L'affaire d'Hopkinsville ou au coeur de l'étrange

Nous reproduisons cet article avec l'autorisation du Webmaster d'un des sites les plus documentés sur les OVNIs sur le Web qui est

http://ufologie.net/sys/listf.htm

Nous recommandons fortement à nos visiteurs intéressés par les OVNIs et la problématique qu'ils soulèvent la visite de ce site web remarquable.

Ces événements se sont produits dans la nuit du 21 au 22 Août 1955, près de la petite ville de Kelly, et de la petite ville de Hopkinsville, dans le secteur rural de Christian County dans le Kentucky, Etats-Unis.

"Lucky" Sutton, comme ses amis et voisin l'appellent, était le "patriarche" de cette famille très "bluegrass". Un certain Billy Ray Taylor, de Pennsylvanie était à ce moment là en visite chez les Sutton, il avait quitté la maison pour aller pour de l'eau au puits, il n'y avait pas d'eau courante à la ferme Sutton. Au puits, il a vu une soucoupe volante brillante passer au dessus de la ferme et se poser à environ un quart de mile plus loin dans une ravine. Courant vers la maison, il a rapporté son observation avec excitation, et aucune des onze personnes n'a voulu le croire, personne ne sortit même de la maison pour vérifier.

Cependant, au-dehors, le chien de la famille s'est vite mis à aboyer comme un diable dehors. Comme cela se fait dans les campagnes du Kentucky en ce cas, Lucky et Billy sont sortis voir ce qui se passait. Le chien s'était caché sous la maison et on ne le verra plus de la soirée.

Lucky et Billy n'allèrent pas loin, figés sur place par la vision incroyable d'une tache lumineuse avançant vers eux, qui en se rapprochant apparut être une créature haute d'un mètre, qui avançait vers elles avec les bras vers le haut, comme pour se rendre. Cette créature des plus bizarres a été décrite comme ayant "deux grands yeux lumineux jaunes, plus sur le côté que dans un visage humain, une longue bouche mince, de grandes oreilles, des jambes courtes et minces, des bras très long et de larges mains finissant par des sortes de serres."

L'un s'empara d'un pistolet, l'autre d'un 22 long rifle, projetant de tirer d'abord, et de poser les questions plus tard, comme il est de coutume. Quand la petite entité fut à 6 ou 7 mètres d'eux, Billy et Lucky l'accueillirent avec un feu nourri. Les deux hommes ont par la suite bien précisé qu'il n'y avait aucune chance qu'ils aient manqué la créature à distance si courte, mais le petit être tomba simplement à la renverse, fit une roulade et fila se cacher vers les bois.

A peine les deux hommes eurent-ils réintroduit la maison, qu'une autre créature de même aspect, ou bien effectivement la même, apparaît à une fenêtre du living. Ils tirent, laissant un trou à travers la vitre, puis courent vers la porte pour voir dehors si la créature est morte. Alors qu'ils se tiennent sous le porche, les hommes ont été terrifiés par une main griffée tendu depuis le toit du porche pour attraper leur cheveux. Ils tirent, mais l'être flotte tout simplement vers la terre, et se met à couvert dans les buissons. Les deux hommes cherchent à nouveau protection dans la maison, mais ils vont de trouver sous le siège de ces petits hommes. Pendant au moins trois heures les entités taquinent la famille, apparaissant d'une fenêtre à l'autre. Prenant des projectiles tirés à travers les fenêtres en pleine poitrine, ils font des roulades arrières, s'en vont, reviennent, flottent dans les airs. Les armes sont totalement inefficaces.

A de nombreuses reprises les créatures approchèrent la maison, leurs bras levés au dessus de leur tête comme en une sorte de geste amical. Les deux hommes faisaient feu sur eux, la balle faisait un son métallique quand elle les touchait, comme si elle avait été tirée au fond d'un seau en fer. Les créatures étaient renversées, ou flottaient dans l'air, et filaient en se relevant ou à quatre pattes vers les fourrés, pour revenir encore quelques minutes plus tard. Les Sutton ont estimé qu'il pouvait y avoir eu une bonne douzaine de telles créatures les harcelant, lesquelles n'ont à aucun moment tenté de pénétrer la maison.

Après trois heures d'angoisse puis de panique, avec trois enfants angoissés qui pleurent ou hurlent, la famille Sutton se décide à abandonner la maison et à chercher de l'aide au commissariat de police de Hopkinsville. La ferme est située plus près de Kelly, mais le poste de police la plus proche était à Hopkinsville. Toute la famille coure vers leurs deux voitures et ont rapporté leur conte étrange au shérif Russell Greenwell. Enfin ils parviennent à persuader les policiers qu'ils ne plaisantent pas, et ceux-ci accompagnent les hommes vers la ferme, utilisant plusieurs voitures. Mais à la ferme, la police ne trouve aucune trace des créatures, mais constate les nombreux trous de balle de fusil dans les fenêtres et les murs. Greenwell et sa vingtaine de policiers sont tous convaincus que les Sutton sont authentiquement effrayés par quelque chose, et tous sobres. Après une visite des environs, des rapports sur des "coups de feu tirés" et des "lumières dans le ciel" sont récoltés.

Ayant fait tout leur possible sans trouver une explication rationnelle à ces événements étranges, et ne trouvant aucune preuve concrète de la présence de visiteurs extra-planétaires non plus, les policiers repartent vers environ 02:15 du matin. Le lieux retombent dans l'obscurité, les créatures font leur retour. Elles ont recommencé à jeter des coup d'oeil par les fenêtres, apparemment par pure curiosité. On tire encore, mais toujours sans effet. Plusieurs heures durant, ce tapage continue, s'arrêtant une heure et demi avant le point du jour.

BREVE DISCUSSION:

Naturellement, l'opinion publique initiale était que l'histoire entière était un canular. Si c'était le cas, plusieurs questions doivent être posées. Pourquoi la famille Sutton composerait-elle une histoire aussi peu crédible? Ils n'ont fait aucun profit à partir de l'histoire, et n'ont pas cherché n'importe quelle publicité. Ils ont au contraire eu de nombreux dégâts pendant la nuit, et surtout les jours suivants quand des centaines de touristes venaient piétiner leurs champs. Pourquoi tireraient-ils des trous dans les murs de leur maison, les obligeant à financer avec leur faibles moyens les réparations? Au bout de quelques jours, les importuns étaient tellement nombreux qu'ils ont pensé demander un dollar de droit de passage sur leur terrain. Ils n'ont eu que peu de succès, mais dès ce moment la presse les qualifia d'escrocs, publia ce jugement et conclut l'affaire ainsi.

Comptant Billy Ray Taylor et Lucky Sutton, sept adultes furent témoins de ces événements. Tous, une fois interrogés séparément, ont fourni le même récit. Des croquis ont été réalisés pur décrire les êtres, et ils ont dépeint de façon essentiellement semblable les créatures. Une an après les événements, le cas a été étudié à fond par Isabel Davis, qui a rapporté que les histoires n'avaient pas changé. Alors que les années passaient, les comptes de la famille de Sutton n'ont pas varié. Aucune preuve d'un canular n'a jamais été avancée. Le cas a été également considéré par Bud Ledwith, qui était ingénieur à une station de radio de Hopkinsville. Le célèbre scientifique J. Allen Hynek, a également accepté les comptes rendus des Sutton. Hynek a discuté les détails du cas avec Davis et Ledwith. Bien que le cas de Kelly-Hopkinsville soit inacceptable pour le sens commun, il est considéré comme étant aujourd'hui authentique par de nombreux ufologues. En fait, il n'y a pas une seule raison de le rejeter, si ce n'est ses implications fantastiques.

LA SUITE:

Selon un texte des archives du Kentucky du Mutual UFO Network, un autre événement intéressant a eu lieu à Knoxville, Kentucky, le 22 Août 1955, avec une description semblable à l'événement de Kelly-Hopkinsville, malheureusement je n'ai pas encore trouvé le temps de rechercher des informations sur cet autre événement.

DECLARATIONS ET CITATIONS D'INTERVENANTS:

Kevin D. Randle:

Kevin D. Randle, ufologue, Major retraité de l'USAF, interrogé par une radio:

Quel exemple spécifique d'une cas d'entité citeriez-vous comme assez crédible et pourquoi?"

"Et bien, naturellement, j'élirais le cas de Roswell, mais sous son aspect de témoignages des militaires. Edwin Easley, Patrick Saunders, et d'autres en raison de leur crédibilité. Si nous allons au delà de ce genre de rapports, il y a Kelly-Hopkinsville en 1955, mais seulement en raison du nombre de témoins et des traces physiques. C'est-à-dire, le nombre de trous de projectile tirés par Kelly (sic) et leurs amis dans la maison dans leur tentative de repousser les créatures étrangères. L'excuse de l'Armée de l'Air selon laquelle ils n'ont pas étudié le cas, bien que des officiers de l'Armée de l'Air soient allés interviewer les témoins, est assez faible. C'est un cas intéressant."

Dr. Gregory L. Little:

Dans "UFO Abductions Through The Ages," par le Dr. Gregory L. Little, 1994:

"Alors que mes yeux tombaient sur les dessins de démon dans le "Dictionaire Infernal de Plancy" (1863), j'ai été frappé par leur similitude avec le cas célèbre d'OVNI de Kelly-Hopkinsville en 1955. Imaginez les démons en comme de couleur grise, et ils s'adapterait à la description des "gris" omniprésents dans des abductions récentes."

Il y a beaucoup de gens dans le domaine des OVNIS (aussi bien que divers chefs religieux) qui croient que les créatures associées aux OVNIS sont des démons. La similitude de quelques démons avec les "gris" des rapports OVNIS ne sont probablement pas une coïncidence."

Karal Ayn Barnett:

Dans "The Kelly-Hopkinsville Incident - , 1998:

"En me basant sur mon expérience de la région, je témoignerais du fait que personne dans ce secteur ne considérerait d'inventer quoi que ce soit qui ressemblerait de près ou de loin à ce que les Sutton et Taylor ont rapporté avoir vu. Les résidents du Kentucky du Sud-Ouest sont des gens qui sont même maintenant en grande partie religieux, et (je dirais même désespérement) conformistes. En inventant une histoire de ce genre, on courre le risque d'être stigmatisé en tant qu'aliéné mental ou menteur congénital avec un retentissement sur toute la famille. Le mépris, l'ostracisme, le cirque des médias, seraient l'unique résultat. Cela n'arriverait pas. A moins que quelque chose se soit vraiment produit."

"Je ne veux pas trop insister là-dessus, mais les gens des petits hameaux du Sud-Ouest sont quasiment isolés, et dans un sens, protégé contre d'autres cultures, pas seulement celles d'étrangers. Les Southerners met ne s'aventurent pas loin de leur maisons habituellement, et l'interaction constante avec leur propre communautés tend à renforcer certaines idées. Une idée qui y est profondément enracinée est qu'il n'existe rien de tel que des aliens, et que quiconque qui le dirait serait un fou ou possédé ou fondamentalement halluciné. Nous n'avons pas lieu de nous demander pourquoi le Billy Ray Taylor et les Sutton ont déménagé du secteur peu après l'incident."

Martin S. Kottmeyer:

Extrait de "ces aliens au cou gracile" par Martin S. Kottmeyer.

"Les "aliens" avec de longs, minces cous sont actuellement "à la mode." Les rapports et les schémas de ces gris au cou mince comme un crayon semblent être partout. On les voit sur les T-shirts, à la TV - Intruders (1992) - et dans des douzaines de magazines et livres. La prolifération de ce trait parmi les aliens contemporains peut être une indication impressionnante que notre goût en matière d'alien est sujet a des modes comme nos goûts vestimentaires.

On doit accorder que les cous mince comme des crayons ont plus une logique esthétique que du sens biologique. La gracilité de ces cous prêtent indéniablement une élégance aux aliens actuels et améliorent leur aspect anorexique global. Mais étayer des crânes surdimensionnés sur des supports de soutien aussi maigres est incohérent. Qu'auraient à faire de tels étrangers dans des véhicules que la légende veut être capables de faire des virages bruraux et des arrêts sur place à en rompre les os?

Le cou gracile est une innovation totalement récente. Les premières études d'ufonautes et de soucoupe volantes de Jim Lorenzens (1967), "Humanoïdes" de Charles Bowen (1969), et "L'ufologie" de James McCampbell (1973) - ne mentionnent aucunement des étrangers avec de longs cous minces. Ils n'étaient certainement pas communs. Je doute qu'il y eut un exemple non ambigu simple d'un alien au long cou avant les années 80. J'ai farfouillé dans les dessins de tous les cas principaux - le monstre de Flatwoods, Kelly-Hopkinsville, Barny et Betty Hill, Herb Schirmer, Pascagoula, Charles Moody, Travis Walton - et ils ne sont vus nulle part.



08/05/2006
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 240 autres membres