Tombes ésotériques au Père Lachaise - Un monument exceptionnel - Département P Kolob Order 30 Avril 2007

TOMBES ESOTERIQUES AU PERE LACHAISE

- Un monument exceptionnel -

Copyright ZES /ER 2007

 


Un symbole rare au Père Lachaise
Vidéo envoyée par Koloborder
Nous avons au cours de notre exploration des centaines de chapelles et de tombeaux, du cimetière du Père Lachaise, en présence de Sapia, de Maat et d'Adama, trouvé une chapelle funéraire tout à fait execptionnelle, confirmé par un historien du Père Lachaise, rencontré sur place, Monsieur Van Der Vren.

Cette chapelle comporte des éléments typiquements ésotériques, qui n'ont rien à voir avec l'art funéraire traditionnel chrétien. Ce qui caractérise cette chapelle, c'est son style égyptien, avec la présence d'un "Ba" égyptien d'un style unique en France.

Copyright ZES / ERG 2007

Détail du Ba égyptien, qui représente l'âme qui s'envole vers l'au-delà, ici les serpents de l'aureus, sont remplacés par des dragons de type malaisiens. C'est un exemple unique en France, et le pourquoi de ces dragons reste énigmatique.

Copyright ZES / ERG 2007

Ce cliché nous montre le "ba" en entier, avec les dragons malaisiens. En bas, sur la porte en fer forgée, une chauve souris se présente aile déployée et tête face au visiteur. C'est l'un des derniers exemples de cet animal nocturne qui reste au Père Lachaise dans l'art funéraire du XIXe s. Autre remarque, la chauve souris est associée aux vampires, de même le dragon également, Dracula appartenait à l'Ordre du Dragon. Cet ordre regrouperait des vampires, et curieusement, cette chapelle singulière est proche du Mausolée de la Princesse Strogonoff Demidoff, presque comme un balise obscure pour signaler la présence du vampire.

Copyright ZES/ERG 2007

L'Ourouboros, le serpent qui se mord la queue, symbole des cycles cosmiques, est omniprésent dans cette chapelle. Monsieur Van Der Vren nous explique que ce genre de symbole n'est pas présent dans les sépultures classiques, et qu'il démontre un attachement du défunt ou de sa famille, à des traditions ésotériques; Ici l'Ourouboros est associé au sablier ailé qui symbolise le "tempus fugit", les deux peuvent vouloir signifier l'immortalité, le temps passe, mais le serpent recommence le cycle, et tout continu.

Copyright ZES/ERG 2007

Copyright ZES/ERG 2007

Nos deux photographies montrent les ourouboros qui entourent la chapelle, ils sont représenté dans la posture traditionnelle de l'iconographie de la fin du XVIIIe siècle, et d'inspiration maçonnique. Il est probable que cette chapelle soit la demeure d'éternité d'un Franc-Maçon, en raison de la présence de ces symboles, ou peut-être d'un hermétiste.

Copyright ZES/ERG 2007

Cet autre symbole s'apparente à la fois à la médecine, et au Graal, dispensateur de vie. Les deux serpents de part et d'autres nous évoquent le venin qui est craché dans la vasque, donnant le remède nécessaire. C'est aussi dans une perspective gnostique l'image de la connaissance se répandant dans le vase sacré.

La présence de ce motif pourrait indiquer que cette chapelle est dédiée à un  pharmacien ou un médecin.

Retenons l'intérêt premier de cette chapelle, la présence d'un motif égyptien le "Ba" croisé avec deux dragons malais, c'est un cas unique dans l'architecture du Père Lachaise, et un symbole riche de sens.

 

 

 

 



01/05/2007
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 240 autres membres