ils en  mains ? ont-ils bénéficié d'aide ? »

« Ou » dit très lentement le Dr. Fredericks , « Peut-être ont ils, eux aussi, trouvé un crash, comme vous  ? »

« C'est exactement cela, Docteur » dit Corso, « qu'avaient-ils trouvé ?»

« Si les Allemands ont pu mettre les mains sur ce matériel, et les Russes donc ? » demanda Fredericks. Il parlait tout seul, maintenant.

« Pourquoi pas les Chinois ou un de nos pays alliés Européens ? Qu'en est-il de la véritable quantité de ce matériel?» demanda t-il finalement.

« Nous n'avons aucune réponse à ces questions » lui dit Corso, « En tout cas, personne à l'Armée. Pour des raisons évidentes, personne ne nous tournait autour pour tenter de récupérer des informations. Nous avons ce que nous avons. »

« Et ne voudriez vous pas que j'en parle ou que j'essaye de renifler alentour pour de plus amples  informations » dit Fredericks.

« Si nous avions pensé que vous le feriez, je ne serais pas ici. » dit Corso, « j'ai ces rapports ici et des descriptions de l'appareil. Je vais prendre congé. Si vous pensez que vous pouvez travailler là-dessus dans vos programmes de développements, j'ai le matériel, lui-même, et je vous le ferai suivre de cette manière il sera totalement en vos mains. Exploitez le partout où vous voudrez le développer. Offrez le droit, à vos fournisseurs, de le breveter. Ne leur dites jamais où vous l'avez eu et d'où il peut provenir. Tout ce que nous voulons c'est le faire développer. C'est tout. »

« Puis-je ? » demanda le Dr. Fredericks, en tendant la main vers les rapports que Corso avait étalé sur le siège en cuir.

Corso lui tendit la liasse.

« C'est plus à propos de la façon dont ils ont manipulé l'Extraterrestre à Wright Field que sur les lentilles elles-mêmes » dit Corso, « Parce que dans la réalité, ils ne savaient pas vraiment ce qui faisait marcher la « chose » et ils ne voulaient réellement pas les séparer. »

« Alors ils l'on juste mis dans le paquetage ? » demanda Fredericks

« Fondamentalement, c'est ce qui c'est passé, » dit Corso, « au début, ils ne savaient pas comment ça fonctionnait. Ou peut-être pensaient-ils que cela rendrait un être humain aveugle ou quelque chose comme ça. Ça les effrayait. Après un certain temps, ils l'ont rangé dans un entrepôt en espérant que quelqu'un d'autre les en débarrasse. »

« Et ça a été vous » dit le Dr. Fredericks.

« En réalité, »répondit Corso, « ça peut-être vous, si vous le voulez » .

« J'ai besoin de lire ces papiers plus complètement et voir où nous pouvons glisser votre vision nocturne dans le projet sans causer une ride en surface. » expliqua le Dr. Fredericks.

« Est-ce que ça sera facile ? » demanda Corso.

« À Fort Belvoir, » répondit Fredericks, « les équipes, ici, doivent garder leurs idées pour elles-mêmes. Si vous leurs dites que c'est une pièce de technologie étrangère que nos gars des renseignements ont pris dans un autre pays et que nous sommes supposés l'intégrer dans ce que nous sommes en train de faire, c'est de l'histoire. »

« Personne ne pose de questions ? » demanda Corso.

« Personne ne pose de questions en quelque circonstance que ce soit  » dit-il, « Cela devra avancer rapidement et créer son propre petit développement bureaucratique si nous avons le budget pour l'intégrer dans un projet de développement d'urgence avec une réelle phase de développement avec limite de date ».

« Et alors que ce passera-t-il ? » demanda Corso.

« C'est juste comme le magasin du père Noël le premier jour de l'hiver. Aucun des elfes ne lève les yeux de son établi jusqu'à ce que le travail ne soit fini. Ensuite le projet suivant arrive et tout le monde oublie. À partir du moment où les troupes porteront ces équipements sur le terrain, la vision nocturne sera juste un bon souvenir, avec les détails ré-écrits pour arranger la vision de l'histoire. Personne n'essaiera de deviner, mon Colonel, » dit-il, «du moment où nos gars auront le matériel en mains, il ira dans la soupe de développement à Fort Belvoir et deviendra de l'autre côté une arme de terrain. »

Corso se leva et referma sa mallette en contournant le bureau.

 « Alors qu'allez vous recommander au Général Trudeau ? » demanda Fredericks.

« Je vais suggérer au Général d'envoyer l'appareil, vous nous indiquerez le budget dont vous aurez besoin et le Général Trudeau trouvera les financements » dit Corso.

« Et vous ? » demanda t'il.

« Ce fut un plaisir de vous rencontrer, Dr. Fredericks, » lui dit Corso, « bien sûr, il y aura un lien avec la R&D qui aura officiellement la charge du développement de la vision nocturne. Il fera des rapports au Général Trudeau et tout ce dont j'aurai besoin, je le trouverai auprès du Général. Je me réjouis de voir vos rapports de développements arriver. Félicitation pour votre nouvelle pièce de technologie. Et félicitation à la boite qui aura le contrat avec la Défense. »

« Félicitations, vraiment ! » dit le Dr. Fredericks.

Ils se serrèrent la main et Corso sortit du bureau. L'espace d'un instant, ça revenait à sortir de l'irréel et de re-rentrer dans le réel. Ils venaient juste de lier une de leurs Pièces avec la réalité, créant un peu d'Histoire.

Les gars des R&D de Fort Belvoir allaient recevoir un appareil d'un de leurs consultants qui leur chuchoterait que cela provenait d'un de nos ennemis. Ne posez aucune question. Mais c'était juste quelque chose que les gens de Fort Belvoir allaient regarder pour voir à quoi ressemblait un appareil fini. Ça prendrait 5 ans ou plus.

Le programme actuel de développement d'armes à Fort Belvoir servant de couverture pour la dissémination de la technologie de Roswell était si parfait que quiconque prétendant regarder en arrière dans l'histoire récente ne verrait qu'une soudaine accélération dans le programme de développement peu après 1961.

Le projet de vision nocturne subit une accélération dans son financement, un nouvel officier lui fut assigné par le Général Trudeau et son nom commença à être présenté de façon régulière comme un des bienfaiteurs du programme.

En 1963, quand Corso et lui étaient au Pentagone, le projet était chez Martin Marietta Electronics - maintenant une partie de Lockheed Martin - et déjà en route pour son déploiement initial qui prendrait place en Europe et au Vietnam.

Mais Corso ne le savait pas en quittant la base de Fort Belvoir pour rejoindre son bureau au Pentagone. Il était seulement satisfait d'avoir inséré un de leur projet de technologie étrangère dans un développement déjà en cours ce qui allait camoufler leur appropriation d'une pièce de technologie extraterrestre.

Corso rejoint son bureau plein d'autres dossiers qui nécessitaient des dispositions. Un de ceux ci, qui était parallèle à celui de la vision nocturne, était le projet embryonnaire « CORONA », une idée apparue soudainement avec la « descente » d'un avion U2 de surveillance et de la capture de son pilote, Francis Gary Powers.

L'Air Force et la CIA avaient lancé le programme U2 durant une certaine période pendant l'Administration Eisenhower et les photos et rapports passaient régulièrement sur le bureau de Corso au National Security Council. Comme beaucoup d'autres événements durant la Guerre Froide, le U2 n'avait pas qu'un objectif : il s'agissait de la surveillance de l'Union Soviétique sur son programme de développement de missiles guidés. Il avait une triple intention. Bien sur, ils voulaient savoir exactement ce que les Soviétiques faisaient, mais ils voulaient aussi connaître leurs capacités de défenses aériennes. Ils voulaient savoir avec précision comment leurs radars pouvaient suivre l'U2 et si un de leurs missiles pouvait le descendre.

Donc ils les provoquèrent volontairement en leur faisant connaître leur présence quand ils voulaient se faire tirer dessus. Pouvaient-il le descendre ? Les caméras à bord du U2 filmaient les sites de lancements de missiles pendant que le pilote survolait les installations sensibles où les Russes essayaient de rivaliser ou de céder, aux Américains, le contrôle de zones classifiées de leur territoire spatial.

Donc, ils jouèrent avec eux afin de tester leurs défenses, en sacrifiant délibérément des pilotes ou en les croyant morts après que leur avion ait été descendu, et ils nièrent toujours ce qu'ils faisaient même quand Khrouchtchev hurla à Eiseinhower que le programme U2 l'exposait lui-même, considérablement au Kremlin.

« Nous devrions conclure un marché » dit le Président du Parti Communiste. « Mais pas si vous m'obligez à sortir du bureau ». Bien qu'Eisenhower détestât le programme U2 et le danger dans lequel ils mettaient leurs pilotes, le Président devait s'accommoder d'un des autres ordres du jour de surveillance : la recherche de preuves d'atterrissages de vaisseaux extraterrestres ou de crash  dans l'immensité de l'Union Soviétique.

Ils devaient aussi savoir si les Russes avaient récupéré de la technologie extraterrestre. C'est ce à quoi servait aussi le programme U2 jusqu'à ce qu'ils aient une alternative. L'alternative, bien qu'elle existe dans l'Air Force et pas dans l'Armée, faisait partie d'un partage entre les Services de Renseignements des R&D et le duo : National Security Council / CIA mais était toujours en développement chez Lockheed dans une division appelée, »Travail de salauds ».

Parce qu'ils avaient lancé des U2 pour provoquer les Soviétiques et parce qu'ils savaient qu'ils commenceraient à perdre des pilotes et des avions, l'équipe du National Security Council avait commencé à considérer, avec plus d'agressivité, un programme mieux structuré dès 1957 ; dernière année de Corso à la Maison Blanche.

Les Renseignements avaient décidé de prendre, des photos satellites, des installations Soviétiques mais uniquement s'ils pouvaient avoir un ''oiseau'' assez fiable. Aussi, ne voulaient-ils  pas que les Soviétiques sachent qu'ils tournaient en orbite terrestre pour les surveiller, afin de ne pas les encourager à aller déranger leurs satellites. Donc la ruse fut d'envoyer un satellite dans le plus complet secret.

Mais comment faire ça quand le monde entier vous regarde ?

L'Armée et l'Air Force avaient une idée. Lockheed avait démontré qu'ils seraient en mesure de développer un avion de surveillance, l'U2 et éventuellement le SR71, en dehors de l'attention du Public et effectuer ses vols sans trop d'interférences avec les chiens de garde du Sénat et sans la présence des journalistes. Pourraient-ils faire la même chose avec un satellite ? S'ils le pouvaient, est-ce que les photos du satellite seraient aussi fiables que celles de l' U2 ?

L'Armée et l'Air Force formulèrent le tout dans un programme commun avec la NASA sur l'envoi de satellite dans l'espace pour montrer leur drapeau au monde. Les Soviétiques les avaient battus dans la course avec Spoutnik, et les échecs de lancements de satellites de l'Armée et de la Navy  donnaient aux Américains encore plus de rancoeur.

Après un certain nombre d'essais, le National Security Council avisa le Président Eisenhower de jeter l'éponge, et de mettre en commun toutes les ressources scientifiques Nationales et de confier la course dans l'Espace à une agence civile. Les Militaires apprirent leurs leçons dans ce domaine technologique en regardant faire la NASA.

La NASA eut quelques succès immédiats et avant la fin de l'Administration Eisenhower, en 1960, ils savaient gérer la mise en orbite de satellites et avaient entrepris des expériences sur les effets d'un vol orbital, avec des animaux plus sophistiqués que dans les expériences entreprises par l'Armée, sur les V2, avec des petits primates à Alamogordo à la fin des années 40 et début des années 50. Quand les Renseignements de l'Armée et de l'Air Force virent les succès des satellites de la NASA et la vulnérabilité grandissante des U2, ils conçurent une réponse possible à leur besoin en programme de surveillance.

Quand la NASA commença son programme orbital Discoverer, en lançant une charge utile en orbite basse et en la récupérant, les Services militaires pensèrent y voir une solution. S'ils pouvaient d'une façon ou d'une autre fabriquer un satellite photographique assez petit pour être casé à l'intérieur, très réduit, de la capsule Discoverer, et récupérer l'appareil de surveillance quand l'Orbiter reviendrait sur Terre et de cette manière intégrer  entièrement leur programme d'espionnage militaire dans le programme d'exploration scientifique civil sans alerter le Public, cela pourrait être leur meilleure couverture.

Ils savaient que les Soviétiques seraient très rapidement au courant de leur programme et ce n'était pas, en fait, une si mauvaise chose. Ils partaient du principe que comme la CIA était infiltrée par le KGB, il n'y avait pas moyen de garder le projet caché. Et Khrouchtchev n'aurait plus à s'inquiéter sur la violation délibérée de son espace aérien, et donc il serait tiré d'affaire au Kremlin et leur en serait reconnaissant.

Tout ce qu'ils avaient à faire, c'était d'éloigner les civils et ils seraient libres. Le programme « Corona » était en mesure de passer sans un chuchotement.

Les Soviétiques suivraient sans une protestation, et ils pourraient prendre leurs photos de surveillance.

Ils ajoutèrent une prime additionnelle, pour les Soviétiques, afin de les encourager à dire à leurs amis dans la CIA d'ébruiter l'histoire aux journalistes amis et de souffler la couverture sur l'ensemble de l'opération.

Ils les encouragèrent à participer avec eux à l'ordre du jour caché de Corona : surveillance de crashs extraterrestres potentiels. Les Renseignements de l'Armée, avec l'approbation de la NSC et d'Eisenhower, firent savoir à leurs homologues, dans l'armée Soviétique, que tout Renseignement aérien révélant la présence d'Extraterrestres sur le territoire Soviétique serait partagé avec les Militaires. Ce qu'ils faisaient de l'information, les Américains ne sans souciaient guère. Mais l'Armée leur en serait plus que reconnaissante. Les Militaires professionnels n'avaient aucune confiance dans les Commissaires du Parti Communiste.

Ainsi, bien que les Américains renseignent les Soviétiques d'une présence extraterrestre sur leur territoire, les Américains ne disaient en fait rien au Gouvernement Soviétique en raison de la très grande division existant entre le Parti Communiste et l'Armée.

La simulation faite par les Américains fonctionna bien et le KGB encouragea la CIA à ne pas révéler l'histoire.

Maintenant c'était à l'Air Force et à Lockheed de fabriquer le satellite de surveillance Corona, en dehors de la scène publique et de charger l'appareil dans la fusée de Discoverer, juste sous le nez des journalistes.

C'était une des plus grosses supercheries de la Guerre Froide parce que les Russes savaient ce que les Américains faisaient.

La NASA permit au projet de s'effectuer entièrement, même la presse affamée de la moindre information sur les vols spatiaux resta complètement dans le noir. Si cela était nécessaire, les Militaires pouvaient leur raconter des histoires. Ils savaient qu'ils disposaient de peu de temps sachant que les Soviétiques essayeraient d'embarrasser Ike à la fin de son mandat, en mettant au tapis un de leurs avions U2 et de capturer son pilote vivant.

Ils étaient maintenant en course avec les Soviétiques pour remplacer les U2 par Corona, même si les Soviétiques comprenaient et acceptaient ce que faisaient les Américains.

Ce fut une des ironies de la Guerre Froide.

Les ingénieurs de Lockheed conçurent le satellite pour qu'il puisse entrer dans le cône de charge utile de la capsule Discoverer. Ils travaillèrent sous des contraintes de temps brutales parce que le Président Eisenhower faisait pression sur le National Security Council afin d'arrêter complètement les vols d'U2.

Le vieux Général savait que ce n'était qu'une question de temps avant que les Russes ne capturent un pilote Américain vivant



10/03/2006
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 237 autres membres