Rubrique OVNI : Rapport McDonald suite C

avec les manoeuvres d'objets en forme de disque. Je doute de que quiconque ayant pris le soin de parler directement à ces officiers pourrait avoir sérieusement proposé une telle explication. Il se trouve ici une difficulté: dans une majorité accablante de cas, les explications officielles ont été conçues sans aucune interrogation directe des témoins direct de la part de ceux responsables de la conception des explications.

5. Peut-être, compte tenu de l'objectif présent, que ces cas suffiront à indiquer qu'il y a eu des incidents d'OVNIS significatifs dans les villes. De nombreux autres exemples pourraient facilement être cités. Ailleurs (Réf. 2) j'ai discuté de mes interviews avec des témoins dans un cas à Beverly, Massachusetts, dans la soirée du 22 Avril 1966, où trois femmes adultes et plus tard un total de plus d'une demi-douzaine d'adultes (y compris deux officiers de police) ont observé trois objets lumineux ronds planer près d'un bâtiment scolaire au milieu de Beverly. Lors d'une première partie de l'observation, un des disques s'est déplacé rapidement au-dessus des trois femmes, planant au-dessus de l'une d'elles à une altitude de quelques dizaines de pieds seulement et terrifiant la femme malchanceuse jusqu'à ce qu'elle ait pris la fuite. Ce cas a été vérifié de manière tout à fait complète par M. Raymond E. Fowler, un des enquêteurs les plus compétents du NICAP, qui a étudié nombreux d'autres incidents d'OVNI dans la région de la Nouvelle Angleterre.

J'ai interviewé des témoins d'une observation des intéressante à Omaha en Janvier 1966, où un objet en forme de cigare tronqué avait été vu par un certain nombre de personnes du côté Nord-Ouest de la ville. Les cas urbains d'OVNIS dans d'autres régions du monde sont également un sujet de rapports journalistiques si ce n'est scientifiques. Pour résumer, bien que les rapports non urbains soient certainement plus nombreux, les rapports urbains existent, en fait.

POURQUOI LES ASTRONOMES NE VOIENT-ILS JAMAIS D'OVNIS?

Cette question m'a été posée par un grand nombre de gens, y compris un certain nombre d'astronomes. En une occasion où je parlais devant un groupe d'un laboratoire d'astronomie important, le directeur m'a demandé pourquoi les astronomes ne les voient jamais. Dans la salle, parmi son personnel, il y avait deux astronomes qui avaient vu des objets non conventionnels tout en faisant des observations astronomiques mais qui avaient demandé que les informations qu'ils m'avaient donné au sujet de leurs observations soient gardées confidentielles. Le comprends ce genre de restrictions, mais certains d'entre elles rendent des choses un peu difficile. Ce phénomène des professionnels voyant des objets volants non identifiés et qui sont ensuite extrêmement peu disposés à l'admettre est plus courant qu'on pourrait le penser. Après avoir entendu parler d'observations évidemment très significatif par un physicien de pointe qui était en excursion en quelque montagne de l'Ouest quand il a repéré un disque d'aspect métallique, l'a examiné avec les jumelles, et l'a vu accélérer rapidement en l'air (selon mon rapport de deuxième main d'un collègue de ma profession), j'ai essayé pendant des mois de rédiger un rapport directement avec lui; il était peu disposé à en discuter ouvertement avec moi. Le NICAP a eu des rapports de cadres de grandes corporations dans des domaines techniques avancés qui ont insisté sur le fait que, simplement en raison de leurs positions, leurs noms ne devraient pas être diffusés dans le public. Des exemples semblables peuvent être cités presque à n'en plus finir. Les types mêmes de témoins dont le témoignage apporterait le plus grand crédit s'avèrent souvent les moins disposés à admettre leurs observations; ils semblent juger qu'ils ont beaucoup à perdre à le faire. En une journée consacrée à l'écriture de ce document, j'ai parlé à un pilote de lignes aériennes vétéran au sujet d'une observations dans laquelle il était impliqué il y a environ une décennie. Après que l' "explication" officielle ait reçu de la publicité, il a décidé qu'il ne rapporterait plus jamais d'autres observations. Je prévois que les psychologues sociaux vont avoir une domaine de recherche nouveau, dans quelques années, l'étude de "l'ignorance pluraliste" qui a mené tant de personnes à cacher tant d'observations pendant si longtemps.

Si l'on en revient, cependant à la question de pourquoi les astronomes ne voient jamais d'OVNIS, une appréciation quantitative doit être citée immédiatement. Selon un compte rendu récent, les adhésions à la Société Astronomique Américaine sonr d'1800; en revanche, notre pays a environ 350.000 officiers d'application de la loi. Avec presque 200 fois plus de policiers, shérifs, adjoints, troupiers d'état, etc., qu'il n'y a d'astronomes professionnels, il n'est aucunement surprenant que beaucoup plus de rapports OVNI proviennent des officiers d'application de la loi que des astronomes. En outre, la notion que les astronomes passent la majeure partie de leur temps à regarder le ciel est tout à fait incorrecte; le patrouilleur moyen fait presque certainement plus d'observation du ciel au hasard que l'astronome professionnel moyen.

En dépit de ces considérations, il y a beaucoup d'observations d'OVNIS par des astronomes, en particulier les amateurs, qui dépassent de loin les professionnels en nombre. Quelques exemples seront considérés.

1. Cas 20. Las Cruces, Nouveau Mexique, 20 Août 1949:

Menzel (réf. 25) donne un bon exposé de cette observation par le Dr. Clyde Tombaugh, découvreur de la planète Pluton. De mes propres discussions avec le Dr. Tombaugh, j'ai confirmé les contours principaux de cet incident. A environ 22:00 le 20.08.1949, lui, son épouse, et sa belle-mère étaient dans la cours de sa maison à Las Cruces, admirant ce que Tombaugh a décrit comme un ciel d'une transparence rare, quand Tombaugh, regardant à l'Ouest presque au zénith, a repéré un ensemble de lumières jaune pâle se déplaçant rapidement à travers le ciel vers le Sud-Est. Il les a désigné à l'attention des deux autres, qui les ont vues juste avant qu'elles n'aient disparu à mi-chemin de l'horizon. La rangée entière des lumières occupait un angle que Tombaugh a estimé être d'environ un degré, et cela a pris seulement quelques secondes aux lumières pour traverser 50 ou 60 degrés de ciel. La rangée comportait six "rectangles semblables à des fenêtre" de lumière, arrangés en un pattern symétrique; elles se sont déplacé trop rapidement pour des avions, trop lentement pour un météore, et n'ont fait aucun bruit. Menzel cite Tombaugh disant, "je n'ai jamais vu quoi que ce soit de semblable avant ou depuis, et j'ai passé beaucoup de temps à regarder le ciel de nuit quand la visibilité est bonne."

Discussion:

Le Dr. Menzel explique ce phénomène comme le résultat la réflexion de lumières au sol, probablement "les fenêtres éclairées d'une maison" reflétée par une couche d'inversion ou de brume en haut. Le mouvement, il l'explique comme le résultat d'une ondulation sur la couche de brume. Il n'est pas simplement difficile de comprendre une telle "explication"; elle est incroyable. Pour qu'une "couche d'inversion" produise une réflexion presque normale des lumières de fenêtre, cela exigerait une discontinuité de grand d'indice de réfraction tellement énorme comparé à quoi que ce soit de connu pouvant se produire en notre atmosphère que cela la rend tout à fait inadmissible. Cependant, cela a été juste l'une des explications ad hoc occasionnelles par lequel Menzel a, dans ses écrits, abusé du système optique météorologique pour rationaliser cas après cas sans aucune considération des cruciales réalités quantitatives. Il est chose facile de prouver que même des inversions d'intensité d'ordres de grandeur plus importants qu'on n'a jamais pu observer (du type des indices impliqués dans l'observation de Tombaugh) ne créent qu'une fraction minuscule de l'ordre d'un pour cent des réflectivités nécessaire (réf. 36). En fait, je ne vois aucune manière d'expliquer l'observation de Tombaugh en termes de phénomènes météorologiques ou astronomiques connus.

2. Cas 21. Fort Sumner, Nouveau Mexique, 10 Juillet 1947:

Une observation en milieu de journée par un spécialiste des météorites de l'Université du Nouveau Mexique, le Dr. Lincoln La Paz, et par les membres de sa famille a été résumée dans le magazine Life il y a des années (réf. 37) sans citer le nom de La Paz. Bloecher (réf. 8) donne plus de détails et note que c'est un cas officiellement non identifié. A 16:47 MST le 10.07.1947, quatre membres de la famille La Paz ont presque simultanément remarqué "un curieux objet lumineux, bas, presque immobile" sur l'horizon Ouest, près d'un groupe de nuages. L'objet a été décrit comme ellipsoïde, blanchâtre, et aux contours nets. Il a vacillé un peu pendant qu'il planait de manière stationnaire juste au-dessus de l'horizon, puis s'est déplacé vers le haut, est passé derrière des nuages et est réapparu vers le Nord plus loin, dans un intervalle de temps que La Paz a estimé pour être trop court pour pouvoir correspondre à une vitesse d'avions connus. Il est passé devant les nuages sombre en paraissant avoir sa propre luminosité en contraste. Il a finalement disparu parmi les nuages. La Paz a estimé qu'il pouvait avoir été peut-être à 20 milles de distance, à en juger par les nuages impliqué; et il a estimé sa longueur à peut-être 100 ou 200 pieds.

Discussion:

Cette observation est attribuée par Menzel (réf. 24, p. 29) à une "certaine sorte de mirage horizontal, peut-être d'un nuage très brillant comme de l'argent à la lumière du soleil - un nuage qui était lui-même invisible en raison des nuages plus foncés dans le premier plan." En admettant que j'arrive à comprendre cette explication, elle semble être basé la notion que des mirages peuvent surimposer d'une manière ordonnée l'image d'un certain objet éloigné (ici son "nuage brillant") sur un certain objet plus proche dans la distance moyenne (ici ses "nuages plus foncés "). C'est une notion fallacieuse. Si des déformations optiques aboutissaient ici à la vision d'un certain nuage lumineux éloigné, il ne serait pas possible de recevoir le long des chemins optiques immédiatement adjacents une image des nuages intermédiaires. En outre, les taux extrêmement instables de fautes typiques des secteurs de désert du Sud-Ouest dans des conditions d'après-midi produisent des mirages bas, et non des mirages qui volent. Les déplacements rapides, verticalement et horizontalement, ne sont pas typiques des phénomènes de mirage. Par conséquent les explications de Menzel ne peuvent pas être acceptées pour cette observation.

3. Cas 22. Harborside, Me., 3 Juillet 1947:

Une observation par un astronome amateur, John F. Cole, rapportée aux bureaux d'investigation officiels au commencement de la période de prise de conscience par le grand public du problème des OVNIS, concernant un groupe d'environ 10 objets, faisant des manoeuvres erratiques, vu vers 14:30 EDT le 03.07.1947 sur le rivage oriental de Penobscot Bay. Entendant un gros bruit au dessus de lui, Cole a regardé en l'air et a vu les objets filer presque comme un essaim de guêpes alors qu'ils voyageaient vers le Nord-Ouest à une grande vitesse apparente, dans la mesure ou il a pu en juger en terme de tailles et distances. Les objets étaient de couleur claire, et aucune aile ne pouvait être distinguée pour la plupart, bien que deux d'entre eux aient semblé avoir une certaine sorte de projections plus foncées ressemblant légèrement à des ailes. En 10 ou 15 secondes ils sont passé hors de vue.

Discussion:

C'est un de plusieurs douzaines de cas admis dans la catégorie non identifié dans un des premiers rapports officiels sur les OVNIS (réf. 6). J'ai essayé, sans succès, de localiser J. F. Cole. Bloecher (réf. 8) donne un exposé du cas. Il a pu remarquer que les observations d'OVNIS évoquant des "essaims" sont survenu à plusieurs reprises au cours des années, et partout dans le monde.

4. Cas 23. Ogra, Lituanie, 26 Juillet 1965:

Un astronome que j'ai connu récemment de par un voyage m'ayant conduit dans un certain nombre d'observatoires en URSS, et en en rapportant l'impression qu'une majorité des astronomes Russes n'ont prêté que peu d'attention aux rapports d'OVNIS Russes (dont les détails sont tout à fait semblables aux rapport OVNIS Américain, a établi mon collègue Russe), une raison fréquemment citée étant que l'astronome américain, Menzel, avait donné à explications optiques correctes de toutes ces observations. Je dois être d'accord avec Dr. Felix Zigel qui, écrivant sur le problème des OVNIS dans Soviet Life (réf. 38), a remarqué que les explications de Menzel en termes de système optique atmosphérique "ne tiennent pas la route." Il faudrai, par exemple, déformer le système optique météorologique pour essayer de rendre compte en de tels termes de l'observation par trois astronomes Lettons dont Zigel cite le rapport sans son article. A 21:35 le 26.07.1965, alors qu'ils étudient les nuages noctilucent, R. Vitolniek et deux collègues ont visuellement observé un objet ressemblant à une étoile dériver lentement vers l'ouest. Aves des jumelles de grossissement 8x, le diamètre angulaire de la lumière était bien défini, et donc un télescope a été employée pour l'examiner. Dans le télescope, il est apparu comme composé de quatre plus petits objets. Il y avait une sphère centrale autour de laquelle, "à une distance de deux fois son diamètre, il y avait trois sphères ressemblant à celle du centre." Les sphères externes ont lentement tourné autour de la sphère centrale pendant que l'ensemble se déplaçait graduellement à travers le ciel, diminuant en taille comme si elles quittaient la terre. Après l'observation d'environ 20 minute, les astronomes ont remarqué que les sphères externes s'éloignaient de l'objet central, et vers environ 22:00, le groupe entier s'était éloigné jusqu'à ne plus être visible.

Discussion:

Je n'ai aucune information de première main sur ce rapport, naturellement. Le groupe d'objets a été vu à une altitude angulaire d'environ 60 degrés, bien trop haute pour invoquer tous les effets de mirage ou d'autres anomalies réfringentes familières. En outre, la nature ordonnée de la formation ne suggère pas bien une déformation optique du télescope, une possibilité également rendue improbable par la vitesse angulaire observée et le mouvement apparent de récession.

5. Cas 24. Kislovodsk, Caucase, 8 Août 1967:

Zigel, qui est affilié à l'Institut de l'Aviation de Moscou, rapporte dans le même article (réf. 38), une observation à 20:40 le 08.08.1967, faite par l'astronome Anatoli Sazanov et ses collègues travaillant à la station astrophysique de montagne de l'Académie de la Science de l'URSS, près de Kislovodsk. Sazanov et dix autres membres du personnel ont observé "un croissant asymétrique, avec son côté convexe tourné dans la direction de son mouvement" se déplaçant vers l'Est à travers le ciel Nordique à une altitude angulaire d'environ 20 degrés. Juste en avant de lui, et se déplaçant à la même vitesse angulaire se trouvait un point de lumière comparable à une étoile de première magnitude. L'objet en forme de croissant était rougeâtre-jaune, avait une largeur angulaire d'environ les deux tiers de celle de La lune, et laissait des traînées vaporeuses à l'arrière des extrémités des cornes de son croissant. Tandis qu'il reculait, il a diminué de la taille et "a instantanément disparu."

Discussion:

Si nous devions accepter en tant que fiable les principales caractéristiques de l'observation, comment pourrions-nous les expliquer? "Les rubans faiblement lumineux" traînés par les cornes suggèrent un avion à réaction de haute altitude, naturellement; mais l'asymétrie et la coloration rougeâtre-jaune ne s'accordent pas à cette idée. En outre, c'était un objet de taille angulaire plutôt grande, environ 20 minutes d'arc, de sorte qu'un avion par exemple des 150 pieds d'envergure aurait alors été seulement à environ cinq miles de distance, d'où le bruit du moteur aurait été audible dans les conditions de silence d'un observatoire de montagne. Plus significatif, si c'avait été un avion à une distance oblique de cinq miles, et à 20 degrés d'altitude, son altitude aurait été seulement d'environ 9000 pieds au-dessus de l'observatoire. Pour cette latitude et cette date, le soleil était environ à dix degrés au-dessous de l'horizon Ouest, ainsi l'éclairage direct du soleil sur un avion à 9000 pieds au-dessus du niveau de l'observatoire serait inadmissible. Par conséquent la luminosité reste non expliquée. Clairement, des satellites et les météores peuvent être éliminés. L'observation des astronomes ne peut pas n'être aisément expliquée en aucun terme conventionnel. Zigel remarque que l'objet a été également vu dans la ville de Kislovodsk, et qu'un autre croissant rougeâtre a été observé dans le même secteur dans la soirée du 17 Juillet, 1967.

6. Cas 25. Flagstaff, Arizona, 20 Mai 1950:

Vers midi le 20.05.1950, le Dr. Seymour Hess a observé un objet depuis les terrains de l'observatoire de Lowell. Bien que le champ d'intérêt principal de Hess ait été météorologie, nous pouvons ici le considérer comme un astronome par association, puisqu'il était à Lowell pour effectuer des travaux sur les atmosphères planétaires, en congé de l'Université d'Etat de la Floride. Repérant un petit objet peu commun se déplaçant du Sud-Est au Nord-Ouest, il a eu le temps d'envoyer son fils chercher des jumelles, qu'il a utilisées dans la partie finales de son observation. Il a dit qu'il ressemblait légèrement à un forme de disque, ou peut-être légèrement à un parachute incliné. Il n'avait aucune aile ou moyen visible de propulsion. L Dr Hess m'a indiqué qu'il a probablement fait un total d'environ trois minutes d'observation, durant les quelles l'objet est passé directement entre lui et un nuage, avant de disparaître (dans un nuage, pense Hess, bien que ce point n'ait pas été sûr). Des données météorologiques portant sur la taille des nuages bas, Hess a déduit que le plafond de nuages s'étendait à 12.000 pieds au-dessus du terrain (contre l'évaluation visuelle du bureau de la météo de 6000 pieds au-dessus de terrain). L'angle du zénith était environ 45 degrés, ainsi la distance oblique aurait été de 17.000 pieds ou de 8.000 pieds, selon quelle hauteur de nuage est acceptée. Pendant ses 3 minutes estimées le diamètre angulaire (de la taille d'une pièce de 10 cents, a estimé Hess), le diamètre serait alors compris entre 10 à 15 pieds. Son impression subjective était qu'il était probablement plus petit que cela.

Discussion:

La possibilité que ceci pourrait avoir été un ballon ou un autre dispositif dérivant librement vient à l'esprit. Cependant, Hess a noté soigneusement que les nuages dérivaient en direction du Nord-Est, c'est à dire perpendiculairement au mouvement de l'objet. Il a estimé comme étant dans le voisinage de 100 à 200 miles par heure, pourtant aucun bruit de moteur d'aucune sorte n'était audible. Il a semblé foncé sur le fond lumineux des nuages, mais lumineux quand il l'a vu contre le ciel bleu. Aucune explication évidente en termes conventionnels ne semble s'adapter à cette observation.

7. De nombreuses autres observations par des astronomes professionnels et amateurs ont pu être énumérés. Vallée (réf. 17) discute en détail l'observation du 8 Novembre 1957 par J. L. Chapuis de l'observatoire de Toulouse en France de ce qui a semblé par un petit télescope être un corps jaunâtre et elliptique, avec des contours distincts, laissant une traînée courte derrière lui. Il a été vu par d'autres observateurs dans trois endroits séparés, a exécuté des manoeuvres excluant totalement une origine météoritique, et a été considéré comme un phénomène inexplicable par tous les témoins. Hall (réf. 10) énumère neuf exemples d'observations des objets volants non identifiés par des astronomes, dont plusieurs sont tout à fait saisissants. Ruppelt (réf. 5) remarque qu'un astronome travaillant sous contrat au programme d'investigation officielle des OVNIS à interviewé 45 astronomes américains pendant l'été 1952, dont cinq (11 pour cent) avaient vu ce qu'ils ont considéré comme étant des OVNIS. Bien que l'échantillon soit petit, ce pourcentage est largement au-dessus du pourcentage de la population qui dit avoir vu des OVNIS, ce qui suggère que peut-être les astronomes puissent apercevoir plus d'OVNIS qu'ils n'en rapportent comme tels. En effet, avec la publication récente de la référence 7, davantage d'information intéressante sur ce scrutin de 1952 est maintenant disponible. L'astronome sous contrat a écrit à ce moment-là (référence 7, Rapport 8), "... un autre facteur contribuant certainement à leur désir de ne pas parler de ces choses est leur grande crainte de la publicité. Un titre dans une journal du pays du type 'l' astronome voie une soucoupe volante' serait suffisante pour désigner cet astronome comme peu fiable parmi ses collègues." Malheureusement, nous les scientifiques ne sommes nullement aussi ouvert et sans crainte que nous sommes parfois décrits. Il est souvent tout à fait difficile de persuader un scientifique de laisser son rapport confidentiel d'observation d'OVNI devenir un rapport OVNI entièrement public; et ma propre expérience suggère que peut-être les astronomes, en tant que groupe, soient encore un peu plus sensible sur ce point que d'autres scientifiques. Quoi qu'il en soit, les cas cités ci-dessus suggéreront peut-être que quelques astronomes aient vu les objets volants non identifiés.

LES METEOROLOGUES ET OBSERVATEURS METEO REGARDENT SOUVENT LE CIEL. POURQUOI NE VOIENT-ILS PAS D'OVNIS?

1. Cas 26, Richmond, Virginie, April 1947:

Pour commencer une réponse à cette question rhétorique, nous pourrions considérer une observation faite par un observateur de la météo à la station du bureau de météo de Richmond, en Virginie, États-Unis, environ deux mois avant la première publicité nationale au sujet des OVNIS. Walter A. Minczewski, que j'ai retrouvé moi-même au même bureau de la météo où il a fait son observation en 1947, faisait une observation en surveillant un ballon quand il a repéré un objet argenté qui est entré le champ de son théodolite (qui était en visée sur le ballon qu'il avait lâché). Dans le compte rendu que Minczewski m'a envoyé, il a déclaré que "le fond de l'objet était plat et le dessus était légèrement en forme de dôme"; et quand il a essayé de le voir avec l'oeil nu, il ne pouvait pas le repérer. (les théodolites typiques de suivi de ballons ont des rapports optiques d'environ 20 à 25, et des champs angulaires qui sont habituellement d'environ un degré de large.) C'était "un matin lumineux clair" quand il a repéré l'objet, et il se trouvait à son NNE à une altitude d'environ 45 degrés. Savoir si Minczewski a vraiment vu l'extrados ou a formé son impressions mentales sans se rendre compte que le theodolite a pu avoir inverser l'image est maintenant peu clair, et mon interrogation n'a pas réglé ce point.

Discussion:

Un rapport de cette observation se trouve dans les dossiers officiels, une circonstance qui a considérablement étonné Minczewski, puisqu'il l'avait discuté seulement avec ses collègues. Dans les deux décennies suivantes, il n'a jamais revu quoi que ce soit de semblable. Clairement, la probabilité d'un objet croisant le petit champ angulaire d'un théodolite météorologique est tout à fait faible, si la chance seulement avait joué ici. Il a essayé de le suivre mais l'a perdue, en raison de sa vitesse angulaire élevée, après environ cinq ou six secondes, se rappelle-t-il. Aucune explication conventionnelle évidente ne se présente pour cet observation d'avant l'ère officiel des soucoupes.

2. Cas 27. Yuma, Arizone, 4 Février 1953:

L'observateur S.H. Brown du bureau de la météo suivait un ballon pilote à 6000 pieds au-dessus de Yuma à 13:50 MST le04.02.1953 quand il a vu un premier et ensuite un deuxième objet non identifié qui s'est déplacé à travers le champ de son théodolite, légèrement comme dans le cas précédent. J'ai obtenu un compte rendu de cette observation par V.B. Cotten, Météorologue en Chef à la station de Yuma. Le compte rendu entier est trop long pour pouvoir être récapitulé ici. Les deux objets ont semblé être de l'ordre d'une minute d'arc de diamètre et sont apparus "presque ronds, d'une couleur blanche pure mate solide, avec une brume mince et blanche autour des bords de chaque objet." Le premier objet est entré dans le champ optique et est monté vers le haut à l'Ouest, avec le theodolite orienté à environ 53 degrés d'altitude, 157 degrés d'azimut. Environ 20 secondes plus tard, le deuxième objet est entré dans le champ et s'est déplacé dans et hors du champ de manière erratique par deux fois, pour rejoindre le premier objet. Brown avait ensuite pu dépister les deux objets, car elles ont conjointement changé d'azimut et d'altitude. Puisqu'il avait en fait un chronomètre pour l'observation de son ballon (qu'il n'a pas accomplie en raison de sa poursuite des objets inconnus), il avait pu déterminer qu'il a suivi la paire d'objets pendant cinq minutes (13:50 à 13:55), jusqu'à ce qu'il les ait perdues de vue contre une plate-forme de nuage cirrus au SSO. A la fin de l'observation, son instrument pointait vers 29 degrés d'altitude, 204 degrés d'azimut.

Discussion:

Ce cas est placé dans la catégorie des cas non identifiés dans les dossiers officiels (voir la réf. 7 pour le rapport de synthèse officiel). Cependant ces objets s'étendent près de la position du soleil dans le ciel, qui pourrait suggérer une dispersion angulaire de la lumière du soleil par des particules dans l'atmosphère. Cependant, au début, les objets ont été détectés à la distance angulaire d'environ 40 degrés de la position solaire, ce qui ne pourrait pas justifier une hypothèse de dispersion. De plus, si c'étaient des diffuseurs aéroportés, ils auraient presque certainement été séparées par les turbulences aléatoire de l'air en un temps aussi longtemps que la période de cinq minutes, pourtant le rapport de l'observateur indique qu'ils ont manoeuvré de concert dans le champ de vision étroit, d'un-degré, de tels theodolites. Le fait que le deuxième objet soit sorti du champ seulement pour retourner à proximité du premier objet rend peu crédible l'hypothèse de particule dans l'atmosphère. Ainsi la catégorisation officielle comme non identifié semble raisonnable ici.

3. Cas 28. Upington, Cape Province, 7 Décembre 1954:

R.H. Kleyweg, Officier En Charge de la station météorologique d'Upington, avait juste lâché un ballon pour la mesure des vents supérieurs et protégeait ses yeux du soleil en essayant de repérer le ballon pour pointer son théodolite sur lui. Voyant un objet à l'Est du soleil, se déplaçant lentement vers l'Ouest, il a pensé que c'était son ballon et a orienté le théodolite vers lui, seulement pour constater qu'il était blanc, tandis qu'il avait libéré un ballon rouge. Un compte rendu dans le Mercury dans le Natal, du 28 Janvier 1955, cite Kleyweg déclaranr qu'il ressemblait "à un demi-cercle avec le soleil se reflétant sur son dessus incliné." Il n'a eu aucune difficulté la suivre pendant environ trois minutes, mais alors il a commencé à accélérer, et après une autre minute, il ne pouvait pas plus le suivre rapidement pour le maintenir dans l'objectif du théodolite (réf. 10).

Discussion:

Kleyweg a été cité dans la source de la presse citée comme ayant déclaré, "j'ai suivi des milliers de ballons météorologiques. Cet objet n'était aucunement ballon." Un étudiant sud-africain effectuant un travail de diplômé dans mon département, Petrus DuToit, a confirmé cet observation car il en avait eu le récit directement de Kleyweg. Un objet demi-circulaire aéroporté avec un dessus incliné semble classé au mieux comme objet volant non identifié.

4. Cas 29. Arrey, Nouveau Mexique, 24 April 1949:

Charles B. Moore, Jr., se trouvait avec quatre personnes du contingent de la Marine effectuant une observation d'un ballon pilote préparatoire au lancement d'un ballon de Skyhook à White Sands Proving Grounds en milieu de la matinée du 24.04.1949. Le ballon était lancé et était sous la surveillance de l'un des hommes quand Moore s'est rendu compte qu'un objet blanc qu'il a pris pour le ballon était dans une partie du ciel loin de là où l'opérateur de theodolite avait pointé son instrument. Comme Moore me l'a expliqué personnellement dans nos discussions de ce cas célèbre, il a pensé que l'opérateur avait perdu le ballon. Moore a pris le contrôle, a basculé le théodolite d'une puissance de 25 vers le "ballon" qu'il avait repéré, et constaté que c'était en fait un objet blanc ellipsoïde se déplaçant à une vitesse angulaire rapide vers le Nord Est. Avec un chronomètre et des formulaires d'enregistrement qu'ils avaient sous la main, il avait été possible à l'équipe de cinq hommes d'enregistrer quelques données semi-quantitatives sur cette observation; Moore a désengagé les commandes vernier pour suivre manuellement l'objet, et l'a suivi pendant qu'il filait du Sud-Ouest vers le Nord-Est dans le ciel. Quand il fut à son point le plus proche, il se déplaçait à environ 5 degrés par secondes. Juste avant que Moore ne l'ait perdu dans le lointain au Nord-Est, son altitude angulaire a commencé à augmenter, comme si il s'élevaient, un point tout à fait significatif. L'objet avait une longueur horizontale environ deux à trois fois plus grandes que son épaisseur verticale. Moore n'a jamais pu le voir suffisamment clairement pour identifier aucun détail plus fin si il y en avait eu. Un autre ballon a été immédiatement libéré pour vérifier la possibilité ténue qu'un vent puissant à grande vitesse de passage du Sud Ouest vers le Nord Est aurait pu avoir déporté un certain objet aéroporté à travers le ciel; mais les vents soufflaient plus ou moins perpendiculairement au trajet de l'objet à l'altitude de 93.000 pieds, et étaient plutôt faibles (réf. 10). Le diamètre angulaire de l'objet a été estimé à environ une minute d'arc (ce qui dans le theodolite 25x apparaîtrait à Moore comme d'une taille environ des trois-quarts de la taille apparente de la lune).

Discussion:

L'observation de Moore est considérée comme un non identifié dans les fichiers officiels. Menzel (Ref. 24) en dit:

"Cet incident, maintenu dans les dossiers secrets pendant plus de deux années, ne présente aucune difficulté grave à la personne qui comprend le système optique de l'atmosphère de la terre. L'air peut, dans des conditions particulières, produire des formations similaires à des lentilles. Et, tout comme une loupe peut concentrer les rayons du soleil en un point de lumière brûlant, ces lentilles peuvent également former une image. Ce que Moore a vu était une image floue et astigmate du ballon."

Il serait intéressant d'entendre Menzel présenter une défense quantitative de cette disposition étonnante de cet observation intéressante. Ici cinq témoins, à l'aide d'un dispositif de détection fournissant des informations de distances angulaire des plus précises sur les mouvements d'un objet inconnu, observent le mouvement de cet objet à travers un rayon de plus de 90 degrés et qui l'ont situé dans une partie du ciel à peu près également éloigné de 90 degrés d'angle de l'emplacement réel du ballon, et Menzel apporte une "lentille d'air" pour l'expliquer. Les astronomes trouvent dans la scintillation atmosphérique un problème d'observation très sérieux parce que des images stellaires souvent décalées par des dizaines de secondes d'arc de leur position moyenne en raison des turbulences atmosphériques. Dans l'observation de Moore le 24.05.1949, Menzel propose que l'atmosphère ait porté une image réfractée du ballon au Nord Ouest avec une valeur de déplacement qui se monte finalement à plusieurs milliers de fois l'importance des déplacements angulaires réfringents de l'image d'objets célestes connus pour se produire dans de mauvaises conditions. Je me sens obligé de répéter une observation que j'ai faite auparavant: Si les propriétés de transmission de l'atmosphère de la terre étaient aussi anormales que Menzel le suppose dans sa manipulation des observations d'OVNIS, lui et ses collègues seraient sans travail. La catégorisation officielle de non identifié pour l'observation de Moore semble indéniable. On pourrait ajouter que, au cours des années, il y a eu là encore un grand nombre d'observations d'OVNIS de nature significative dans les environs de White Sands Proving Grounds, beaucoup étant détectés et suivis par des instruments, beaucoup effectuées par des observateurs expérimentés. Une longue et impressionnante liste de ces cas pourrait facilement être compilée, pourtant tous ont été lentement éloignés de la reconnaissance officielle par un processus qui est typiquement centrale dans la réponse que l'on donne au problème des OVNIS.

5. Cas 30. Baie de l'Amirauté, Antarctique, 16 Mars 1961:

Cette liste des observations d'OVNI par des météorologues pourrait être prolongée considérablement par les dessins figurant dans mes dossiers sur de tels cas. Pour citer juste un rapport de plus qui indique également la nature globale des phénomènes OVNIS, un objet aérien non identifié lumineux très peu commun vu par un météorologues et d'autres à bord de l'U.S.S. Glacier à environ 18:15 le 16.03.1961 dans l'Antarctique sera mentionné. J'ai reçu tout à fait récemment, par l'ufologue Français René Fouéré, une synthèse plutôt détaillé de cette observation par le météorologue Rubens J. Villela du Brésil, un compte rendu auquel j'avais plus tôt prêté peu d'attention (réf. 10). Le point que j'avais manqué, avant la description détaillée par Villela de lecture des circonstances de l'observation, était le fait très important d'un plafond de nuages à environ 1500 pieds au-dessus de la mer à ce moment. Avec trois camarades du navire sur le pont, Villela a soudainement vu

"un objet lumineux multicolore traversant le ciel,"

un objet que pendant un moment ils ont cru être un météore peu commun.

"Il avait la forme d'un oeuf, au début coloré d'abord en rougeâtre, et voyageait lentement du Nord Est à environ 50 degrés au-dessus de l'horizon, sur une trajectoire horizontale droite. De sa partie frontale, plusieurs rayons multicolores, parfaitement droits ont rayonné loin en arrière de lui, divergeant à l'extérieur sous un angle; vert, rouge, et bleu. Le plus saisissant de tout, il laissait une longue traînée de couleur orange en forme de tube parfaitement droit qui a donné l'impression nette d'être creux, vaguement comparable à un tube de lampe au néon."

Villela indiqué en son résumé,

Puis,

"Soudainement, l'objet s'est divisé en deux. Ce n'était pas une explosion, c'était une division contrôlée en deux parties égales, l'une derrière l'autre, chacune en forme d'oeuf et comme avant rayonnant vers l'extérieur ses faisceaux latéraux en forme de V. Alors l'objet a brillé avec une lumière légèrement plus forte, changeant sa couleur en bleu et blanc, et a disparu complètement. C'est cela - il a tout simplement disparu, brutalement."

Son compte rendu souligne que les contours de l'object(s) étaient définis et nets, pas flous du tout. Le compte rendu de Villela indique qu'un total de six personnes étaient sur le pont et ont vu ce phénomène saisissant. Il doit être souligné que, dans les 10 secondes de durée estimées de l'observation, l'objet déplaçait en dessous d'un plafond de nuages qui s'étendaient à seulement environ 1500 pieds au-dessus de la mer, de sorte que, pour l'angle d'altitude rapporté d'environ 50 degrés, la distance oblique estimée entre les observateurs et l'objet ait été peut-être de l'ordre des 2000 pieds. Villela a eu l'impression subjective que la forme initiale en forme d'oeuf était environ aussi grande qu'un petit avion.

Discussion:

Dans un livre récent visant à montrer qu'une majorité des OVNIS les plus intéressant sont des plasma atmosphériques électriques qui sont en rapport avec la foudre en boule, Philip J. Klass (réf. 39) cite le cas précédent comme un bon exemple du genre d'observation qu'il pense justifier son hypothèse "d'OVNIS-plasma." Dans la mesure où il traite seulement la séparation en deux parties, il a une certaine base d'observation pour tenter d'interpréter ceci comme quelque chose d'apparenté à la foudre en boule. Mais c'est à ce point que la similitude s'arrête dans la mesure où les caractéristiques météorologiques identifiées pour la création de la foudre de boule disparaissent. La nature fortement structurée de l'objet et de ses rayons, sa taille, sa trajectoire horizontale, sa présence dans un secteur brumeux avec de bas nuages stratiformes exempts d'activité orageuse ne permettent pas de suggérer quoi que ce soit comme de la foudre en boule. Cela ne peut pas non plus suggérer n'importe quel phénomène météoritique eu égard à l'altitude des nuages. Je considérerais ceci comme juste un case embarrassant de plus de ces phénomènes aériens inexplicables qui vont tellement au delà des caractéristiques connues qu'il impose pour essayer de l'expliquer d'inventer toutes sortes d'hypothèses ad hoc pour les rationaliser tous. Le large éventail des phénomènes OVNIS, je le prévoit, arrivera comme un choc pour chaque scientifique qui prend le temps nécessaire d'examiner la richesse des rapports qui se sont accumulés dans diverses archives au long des deux dernières décennies et plus. Les affirmations officielles selon lesquelles les rapports OVNIS ne défient nullement les explications par des connaissances scientifiques et technologiques actuelles sont, à mon avis, entièrement injustifiées. L'observation de Villella semble un exemple. Et les météorologues voient des OVNIS, comme les cas ci dessous devraient l'indiquer.

LES BALLONS ET LES BALLONS METEO N'EXPLIQUENT-ILS PAS UN GRAND NOMBRE D'OVNIS?

Le rapport le plus catégorique qui ait jamais été écrit pour attribuer probablement des observations d'OVNIS aux ballons est apparu dans un article du magazine Look par Richard Wilson en Février 1951, et intitulé, "Un physicien nucléaire dénonce les soucoupes volantes." Le Dr. Urner Liddel, alors afililié avec le programme de recherche sur les rayonnements cosmiques de l'US Navy, employant les ballons de haute altitude Skyhook, y a été cité comme disant, "il n'y a pas un sul rapport fiable d'une observation (d'un OVNI) qui n'est pas attribuable aux ballons cosmiques." Quand on considère le grand nombre d'OVNIS déjà répertoriés en 1951 dans elsquels des pilotes fiables des lignes aériennes, du personnel militaire, et d'autres témoins crédible ont observé des objets volants non identifiés complètement différents d'un ballon de haut-altitude Skyhook, ballon en forme de poire dérivant lentement, cette affirmation semble très curieuse. Néamnoins, que de nombreuses personnes ont mal interprété des ballons Skyhook et également des ballons météo plus petits utilisés couremment dans la pratique météorologique courante est évident. Un Skyhook vu contre le ciel crépusculaire avec une illumination arrière évoque un objet étrangement lumineux et planant que beaucoup d'observateurs, particulièrement s'ils sont équipés de jumelles, n'étaient pas préparés à identifier correctement dans la période 1946-51 où les opérations des Skyhook étaient liées à des programmes encore secrets. Jusqu'à ce degré, l'affirmation de Liddel est raisonnable; mais son affirmation exclusive et définitive ne correpond pas aux faits, ni alors ni maintenant.

En fait, dans des évaluations officielles de cas, on trouve que les ballons Skyhook sont invoquée relativement rarement comparés aux "ballons météos." Mais dans plusieurs des derniers cas, l'hypothèse du ballon est intenable, au delà du raisonnable. Le critère officiel utilisé (réf. 7, p. 135) est extrêmement lâche:

"Si un objet est rapporté près d'un emplacement de lancement de ballon dans l'heure qui suit le moment programmé de lancement, il est classé comme étant un ballon."

Sans spécification de tailles, de forme, de distance, etc... En utilisant un tel critère, il est facile de voir pourquoi de tellement nombreuses "explications par ballon" figurent dans les conclusions officiels. Il y a "ballon" même si l'observation de l'OVNI comprends dans le rapport d'observation qu'il s'est déplacé à vitesse supersonique! Les bougies ou les petites ampoules de lampe-torche accrochées sur des ballons pilotes pour des rpérages de nuit ont été à plusieurs reprises été considérées comme des explications alors que les témoins ont décrit des objets lumineux énormes et proches d'eux. En a peine deux jours, en écrivant ce rapport, j'ai pu vérifier un tel cas près de Tucson lors duquel quatre témoins adultes ont vu, le 2 Juillet 1968, un objet rouge-orange en forme de demi lune planant pendant plusieurs minutes à ce qu'ils ont estimé être quelques cent pieds au-dessus du sol et peut-être à quelques miles de distance au-dessus d'un désert découvert. Ils l'ont observé s'incliner une fois, se remettre d'aplomb, puis accélérer et s'élever vers sur une rangée de montagnes et filer au loin en quelques dizaines de secondes. Parce qu'un ballon météo avait été lâché plus tôt (en réalité environ une heure et quarante cinq minutes plus tôt) de la station de météorologie de l'aéroport de Tucson, l'explication officielle, publiée dans la presse locale, fut que les témoins avaient vu un "ballon météo." Un ballon pilote du petite taille (30-grammes) utilisé dans ce cas s'élève à environ 600 pieds par minute, la lumière minuscule qu'il porte devient invisible à l'oeil nu au delà d'environ 10.000 pieds et les vents de haute altitude n'étaient pas en train de souffleer vers l'emplacement de l'observation en question. De même, sa taille angulaire estimée de ce qui ressemblait à une demi lune rougeâtre, était environ de deux fois le diamètre lunaire, et certains ont indiqué une taille aproximativement quatre fois plus grande que le diamètre lunaire. Une lumière de ballon pilote devrait être à environ 20 ou 30 pieds pour apparaître aussi grande. Pourtant un tel cas entrera dans les dossiers (même s'il est transmis à des échelons plus élevés) comme étant un "ballon", gonflant les statistiques de cas de mauvaise interprétation de ballons dans les dossiers officiels.

1. Cas 31. Fort Monmouth, New Jersey, 10 Septembre 1951:

Il est clair dans les propos de Ruppelt (réf. 5) qu'une série d'observations radar et et visuelles ont eu lieu près de Fort Monmouth le 10.09.1951 et que le jour suivant avait été crucial pour la façon dont le traitement du problème des OVNIS allait évoluer dans la période de deux ans suivante. De nombreux détails présents dans le dossier officiel sur ces observations sont maintenant disponibles pour un examen scientifique minutieux (réf. 7). Ici, l'observation par deux aviateurs militaires volant dans un T-33 près de Fort Monmouth sera choisie parmi cette série d'événements parce que leur observation a été par la suite étiquetée comme celle d'un ballon météo. Comme avec n'importe quel cas OVNI vraiment significatif, il exigerait bien plus d'espace que celui que je peux lui consacré ici pour définir en juste proportion tous les détails appropriés, donc un compte rendu très tronqué doit être présenté. Alors qu'ils volaient à 20.000 pieds d'une base dans le Delaware à une base aérienne de Long Island, les deux hommes dans le T-33 ont repéré un objet "rond et de couleur argenté" qui à un moment de leur tentative d'interception est apparu comme plat. Le T-33 a été mis en piqué pour tenter de se rapprocher de l'objet mais ce dernier a fait un virage plus serré (indiquent les aviateurs) et est passé rapidement vers l'Est vers la côte du New Jersey puis s'est éloigné vers la mer. Une paire de ballons météos (probablement des ballons portant des radiosondes mais aucune information là-dessus n'est fournie dans les dossiers) avait été la^chée du Laboratoire des Signaaux de Evans près de Fort Monmouth, et l'évaluation officielle indique que c'est ce que les aviateurs ont vu.

Cependant, ils est affirmé que les ballons ont été libérés à 11:12 EDST, et l'observation a débutée à environ 11:35 EDST par le T-33 au-dessus de Point Pleasant, New Jersey. Dans ce temps écoulé, un ballon radiosonde, gonflé pour s'élever au taux de 800 à 900 pieds par minutes, employé pour de tels dispositifs, aurait atteint une altitude d'environ 17.000 à 18.000 pieds, disent les notes de l'analyse. A partir de ce moment là, l'analyse officielle semble être établie sur des inférences incorrectes. Les aviateurs ont dit que lorsqu'ils ont essayé d'aller sur l'objet, il a semblé exécuter un virage à 120 degrés au dessus de Freehold, New Jersey, avant de filer au loin au-dessus de l'Océan Atlantique. Mais par la direction des vents de haute altitude de ce jour, il est clair que la trajectoire d'un ballon de Fort Monmouth l'aurait emmené au nord-est, et vers 11:35, il aurait été environ au-dessus de la côte à proximité de Sea Bright. Par conséquent, à aucun moment dans l'intervalle de temps en question la ligne de vision du ballon depuis le T-33 n'aurait pu intersecté Freehold, qui se trouve à environ 15 miles à l'Ouest Sud Ouest du point de lâcher du ballon. Au contraire, si les pilotes avaient d'une certaine manière vu le ballon de radiosonde depuis Pleasant Point, il aurait été environ à leur Nord ou Nord Nord Est et serait resté dans les environs de ce secteur jusqu'à ce qu'ils l'aient dépassé. En outre, la taille du ballon pose une difficulté grave pour l'analyse officielle. Supposant qu'il avait augmenté à un diamètre d'environ 15 pieds pendant qu'il montait environ à l'atitude de 18.000 pieds, il aurait occupé alors un angle de vision de seulement 0,6 minutes, tel que vu du T-33 quand ce dernier est passé au-dessus de Pleasant Point. Cette taille angulaire est, pour un oeil non aidé par des jumelles, beaucoup trop petite pour expliquer que les aviateurs l'aient vu et essayé de l'intercepter. Dans une interview donné à la presse (réf. 40), le pilote, Wilbert S. Rogers de Colombie, Pennsylvanie, a indiqué que l'objet était "parfaitement rond et plat" et que le centre du disque avait une élévation "d'environ six pieds" et qu'il a paru se déplacer à une vitesse anémométrique de l'ordre de 900 miles par heure. Le raisonnement entier de l'évaluation disant qu'il s'agissait d'un ballon est en contradiction avec les points aisément établis dans le rapport officiel sur le cas.

Discussion:

La possibilité qu'un pilote peut être trompé par des erreurs de perception de profondeur et des erreurs de coordonnées et de référence au point de mal interpréter un ballon météo et de le prendre pour un objet manoeuvrant rapidement doit toujours être gardée à l'esprit. Mais dans l'exemple de Fort Monmouth, comme dans beaucoup d'autres qui pourraient être discuté en détail, il y a une distance très grande entre l'hypothèse du ballon et les faits. Le rapport d'observation de base est ici tout à fait similaire à de nomreuses autres observations diurnes par des observateurs aéroportés qui ont vu des disques volants non conventionnels passer près de leur avion.

2. Cas 32. Odessa, Washington, 10 Décembre 1952:

Selon un résumé officiel du cas (réf. 7, Rapport 10), deux pilotes dans un F-94 "ont effectués une observation visuelle et radar et sont entrés en contact avec un grand objet rond blanc plus grand que tout type connu d'avion" aux environs de 19:15 PST le 10.12.1952 près d'Odessa. L'opérateur de radar dans le F-94 a eu le contact de radar de bord avec l'objet pendant 15 minutes, et pendant cette même période, le radar au sol le dépistait également. Le résumé déclare que "l'objet a semblé être à la même altitude que le F-94 plafonnant de 26.000 à 27.000 pieds, "et on précise que "une faible lumière rougeâtre-blanche provenait de de l'objet alors qu'il planait, puis il a inversé son cours et et a alors disparu presque instantanément." On affirme que les cieux étaient dégagés au-dessus de 3000 pieds. L'évaluation officielle de cet incident est "ballon possible," bien que le rapport note qu'aucun ballon de recherches de haute altitude n'a été connu pour être dans le secteur à cette date. La base principale pour le qualifier de ballon était la description des observateurs de l'objet comme étant "rond et blanc et extrêmement grand," et que l'on l'a remarqué que le paquetage d'instrument sur certain vols de ballon est capable de créer un écho radar.

Discussion:

Il semble peu raisonnable de conclure que c'était un "ballon possible" juste sur la base de la description "rond et blanc et extrêmement grand," et en ignorer de ce fait l'inversion instantanée de son cours et l'incapacité d'un chasseur à réaction volant à 600 miles par heure à se rapprocher de lui pendant 15 minutes. Nous pouvons ignorer des questions de vitesses de vent à l'altitude de l'objet et du F-94 parce que tous les deux seraient soumis au même "effet poussée du vent." En 15 minutes, le F-94 serait capable de se déplacer de 150 miles relativement à n'importe quel ballon à son altitude. D'autre part, les ensembles de radar de bord de cette période ne détecteraient qu'avec peine une cible de section transversale présentée par le genre de paquetages d'instruments accrochés sous des ballons du type Skyhook, à moins que l'avion aient été dans quelque chose comme 10 ou 15 miles de lui. Pourtant on affirme que le F-94 l'a poursuivit sous contact radar pour une période de temps correspondant à un trajet aérien de dix fois la distance. Clairement, classer cet inconnu dans le catégorie des "ballons" était incompatible avec les détails rapportés du cas.

D'autre part, il ne semble y avoir là aucune raison de prendre au sérieux l'évaluation de Menzel pour cette observation de F-94 d'Odessa (réf. 25, p. 62). Menzel a évidemment eu accès au dossier complet sur ce cas, parce qu'il ajoute quelques détails au delà de ceux de la référence 7, détails semblable à ceux donnés dans le compte rendu de Ruppelt sur ce cas (référence 5):

"Des lumières rougeâtre-blanches ont semblé venir de "fenêtres" et aucune traînée ou échappement n'était visible. Le pilote a essayé de l'intercepter mais les exploits étonnants exécutés par l'objet - il a fait une chandelle devant l'avion, s'est précipité au loin, arrêté, et s'est alors dirigé vers l'avion sur un cours de collision à une vitesse incroyable."

Il indique qu'après que le pilote ait viré pour éviter la collis



05/03/2006
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 240 autres membres