Extraits de la règle primitive de l'Ordre du Temple - Environ 1170

EXTRAIT DE LA REGLE DES TEMPLIERS

 

(Environ 1170, versions Nîmes, Bruges, Paris)

 

 

Ici commence les Prologues de la Règle du Temple

 

1. Nous parlons premièrement à tous ceux qui méprisent secrètement leur propre volonté et qui désirent servir avec courage la chevalerie du souverain roi et à ceux qui veulent accomplir et qui accomplissent, avec assiduité, la très noble vertu d'obéissance. Nous vous avertissons, vous qui avez mené jusqu'ici la chevalerie séculière, en laquelle Jésus-Christ ne fut pas mis en témoignage, mais que vous embrassée par faveur humaine, que vous serez parmi ceux que Dieu a élus de la masse de perdition et qu'il a choisi par son agréable pitié, pour défendre la Sainte Eglise, afin que vous vous hâtiez de vous ajouter à ceux perpétuellement.

 

 

 

Comment on doit recevoir les frères

 

11. Si un chevalier séculier, ou tout autre homme, veut s'en aller de la masse de perdition et abandonner ce siècle et choisir la vie commune du Temple, ne vous pressez pas trop de le recevoir. Car ainsi le dit messire saint Paul : Probate spiritus si ex Deo sunt, c'est-à-dire : « Eprouvez l'esprit pour voir s'il vient de Dieu. » Mais pour que la compagnie des frères lui soit donnée que la règle soit lue devant lui et s'il veut obéir à ses commandements, s'il plaît au maître et aux frères de le recevoir, qu'il montre sa volonté et son désir aux frères assemblés en chapitre et devant tous et qu'il fasse sa demande avec courage.

 

 

De la lecture

 

24. En tout temps, pour le dîner et le souper du couvent, qu'il soit lu la sainte leçon, si cela peut être. Si nous aimons Dieu et toutes ses saintes paroles et ses saints commandements, nous devons la désirer et l'écouter attentivement. Le lecteur qui lit la leçon vous enseigne à garder le silence dès qu'il commence à lire.

 

Des grâces à rendre

 

29. En tout temps, après le dîner et le souper, tous les frères doivent rendre grâces à Dieu. Si l'église est proche du palais où ils mangent, et si elle n'est pas proche, qu'ils rendent grâce à notre Seigneur Jésus-Christ, avec humilité, car il est le souverain procureur. Les restes du pain brisé seront donnés aux pauvres et le pain entier sera gardé. Maintenant comme le don des pauvres est semblable au règne du ciel, et pour que la foi chrétienne vous reconnaisse comme ceux qui ne doutent pas de cela, il conviendra que le dixième du pain soit donné à l'aumonier pour les pauvres.

 

LA REGLE COMPLETE EST VISIBLE SUR CE LIEN :

 

 

http://librarykoloborder.blog4ever.com/blog/lesphotos-62297-1948292654.html

 

 



12/01/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 240 autres membres