Les mystères de l'ïle d'Avalon et d'Excalibur

L'ÎLE D'AVALON

 

L'île d'Avalon est l'île mythique par excellence de la tradition celtique. Située à l'Occident, à une distance et en un lieu indéterminés, elle est l'"Île Fortunée" et semble bien représenter l'au-delà, l'Autre Monde ou pour certains la "Féerie". .

C'est là que sont portés les héros après leur mort, dans la direction du soleil couchant. Le mot "occident" ne reflète-t-il pas le latin occidere, "se coucher" en parlant du soleil, ou "succomber", en parlant d'une personne. On a aussi pu proposer un jeu de mots entre "avalon" et le verbe "avaler" : aller vers le val, vers le couchant, et en même temps évoquer l'engoulement, l'engloutissement, le fait d'être avalé par la mort. La navigation est longue pour y parvenir, et incertaine pour les vivants, car elle implique un passage (ou un trépas), mais elle peut se faire dans les deux sens : le retour est possible, par exemple pour le roi Arthur qui y attend le moment de revenir réunifier la Bretagne.

C'est dans la Vita Merlini de Geoffroy de Monmouth (vers 1145) qu'on la voit mentionnée pour la première fois. Taliesin évoque pour Merlin cette Île des Pommes" (Insula Pomorum, en latin "île des fruits", mais "Avalon" renvoie à la racine celte aval, "pomme"), où tout est régi par une douce loi. C'est le pays de l'éternelle jeunesse et de l'éternelle santé, où l'on ignore la mort et où les fruits sont toujours mûrs. Morgane, aux multiples pouvoirs, y règne avec ses huit sœurs ; elle y veille tout particulièrement sur Arthur qu'elle y a recueilli, blessé, après la bataille de Camlann. Mais il est certain que la tradition en remonte plus loin dans le temps : Pline l'Ancien, dans son Histoire Naturelle (IV, 95) évoquait déjà Avallus, une mystérieuse île, d'où provenait l'ambre, un produit réputé d'origine surnaturelle

Cette image du paradis celtique peut être identifiée à l'Emain Ablach de la tradition irlandaise, et on lui a donné par la suite bien des noms : Terre des Jeunes, Île Lointaine, Île de Verre, Terre de Promission des Saints, Palais de Cristal au-delà de la mer, Île Perdue .Avec la christianisation, elle devient cette île merveilleuse vers laquelle s'embarque saint Brendan. Et, avec la Renaissance, on la retrouve sur une des premières cartes de l'Amérique, à Terre-Neuve. Diverses sites insulaires situés à l'ouest perpétuent ce nom, au large de Los Angeles par exemple, ou l'îlot d'Aval en Pleumeur-Bodou .

On a aussi voulu la localiser à Glastonbury, en Angleterre, qui aurait autrefois été environnée de marécages, et où le tombeau du roi Arthur est réputé avoir été retrouvé.

 

 

 

ENIGMES AUTOUR DE L'ÎLE D'AVALON

Excalibur et Avalon

 

L'Île d'Avalon située à l'ouest, était-elle le continent américain ? La terre de promission décrite dans le Livre de Mormon, était-elle aussi cette terre des fées et des mystères magiques ? Les celtes connaissaient bien l'existence d'Avalon, lorsque le Roi Arthur livre sa dernière bataille contre le félon Mordred, et ses troupes, blessé à mort, le Roi Arthur vit arrivé un bateau de couleur noir avec à son bord trois femmes, cette embarcation, conduit Arthur sur l'Île d'Avalon. C'est de cette île qu'Arthur devait revenir pour combattre et mener à la victoire le peuple celte sur les Anglo-Saxons, puis contre les Normands.

Des mythes nous indiquent qu'Excalibur fut forgé sur Avalon, cela en fait un objet d'un autre monde, surnaturel, l'épée enchantée par excellence, elle est forgée par les dieux de l'ancien monde. Le mythe dit que l'épée fut figée dans la roche (ou une enclume selon d'autres récits) par l'enchanteur Merlin.

Pour gagner l'épée, Arthur fit une promesse à la Dame du Lac et ne tint pas parole, celle-ci ayant été décapitée sous ses yeux, dans son château. Merlin aurait demandé à Arthur : « Qui des deux est le plus précieux ? L'épée ou le fourreau ? » Arthur répondit : « L'épée, assurément. » « Faux, c'est le fourreau car, tant que tu le posséderas, tes ennemis ne pourront tuer. » La sœur du roi, ayant eut vent de cela, fit dérober le fourreau et le donna à son amant, avec pour mission de tuer Arthur. Cependant, grâce à l'intervention, de Messire Hector des Mares, le cousin de Lancelot de Bénoïc, celui-ci fut sauvé et put recouvrer son précieux fourreau.

Il y a une analogie avec l'épée de Laban, sorte d'Excalibur du nouveau monde. Lorsque les rois Néphites brandissent l'épée de Laban, ils mettent en déroute leurs adversaires. L'épée de Laban possède un pouvoir spirituel, comme Excalibur. Plusieurs récits disent que cette épée fut trouvée dans une sorte de crypte dans la colline de Cumorah, et qu'elle était dégainée, un ange annonça alors que cette épée ne serait pas rangée dans son fourreau, tant que la guerre durerait et que la paix du Royaume de Dieu ne serait pas établie sur la terre. Il y a ici également, un rapport entre le fourreau et l'épée elle-même, comme dans la légende d'Excalibur.  

Excalibur peut être considérée comme l'épée magique et spirituelle de l'Ancien Monde et l'Epée de Laban l'épée magique et spirituelle du Nouveau Monde. Mais aucun texte de la restauration nous dit si cette épée portait un nom propre ? Comme Excalibur par exemple. Certains indices pourraient même nous donner à penser qu'Excalibur et l'Epée de Laban sont le même objet, décrit différemment. Forgée sur Avalon, l'épée appartient au monde spirituel, et donc, peut très bien surgir en différents endroits du monde, pour des êtres en quête chevaleresque.

 

Article en construction.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



25/04/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 241 autres membres