Apparitions de la Vierge Marie en Corse en 1900

LES APPARITIONS DE CORSE

 

Présentation par Adama,

 

L’Echo du Merveilleux fut l’organe diffusé par Gaston Mery, pour étudier les phénomènes paranormaux qui se déroulaient à l’époque en France et dans le monde. Il s’agit d’une véritable mine de renseignements sur la métapsychique, et sur des manifestations variées et quelquefois étonnantes. Nous avons sélectionné ces cas d’apparition de la « Sainte Vierge » en Corse, extrait du numéro 75 du 15 Février 1900. Ces apparitions étranges avaient été constatés à l’époque, en haute-Corse par une foule de personne. Aucune explication a été trouvée depuis…

 

A Campitello

 

Les apparitions continuent. C’est toujours  et pour tous les voyants l’apparition de la « Vierge » et de l’ « Enfant Jésus ». Ce sont toujours les mêmes processions auxquelles, affirment les voyants, prennent toujours part la Sainte Vierge, les Saints  et les Anges. A noter un fait des plus étranges qui s’est passé au Champ le 21 janvier. A un moment donné, tous  les voyants affirment que la Sainte Vierge est venue se poser sur la croix dont l’un d’eux s’est emparé pour commencer la procession. Ce dernier, devenant subitement extatique, fixe amoureusement l’apparition, ouvre les bras et la croix… tombe, diriez-vous ? Nenni ! mes amis. A la stupéfaction générale, le signe sacré glisse des mains du voyant, touche à peine du pied la terre et, libre de tout soutien, se maintient bien droit, en parfait équilibre, pendant plusieurs minutes… Campitello ! Campitello ! Qque nous réserves-tu ?

 

 Le charmant village de Bigorno en Haute-Corse témoin d'étranges phénomènes au début du XXe siècle

A Bigorno

 

La première partie du « programme » est invariablement la même tous les soirs au Champ des Apparitions. Les voyants se livrent d’abord aux actes les plus extravagants : on les voit, à l’état de somnambulisme, marcher tantôt à quatre pattes, tantôt sur les genoux et sur les coudes, tantôt ramper comme les reptiles, etc… Il leur arrive très souvent même, dans leurs déambulations excentriques, de contourner les bords extrêmes d’affreux précipices sans aucun souci du grand danger qu’ils courent. Ces durs exercices de pénitence finis, les voyants donnent le signal de la procession. Ici, comme à Campitello, ils nous disent que la Sainte Vierge, avec son cortège d’Anges et de Saints, marche en tête de la procession.


Cette procession terminée, les voyants affirment que l’apparition – la « Sainte Vierge » toujours – s’envole tout doucement  du côté de la chapelle de l’Annonciation distante à peine d’un demi-kilomètre du Champ et où une grande partie de la population se trouve bientôt réunie. C’est ici l’exemple que le programme change et se corse tous les soirs. A chaque séance – et Dieu sait si elles durent ! – il y a toujours, le fait nouveau, et quel fait !

 

Il y a d’abord le grand livre que la « Sainte Vierge » ne montre aux voyants que par tranches. Voici, par exemple, ce que la petite et charmante Xavière Sammarcelli, écrit à l’état de somnanbulisme : « Tu feras ta première communion, ange, c’est pour ça que je me fais voir à toi . »

 

Puis encore :

 

« Fais ta première communion, ange. Chantez, priez, dites le rosaire. Fils d’Adam ne pêchez plus, vous êtes en péril… Si vous priez la victoire vous viendra. »

 

Il y a ensuite les exercices de pénitence des voyants : et on peut dire que tous les soirs il y en a un d’inattendu. Ainsi ces êtres, si intéressants, demandaient un crayon et papier lorsqu’ils avaient à copier le livre que l’apparition leur montre : mais voici que depuis quelque temps c’est avec leur langue qu’ils écrivent très lisiblement et par terre, s’il vous plait.

Exemple : un voyante a écrit « Tota pulchra es Maria…Priez, priez, la victoire vous sera donnée. »

 

Comme fait nouveau des plus extraordinaires, à noter encore une scène où le sang vient jouer un grand rôle. Il y a quelque temps, une voyante affirma avoir vu trois fontaines : une d’eau, une de lait, et une de sang, et voici que, quelques jours après les témoins les plus dignes de foi, virent du sang couler derrière le maître-autel et la même voyante s’y abreuver comme à une source. Le sang même arrivait jusqu’à terre et y faisait de grosses flaques rouges jetant l’effroi et la terreur dans les âmes les mieux trempées… Et toi, Bigorno, quand nous diras-tu ton énigme ?

 

A Lento

 

Encore ! direz-vous ?

Oui, chers lecteurs, c’est maintenant, dans tout le rayonnement de Campitello, une véritable épidémie d’apparitions.


A Lento, pays disant de 3 ou 4 kilomètres à peine de Bigorno, il y a maintenant les trois catégories de voyants : somnambules, extatiques et voyants à l’état naturel. Ils affirement tous voir la Sainte Vierge et sainte Anne et se livrent aux mêmes exercices excentriques qu’à Bigorno.

 

Extrait d’une lettre

 

Bigorno, 3 février 1900

 

…Depuis lundi la Sainte Vierge a dit aux somnambules d’aller la visiter tous les jours dans l’oratoire de l’Annonciation, d’y réciter le rosaire et de rester en prières trois jours de suite en ne faisant qu’un repas par jour (soit à onze heures du matin).

 

MM. Les somnambules ont bien fait leur pénitence. Pendant trois jours, ils ne sont pas sortis de l’église. Leurs parents leur apportaient la nourriture à onze heures. Jeudi, un des somnambules avait la pénitence de rester en prière toute la nuit, ce qu’il a fait, en compagnie de presque toute la population de Bigorno.

 

M. le curé est resté jusqu’à une heure du matin. Les voyants ne cessent d’écrire et toujours de prier comme vous savez ; mais, cette fois, ils se passent de crayon et de papier ; c’est par terre qu’ils écrivent avec la langue. Il faut voir comme ils écrivent bien ! L’autre jour la fille de l’adjoint a écrit : Tota pulchra es Maria…Priez, priez, la victoire vous sera donnée. Hier, quelqu’un est venu vers 10 heures avertir tout le monde de descendre prier. Les somnambules avaient écrits :

 

« Allez avertir toute la population de venir prier, car il y aura une grande fête pour les voyants.’ P… fatigué de l’avant-dernière nuit, n’a pu y aller ; il était déjà couché. Nous avons essayé de nous renseigner ce matin, sur ce qui s’était passé dans la nuit. Mais c’est toujours la même chose. J’oubliais de vous parler du sang. Dans la journée du mardi, jour de pénitence pour deux voyantes, on a vu l’une d’elles boire du sang. Il y avait par terre derrière l’autel de grosses flaques de sang…


Anne-Marie G.

 

 

 

 



18/12/2006
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 240 autres membres